:storygreen: :S3: :quebec: 🇨🇦 Mon pays, c'est l'hiver

Impact de Montréal / Équipe Canada : Introduction

Logo impact 1

14 décembre 2020 : Stade Saputo

« Je vous présente le nouvel entraîneur de l’Impact de Montréal : Mark Beaubien ! »

Le directeur sportif de l’Impact, Olivier Renard, vient de confirmer mon recrutement auprès du parterre de journalistes présents aujourd’hui, incluant la spitante Catherine Paquette. Par contre, si les présentateurs habituels de TVA Sports sont là, Olivier A. Martineau, Frédéric Lord et Vincent Destouches (de gauche à droite).

tvas 01

Pas de trace d’Hassoune Camara par contre, ni de l’envoutante et hypnotisante Frédérique qu’il me tarde de rencontrer…

Journaliste 1 : Mark Beaubien, tout d’abord bienvenue.
Mark : Merci.
Journaliste 1 : Vous n’êtes pas tout à fait un inconnu en MLS puisque vous avez déjà joué à Dallas dans les années 90. Vous êtes aussi passé par Orlando et DC United comme entraîneur avant de réaliser de grandes choses en Russie. En tant que québécois d’adoption, pourquoi ce retour aux sources ?
Mark : C’est un secret pour personne, je suis un grand partisan de l’Impact, malgré ses errements depuis son accession à la MLS, si on excepte la période Didier Drogba. Ce sont justement ces errements qui m’ont poussé à revenir à Montréal pour prendre en main le club de mon cœur, et d’enfin le faire sortir du marasme.
Journaliste 1 : Vous pensez donc faire mieux que Thierry Henry ?
Mark : Soyons honnêtes : Thierry Henry n’a pas eu de chance. Il n’a pas entraîné Montréal, il a passé son confinement à Montréal, rien de plus. Sans cette pandémie, tout aurait été très différent.
Journaliste 2 : Vous arrivez à Montréal alors que la saison prochaine s’annonce difficile. En effet, les preneurs au livre placent l’Impact bon dernier, même derrière Austin, l’équipe d’expansion. Comment compter vous redresser le bateau ?
Mark : Je commencerai par virer le directeur sportif.

Quelques rires, gênés pour la plupart, se font entendre dans la salle de presse. Je me retourne vers Olivier Renard. Il hoche la tête de gauche à droite, les yeux fermés, un léger sourire aux lèvres. Il est temps de reprendre la parole :

« Vous ne m’avez pas cru j’espère ? Olivier est un ami, c’est d’ailleurs lui qui m’a contacté pour le poste de coach de l’Impact. Nous nous sommes croisés il y a quelques bonnes années au Standard, il y a un grand respect mutuel entre nous. Il va de soi que, sans lui, je ne serais probablement pas assis ici.
– En tout cas, tu n’as pas changé Mark, ajoute-t-il.

Mark : Bon, pour revenir à votre question, je compte revoir de fond en comble la masse salariale de l’équipe, horriblement répartie. Plusieurs joueurs ont déjà été avertis qu’ils risquaient fort de devoir se trouver un autre club. Je veux équilibrer les comptes, dégager des fonds pour recruter où c’est nécessaire. Tester aussi les jeunes du club. On a de nombreux jeunes issus de l’académie mais reste à voir s’ils sont à la hauteur. Bref, il va y avoir du changement. Les preneurs au livre peuvent rigoler, mais ils riront moins la saison prochaine, je vous le dis. En attendant, soyons francs : je ne peux rien vous promettre cette saison.
Journaliste : Certains prétendent qu’une réputation sulfureuse vous précède, et que vous êtes plus prompt à passer du temps dans le milieu de la nuit qu’à l’entraînement aux aurores. Est-ce vrai ?
Mark : Ne croyez rien de ces balivernes et billevesées. Quelque racontar de jaloux probablement.
Journaliste : Demain commence officiellement la saison 2021 avec la Draft d’expansion. Comment voyez-vous la suite des événements ? Comment pensez-vous gérer l’intersaison ?
Mark : On doit se renforcer, c’est une certitude. Reste à voir comment et avec qui. J’ai bien deux ou trois pistes en vue mais rien de précis encore.
Journaliste : On dit que vous aimez recruter dans les pays où vous êtes passés. Doit-on s’attendre à une russification de l’Impact ?
Mark : Pas de prime abord, mais c’est certain que j’aime recruter dans les championnats que je connais, cela évite les mauvaises surprises.
Journaliste : Donc, si je comprends, nous devrions voir des Russes, des Sud-Africains et des Belges débarquer à l’impact.
Mark : Je suis certain qu’Olivier ne verra pas d’inconvénients à recruter belge. Comme anciens gardiens de buts, nous avons d’ailleurs un prospect en vue. Pour les Russe c’est à voir mais je n’exclus rien. Puis, je compte aussi recruter local, notamment au moyen de notre excellente académie, sans oublier les Américains qui composent la colonne vertébrale de notre ligue.
Journaliste : On vous dit très autoritaire à l’entraînement, les joueurs devront travailler dur. Cela fonctionne sans doute en Russie, mais au Québec ?
Mark : Je ne peux pas promettre de russification de l’effectif, mais attendez-vous à voir une Poutinisation de la gestion du club !
Journaliste : Est-ce vrai que vous allez également devenir le sélectionneur de l’équipe nationale canadienne ?
Mark : Oui, en effet.
Journaliste : Vous n’avez jamais caché vos aspirations politiques. Comment un Souverainiste convaincu comme vous, qui a toujours pourfendu l’ingérence du gouvernement fédéral dans les affaires québécoise, va-t-il pouvoir unifier le Canada derrière lui ?
Mark : Je milite en effet pour un Québec indépendant, libre de ses choix et libéré du joug canadien qui lui dicte quoi faire, avec mépris qui plus est dans le cas de Justintin Trouduc, mais tant que le Québec est dans le Canada, cela reste mon pays. Puis, je ne suis pas l’ennemi du peuple canadien, je suis juste un amoureux du peuple Québécois libre !
Journaliste : Mark, pour finir, qu’est-ce que cela vous fait de revenir à Montréal ?
Mark : Une chanson vaut mille mots…

Quelle magnifique chanson de Robert Charlebois…

Vous l’avez compris, les choses sérieuses commencent !

J’ai bidouillé la base de données pour être franc, et j’ai acheté l’éditeur in-game. La MLS doit posséder un God of Transactions pour rester compétitive sur la durée. Malheureusement. D’ailleurs, Austin aura déjà besoin d’un petit coup de pouce pour avoir un effectif assez étoffé au début de saison.
Cet éditeur in-game ne servira qu’à aider les autres clubs à rester compétitifs et surtout assez fournis, en aucun cas et d’aucune façon pas à aider l’Impact.

La suite bientôt… Enfin, cela dépend de la conférence de presse de 17h aujourd’hui, car on s’enligne vers (québécisme signifiant se diriger vers) un confinement sévère dès samedi. Trop de temps pour jouer, pas assez pour poster alors…

Je suis en tout cas certain que les puristes, esthètes et autres amoureux de l’Art seront ravis de revoir la belle Québécoise prénommée Krystelle… Sans oublier les autres… Un petit tour des beautés québécoises au programme ! :slight_smile:

12 J'aime

J’ai vu LATEX, je suis venue tout de suite… :grin: :grin: :grin:

2 J'aime

Bon chance

1 J'aime

Le retour du défi canadien j’en suis évidemment :smiley:

Mais dégage vite Renard je ne le supporte pas :kappa:

1 J'aime

T’appelles-tu Marco, de Tropoïa ? :wink:

1 J'aime

Ah là là, ces querelles de clocher… :wink:

Je ne sais pas mais moi j’ai bien aimé de voir un Belge comme Directeur sportif à l’Impact. Donne-lui quelques mois et on va avoir un solide trio de JD à l’Impact: Kevin De Bruyne/Eden Hazard/Romelu Lukaku !

1 J'aime

Ma marque de fabrique ça !

Puis, ce n’est pas de ma faute si des créatures du Seigneur se parent de luxure brillante et provocante pour attiser ma concupiscence pécheresse. Pour paraphraser Baudelaire, ces démones, timides et libertines, et fragiles et robustes, sont si doctes aux voluptés que sur ce matelas qui se pâment d’émoi les Anges impuissants se damneraient pour elles.

Je suis une victime là-dedans, ne vous y trompez pas ! Et Baudelaire un génie de la plume !

PS: je ne résiste pas au plaisir de vous poster ce magnifique poème de Baudelaire, écrit en 1857 (!!!).

Les MĂ©tamorphoses du Vampire

La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu’un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
- « Moi, j’ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d’un lit l’antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les Ă©toiles !
Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
Lorsque j’étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j’abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d’émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi ! »

Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d’amour, je ne vis plus
Qu’une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
Je fermai les deux yeux, dans ma froide Ă©pouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
À mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d’eux-mêmes rendaient le cri d’une girouette
Ou d’une enseigne, au bout d’une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d’hiver.

2 J'aime

:fap2:

Ce n’est pas spécialement suite à son passage au Standard, il est d’ailleurs passé 3 fois par Charleroi :smiley: !

Je le trouve un peu faux (comme beaucoup de gens dans le monde du foot).

Maintenant il est bon pour trouver des recrues méconnues à bas prix, je lui laisse cela :smiley:

1 J'aime

Un peu comme Goethals qui propose un attaquant néerlandais de Malines à Tapie quoi, lui qui passait ses nuits à visionner des grands joueurs sud-américains.

PS: Ă  moins que ce ne soit Ă  Bordeaux ?

Ja cite la DH: « Cette saison-lĂ , Goethals avait rĂ©alisĂ© le transfert de l’annĂ©e. Il avait fait venir Piet Den Boer du FC Malinois pour un prix ridicule de 5,7 millions de francs belges (142.500 euros). Finalement, Den Boer inscrivit 21 buts. Les autres Bordelais les plus connus de cette Ă©poque Ă©taient le gardien Bell, Allofs et Jesper Olsen. Â»

Lien: À Bordeaux, Raymond-la-frite est devenu Raymond-la-science - DH Les Sports+

Haaaaa du latex

Non pardon haaaaa la MLS retour à tes premiers amours avec les canuks bonne chance l’ami.

1 J'aime

On s’est eu au téléphone il y a deux jours…
Je t’avais dit que je te retrouverais !

1 J'aime

Bon moi je suis là que pour les quebecquoises …

1 J'aime

J’ai la bite à la main je suis prêt :dsk:

4 J'aime

Ooohhh @Groot, quelle grossièreté, quel sexisme décomplexé ! Chantre du patriarcat va ! Coryphée de la misogynie ! Mais que fait la censure ? Où sont les modérateurs ? Il n’y a personne qui gère ce forum ou quoi ?

:wink:

Pas de confinement en vue au Québec, donc je vais pouvoir avancer de concert entre jeu et récit. J’ai commencé avant-hier, c’est donc une partie toute neuve, mais je l’aime bien Olivier Renard, on va faire du bon boulot ensemble je sens !

1 J'aime

Je viens d’allumer ! :slight_smile: Je me demandais pourquoi tu me disais ça…

"Rien de personnel…
PAN
"Pour moi c’est très personnel ! "

Ma blonde et ma fille l’ont tellement écouté que je le connais par coeur presque. :slight_smile:

1 J'aime

Impact de Montréal / Équipe Canada : Introduction

Logo impact 1

Liège, le vendredi 1er janvier 2021

Le paysage de l’autoroute E25 défile sous mes yeux. Après une bonne heure de route, en provenance de Bruxelles, nous approchons enfin de notre but. Quand même, je ne suis pas tranquille, j’ai encore des doutes. Je me retourne vers Olivier Renard, qui conduit notre véhicule de location.

« Tu es certain, Olivier, que c’est l’homme qu’il nous faut ?
– Oui Mark. Écoute, on ne va pas revenir là-dessus. On en parle depuis deux semaines, on a fait des vidéos conférences avec la Belgique, on a présenté des vidéos à Monsieur Saputo, qui n’est pas facile à convaincre quand les joueurs ne sont pas italiens. On a même dû se taper un billard à bouchons avec le mononcle dans un carberdouche à Seraing avant-hier.
– Ouais mais, il a pris un peu le melon le gamin, tu ne trouves pas ?
– S’éloigner de sa région lui fera le plus grand bien, à lui et son ego.
– Tu as raison. Puis, je n’ai pas mon pareil pour mettre une belle fille par hasard sur la route de mes recrues… »

Formé au Standard, petit-fils et neveu de deux grands gardiens de but belges, nous tenons notre recrue entre les perches montréalaises :

Arnaud Bodart

En fin de contrat à Sclessin, il en signe un avec l’Impact ce premier jour de 2021 pour nous rejoindre début juillet ! Il aura alors 23 ans et deviendra notre gardien titulaire. Son contrat s’échelonnera sur 3 ans, avec un salaire annuel de $380K, pour un impact sur le plafond salarial de $462K vu sa prime de $200K et celle de l’agent de $45K.

03.2 Arnaud Bodart

Reconstruction

Arnaud Bodart est la première recrue d’importance à se joindre à l’équipe cette intersaison.

À mon arrivée, il fallait d’abord entreprendre un ménage dans l’effectif, avec beaucoup de joueurs, quelques-uns horriblement gourmands par rapport à leur potentiel, beaucoup d’autres avec un salaire raisonnable mais un niveau totalement insuffisant pour espérer jouer un rôle dans la ligue. La MLS n’est pas un grand championnat, mais ce n’est pas non plus une D3.

Il faut reconstruire quasi de A à Z, avec des joueurs de moins de 30 ans idéalement.

Un aperçu du foutoir à mon arrivée.

Le gardien de but titulaire, le Sénégalais Clément Diop (qui est aussi français et américain), n’a pas le niveau. Dès que Bodart est apparu sur le radar, nous l’avons listé et Reims a étalé $1,1M pour l’obtenir.

02.6 diop

Pantemis est un bon espoir et a le niveau pour cirer le banc alors que Sirois devrait être prêté. Je compte quand même recruter un 3e gardien, un jeune espoir canadien ou américain pour faire le compte et éviter de devoir rappeler Sirois en cas de blessure.

En défense, il y a à boire et à manger. Nous possédons une bonne paire centrale, atypique puisque le plus vieux a plus du double de l’âge du plus jeune. L’Anglais de 19 ans, Binks, est assurément un excellent espoir, mais il nous est prêté pour un an ; son comparse Fanni a de l’expérience avec ses 39 ans et semble toujours avoir le niveau pour jouer une saison de plus à un bon niveau. Une charnière centrale à court terme, quoi qu’il arrive : Binks devrait retourner à Bologne en fin de saison et Fanni est à l’automne de sa carrière.

Les flancs défensifs sont vides par contre tandis que le banc n’est pas mal pourvu, et est très polyvalent, avec Brault-Guillard, Waterman et Raitala.

Direct listé : Rudy Camacho, très moyen avec un salaire exorbitant. Lui aussi retourne en France, au FC Metz qui a déplié $1M pour l’obtenir.

02.5 camacho

Au milieu, nous possédons cinq joueurs qui ont le niveau : le capitaine québécois Samuel Piette épaulé par Victor Wanyama (JD) comme milieux centraux et le trio Romell Quioto/Bojan/Lappalainen comme milieux offensifs.

Sur le banc, j’aime assez l’Argentin Emanuel Maciel en doublure, comme Ballou Tabla sur les flancs. Quelques bons espoirs, surtout le jeune Tomas Giraldo, 17 ans seulement. Mais aussi beaucoup de joueurs inutiles, comme Sedjic et Saba, voire Choinière. Saba en tout cas nous a rapidement quittés, échangé au NYCFC contre le 50e tour de Superdraft et une place d’étranger pour deux saisons.

02.1 saba

Parmi les trois attaquants, le titulaire, Maximilano Urruti, a directement été échangé vu son salaire, sa fragilité et son niveau moyen. Il a rejoint Cincinnati contre les 4e et 31e choix de Superdraft à venir. Les deux autres ont le niveau pour assurer la profondeur

02.2 urruti

Conclusion : nous avons besoin au minimum d’un gardien titulaire, de deux arrières latéraux (voire d’une défense complète dans un an max), de quelques réservistes au milieu et d’un attaquant de pointe.

Nous tenons déjà notre gardien, qui arrivera en mi-saison, il faudra donc assurer le joint, possiblement via un prêt.

Le club

Ce n’est un secret pour personne : le Québec n’est pas l’entité la plus riche du continent, loin de là. L’Impact, à son image, n’est pas le club le plus riche de la ligue. Il va falloir avoir le nez fin pour se renforcer sans péter le plafond salarial. Cela dit, les départs de Diop et Camacho ont fait du bien aux finances, et ceux de Saba et Urrutil ont apporté de beaux choix de Superdraft :

Nous avons près de $5M de disponible pour recruter…

04.2 finances

Et de la place dans le plafond salarial pour accueillir les nouveaux venus, sans oublier que nous pourrons faire diminuer l’impact de certains avec nos GAM…

04.3 gam tam

Enfin, on a des choix de Superdraft intéressants à proposer en échange de joueurs au sein de la ligue.

05.1 Impact de Montréal_ Choix de Draft

Au moins, les infrastructures sont au niveau, quoique perfectibles.

00.7 Montreal Impact_ Infrastructures

Mark Beaubien

Comme de coutume, je me suis arrêté à place Versailles, le petit centre commercial près du siège social du club, sans parvenir à trouver chaussure à mon pied pour me vêtir. Je me suis donc retourné vers le « Village des Valeurs », magasin de vêtement de seconde main que tout bon Québécois visite quand il est invité à une soirée « Années 70 ».

Je suis visiblement stressé, je sue abondamment… À moins que je ne sois intimidé par quelques gros bras de l’équipe qui m’ont passé tout habillé sous la douche… Ou encore, je suis incontinent malgré mon jeune âge.

00.0 mb pic

Les choses sérieuses commenceront sous peu ! En tout cas je n’ai pas perdu mon temps : j’ai fait un saut en grande banlieue de Montréal à Noël, pour rendre visite à Krystelle… Elle ne s’est pas assagie depuis mon dernier passage…

Krystelle de Noël

KL01

Bon week-end les chums !

8 J'aime

Oh putain c"te dégaine :joy: :joy: :joy: :joy:

C-est-mon-pote-il-est-drole-Cristina-Cordula-fait-de-rares-confidences-sur-le-papa-de-son-fils
Non non non ma chérie ça va pas du tout la aie aie aie

1 J'aime

C’est surtout le neveu d’un brigand :kappa:

Par contre Bodart est un des rares joueurs liégeois que j’apprécie, bon choix :smiley:

image

C’est le Camacho passé par Waasland ? :thinking:

Si oui j’ignorais qu’il était parti au Canada !

2 J'aime

Oui c’est lui. Il n’a jamais rien foutu de bon à l’Impact… Encore un coup de Renard sans doute… :slight_smile: