:storygreen: :s2: футбольный клуб Краснодар 🇷🇺


#1

Juin 2017 : Introduction

Sochi

Je profite d’une fin de printemps 2017 au bord de la mer Noire, dans la magnifique ville de Sochi où le président de toutes les Russies m’a octroyé un immense condominium dans la Putin Tower située dans les quartiers chics – et sécurisés – de la capitale olympique de 2014. Récompenses pour service rendus à la Nation, la Russkaya mat’. Je n’en dirai pas plus…

Je mérite bien quelques vacances après deux années et demi passées en MLS, avec de francs succès à la tête du D.C. United, l’équipe de la capitale fédérale états-unienne. Un Trophée des Supporters, une Coupe MLS et une Ligue des Champions de la CONCACAF.

J’ai cependant dû quitter mon poste à la tête du Black-and-Red un peu précipitamment, à la suite des enquêtes du FBI sur les ingérences russes lors des dernières élections présidentielles. Clairement, le FBI cherche un coupable, russe et connu de préférence. Il faut un exemple.

Les Démocrates voulaient voir des têtes tomber, des grands noms dans l’entourage proche du président Trump, qui m’est un ami personnel, comme sa fille Ivanka et son gendre Jared. Les Républicains de leur côté, surtout les calotins dans leur rang, salivaient à l’idée de me sacrifier, gênés par l’image de stupre que renvoyaient de moi les journaux à scandale. Les gossips allaient bon train : les belles femmes en latex noirs, les wicked vixens, que nombre d’élus républicains et de membres du clergé côtoyaient pourtant régulièrement, étaient devenues une raison de me faire choir. Les prêches incendiaires des gardiens de la vertu républicains me mettaient en danger.

Bref, il était temps de prendre des vacances et d’oublier de revenir, le temps que tout cela se tasse.

Nereida aussi avait préféré fuir, ainsi que mon amie mexicaine Mariana,. rencontrée il y a quelques temps à Cancún pour ceux qui ont bonne mémoire. Dans l’Amérique de Trump, il fait mauvais être mexicain ou russe et être dans la ligne de mire du FBI…

C’est un couple d’amis qui nous a aidés à fuir : Phillip et Elizabeth Jennings.

Cap Idokopas, Guelendjik

Ayant eu vent de ma présence dans la région (Sochi est à moins de 300 km de Guelendjik), le président m a convoqué plus tôt cette semaine. Il a une affaire à me proposer, paraît-il…

C’est le président en personne qui m’accueille dans la banlieue de Krasnodar, au Cap Idokopas de Guelendjik, dans la somptueuse résidence estimée à $350M mise à sa disposition par un certain Alexandre Ponomarenko.

Putin-at-Bocharov-Ruchey-residence-in-Sochi-800x450

Alexandre Ponomarenko est un milliardaire qui a fait fortune en tant que président du port commercial de Novorossiisk. C’est lui aussi, avec son associé Arkady Rotenberg, un ami d’enfance du président, qui ont remporté l’appel d’offre pour le développement de l’aéroport de Cheremetievo, principal aéroport international de Moscou. Ces deux lascars pèsent lourd : Ponomarenko est la 782e fortune du Monde avec $2.7Mrd alors qu’Arkady Rotenberg ne figure pas dans le top 1000 avec un piètre $2.4Mrd de fortune selon Forbes.

Une toute petite datcha sans fioritures ni confort excessif, exemple de simplicité volontaire, à l’image du président et de ses amis oligarques quoi…

Le président s’enquiert de mon voyage, toujours très prévenant. Mes derniers jours à Washington ont provoqué des remous jusqu’à Moscou, m’apprend-t-il.

« Nous n’aimons pas perdre nos meilleurs agents. »

Les civilités passées, nous entrons dans une petite salle de conférence, où nous attend un homme grand, de mon âge environ. Je ne le reconnais pas tout de suite, mais le président a tôt fait de me le présenter :

« Je vous présente Sergey Galitsky, un de mes amis. »

Sergey Galitsky ! Un autre oligarque, des plus puissants celui-là, qui a fait fortune dans le magasin de détail (le Wal-Mart russe Magnit), sans aide gouvernementale ou presque.

Ce n’est donc pas un oligarque à proprement parler, mais plutôt un tout grand homme d’affaires, la 138e fortune du Monde. C’est aussi le président-fondateur du club de Krasnodar, situé à quelques dizaines de kilomètres d’ici.

La discussion est fort agréable. Cet homme est vraiment intéressant. Il a développé la meilleure académie de jeunes du pays, qui peut se comparer avec des clubs comme le Barça, le Bayern et l’Ajax. Pourtant, en 9 saisons, le club n’a accroché aucun titre encore. Pas même lors de leurs promotions de 2008 et 2010. Les infrastructures sont là, l’argent est là, mais rien… Même pas une vraie pépite malgré les infrastructures de formation.

Il finit par sortir la phrase que j’attendais :

« Gospodin Beaubienov, voulez-vous devenir le prochain entraîneur des Tcherno-Zélènié ? »

Il m’a laissé quelques jours de réflexion…


#2

:excited: :fap2:


#3

Ah parfait le retour de tes storys !


#4

A peine la story débuté, qu’il y a déjà une nana le cul en l’air en train d’attendre son coup…:joy:


#5

Moi perso j’ai horreur de ça, ces Marie-couche-toi-là, c’est pour les pervers dans votre genre que je poste ça… Sinon vous ne suivez pas. :nerd_face: :drooling_face:

:wink: :joy:


#6

Perso, je suis moins depuis que tu as “introduit” toutes ces photos de nanas en latex dans tes storys :wink:
Mais il en faut pour tous les gouts.


#7

Il n’y en avait pas tant avec D.C. United et Montréal, si ? Cela reste des personnages très secondaires, au contraire de Bella dans la temps.

EDIT: ou alors, c’est le manque d’histoire les concernant qui t’ennuie ? Des photos sans rapport, c’est moins cool que dans un contexte peut-être… Cela dit, c’est difficile de broder un contexte vu que ce genre de Madames ne postent que des photos sexy. Bella postait des photos “normales” aussi, ce qui permettait de l’introduire dans le récit.


#8

Disons qu’il faut savoir bien doser, comme tout


#9

Oui, très juste. Ici, le noeud du problème reste quand même l’académie du Krasnodar… Ne pas confondre personnages secondaires faire-valoir et le défi central. :slight_smile:


#10

On m’a dit qu’un certains Grootinovisch bosser a Krasnodar tu confirmes ? :sac:


#11

J’ai regardé leurs confrontations contre le Standard, le niveau de jeu m’avait vraiment bien plu (tout comme ton dernier récit), je suivrai donc ça :slight_smile:

Ils sortent souvent de très bons regens qui plus est !


#12

Je ne sais pas encore… Mais je subodore qu’il y aura des heurts avec des supporters français ou belges lors de rencontres de coupe d’Europe. Et des arrestations. :slight_smile:


#13

très sympa de lire la story avec la musique Russe en fond :slight_smile:


#14

Sympa une storie en Russie. Hâte de voir le déroulement et passe le bonjour à Poutine de ma part :wink:


#15

Краснодар : Saison 2017-18

J’ai rendez-vous au siège du club, sur la Ulitsa Vostochno-Kruglikovskaya (ulitsa = rue). Il n’y a pas à dire, Monsieur Galitsky a fait les choses en grand. Un stade flambant neuf, inauguré il y a moins d’un an, bâti en vue de la coupe du Monde qui aura lieu l’été prochain. Ce petit bijou a coûté R20Mrd, soit environ €300M.

Le coup d’œil par la fenêtre de la limo alors que nous remontons le boulevard vaut le détour.

Ce Monsieur Galitsky n’est pas en manque de moyen… Il est vrai que sa fortune est estimée à R500Mrd, oui, 500.000.000.000 de Roubles (€7Mrd). Avec un tel président, je ne devrais pas manquer de moyen, mais il n’en manquera pas non plus pour racheter mon contrat si je ne réponds pas aux exigences.

Devant l’entrée de la si bien nommée Arena, je me sens tel le gladiateur prêt à relever un défi titanesque pour divertir l’Empereur.

À peine ai-je annoncé mon arrivée à la charmante secrétaire qu’un homme avenant vient à ma rencontre. Il m’emmène à travers le dédale des entrailles de la bête… Je crois qu’il suit un parcours tortueux pour m’en jeter plein la vue… Je ne sais où donner de la tête… Quel luxe ! Un tantinet tape-à-l’œil cependant… Je suis comme un enfant devant le père Noël : je suis sans voix.

Les yeux remplis d’étoiles, je suis introduit dans le luxueux bureau du président-fondateur, meublé dans la tradition Second-Empire. Les formules de politesse passées, Monsieur Galitsky est très chaleureux, me propose une tasse de café et m’invite à m’asseoir.

« Alors Gospodin Beaubienov, vos premières impressions ?
– Je suis sans voix. Quelle merveille. Dites, avec tout ça, votre club se doit d’être parmi les meilleurs clubs européens.
– C’est mon but. Et je compte sur vous pour y arriver. Si le poste vous intéresse.
– Si je n’étais pas intéressé, je ne serais pas ici. »

Mon hôte me parle longuement du club, de sa création il y a neuf ans, de la montée en trois ans de la Division 3 jusqu’à la Rossiyskaya prem’yer-liga, le Chempionat Rossii po Futbolu. Malgré tous ses efforts pour embellir la courte épopée du club, je ressens une frustration dans son discours. Il manque un titre, un coup d’éclat européen, quelque chose.

« Gospodin Beaubienov, que diriez-vous de visiter nos installations ?
– Avec grand plaisir !

Nous entrons rapidement là où le commun des mortels n’a pas accès. Vestiaires, douche, salle de conférence de presse… Je suis frappé par la modernité, mais vu que tout cela a été inauguré il y a huit mois…

Pour finalement visiter le stade…

Nous sommes au centre de la pelouse que deux jardiniers entretiennent paisiblement.

« Alors, convaincu ? me demande Monsieur Galitsky. Je vous offre $1M pour cette saison. Si vous faites le boulot, vous serez prolongé évidemment. Je veux devenir un club reconnu, je veux que notre académie rayonne dans le Monde du ballon rond. Je veux un titre, rapidement, dans les trois ans. Je veux que les autres clubs craignent de venir jouer dans notre ville. Je vous laisse carte blanche pour le recrutement mais j’exige que vous formiez des jeunes au club. Je veux devenir l’Ajax russe ! En plus, vous êtes tout près de chez vous : quelques heures de voiture et vous voilà à Sotchi.
– Je dois avouer que l’offre est alléchante…
– Côté staff, vous avez carte blanche aussi. D’ailleurs, il ne reste quasi plus personne. Beaucoup sont partis, et j’ai mis dehors la plupart de ceux qui ventousaient.
– Hé bien, Monsieur Galitsky, j’accepte ! »

La poignée de main entre le président et le nouveau coach a lieu dans le rond central. C’est un signe…


#16

Yeah, tu reviens dans un championnat que je comprend, je vais pouvoir suivre plus assidument :slight_smile:
Super intro en tout cas !


#17

Comme j’ai pris des bases en russe je vais suivre.


#18

Sacré stade :heart_eyes:


#19

Mes bases de russe se limitent à Google Traduction… et un peu d’intuition linguistique. :slight_smile:


#20

Ahhh un retour en Russie…
Tu t’y sens chez toi plus qu’au states. Je suis bien évidemment :wink: