:STORYGREEN: :S1: Oh flower of Scotland 🏮󠁧󠁱󠁳󠁣󠁮󠁿

Oh flower of scotland

Introduction

Cela fait un moment que je n’ai pas Ă©cris. Ces deux derniĂšres annĂ©es furent particuliĂšrement douloureuses, entre la perte de ma grand-mĂšre, de ma tante, dans des conditions difficiles. J’ai besoin d’un nouvel Ă©lan. L’échec de 4 ans de procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e, les diffĂ©rents reports de notre mariage suite Ă  la covid ont fait que finalement nous n’avons fait qu’un mariage civil avec 7 de nos proches. Enfin, je me plains mais j’en garde un trĂšs bon souvenir quand mĂȘme, entre le barbecue, la partie de pĂ©tanque, la fin de soirĂ©e un peu trop arrosĂ©e 


NĂ©anmoins, je ne me sens pas Ă  l’aise dans ma vie et je crois que ce n’est pas Ă©vident pour Alex non plus. Je n’en sais rien Ă  vrai dire 
 Parfois je ne sais pas ce qu’il ressent, il est toujours dans le contrĂŽle de soi, je sais qu’il fait ça pour moi aussi mais c’est difficile de le dĂ©chiffrer, mĂȘme aprĂšs 10 ans de relation. J’ai besoin de changer d’air, de penser Ă  autre chose, de m’éloigner de ma famille mĂȘme si j’en suis proche. On ne roule pas sur l’or mais je pense qu’on pourrait quand mĂȘme se payer un voyage, au Maroc par exemple pour que je lui fasse dĂ©couvrir ce pays, ou bien en Irlande ou l’Écosse peut ĂȘtre.

« Mais Margaux, pourquoi tu n’oses pas me dire ce genre de choses. Ça fait longtemps que tu as Ă©cris ça dans ton journal ? »

« Oui plus d’un an, mais je sais que je suis dĂ©pensiĂšre et que je ne semble jamais ĂȘtre heureuse, je ne veux pas te mettre plus de pression Alex et je prĂ©fĂšre parfois garder mes envies et mes projets pour moi »

« Je ne pense pas que ce soit la solution, et ça risque de t’étonner mais je pense que c’est une bonne idĂ©e d’aller voyager, l’Ecosse c’est un rĂȘve pour moi, tu sais que dans ma famille il se raconte que mon arriĂšre grand-pĂšre est le fils d’un soldat Ă©cossais mort pendant la 1ere Guerre Mondiale, et puis j’ai toujours aimĂ© ce pays. C’est quand mĂȘme la terre de Chris Patterson, Braveheart, Lewis Capaldi et mĂȘme Drew McIntyre ! Pourquoi pas aprĂšs tout ! »

« Mais non tu rigoles ? Let’s go alors ! »

Pendant des mois, Margaux organisa tout dans les moindres dĂ©tails, elle adore organiser tout un tas de chose 
 D’abord acheter le guide du routard, puis lui vient l’idĂ©e du road trip. Évidemment, elle ne compte pas conduire ce sera Ă  moi de le faire, mais sincĂšrement ça ne me dĂ©range pas alors j’accepte et je relĂšve les dĂ©fis. Il paraĂźt que les Ă©cossais sont trĂšs courtois au volant en plus.
Margaux m’a Ă©galement conseillĂ© de faire un journal intime, enfin elle appelle ça un bullet journal. Je vais plutĂŽt me faire une sorte de blog pour moi mĂȘme, ce sera peut ĂȘtre bien pour que je puisse m’extĂ©rioriser un peu plus.

Et quelques mois plus tard, le rĂȘve se rĂ©alise et nous voila en Ecosse !


EUROSTAR

Jour 1 : Le jour du dĂ©part est enfin arrivĂ©, les bagages sont prĂȘts dans le couloir de la maison. je vois Margaux vĂ©rifier pour la milliĂšme fois que nos passeports sont bien dans son petit sac rose. Nous prenons enfin la route direction Lille ou nous prendrons l’Eurostar jusqu’à Londres puis un autre train jusqu’à Edimbourg. Oui, j’ai une peur bleue de l’avion et je ne compte pas le prendre un jour 
 Le trajet se passe plus ou moins sans encombre, enfin nous arrivons avec 4h de retard Ă  Edimbourg suite Ă  un problĂšme de train 
 La mĂ©diocritĂ© n’est pas que chez la SNCF apparemment 
 Il est temps de se reposer avant le dĂ©but du road trip le lendemain matin.

Jour 2 : On retire la voiture de location, une Opel, enfin ils appellent ça une Vauxhall ici, puis on se dirige vers Stirling. La conduite Ă  gauche est un vrai casse tĂȘte surtout dans la campagne ou j’ai dĂ©jĂ  accrochĂ© deux trois fois la jante, mais aprĂšs la premiĂšre heure, je prends l’habitude et Margaux est une copilote de rĂȘve, elle m’indique quand je roule trop Ă  gauche. Nous roulons toute la journĂ©e dans des paysages magnifiques entre montagnes et loch.

Nous arrivons enfin Ă  notre point de chute pour la nuit : Fort William.
La ville n’est pas trĂšs grande, mais trĂšs chaleureuse. Margaux dĂ©cide que nous irons passer notre premiĂšre vraie soirĂ©e dans un pub. AprĂšs quelques minutes Ă  dĂ©ambuler, on est attirĂ© par un petit bar qui ne paye pas de mine, mais l’ambiance est folle. Nous nous asseyons au comptoir et commandons 2 pintes. Les gens sont extrĂȘmement chaleureux et plusieurs personnes discutent spontanĂ©ment avec nous. Un match est diffusĂ© sur les Ă©crans et les supporters des 2 Ă©quipes hurlent Ă  tour de rĂŽle. A la fin du match, un homme assis Ă  ma droite s’appelant Colin entame la conversation et bien Ă©videmment nous dĂ©vions rapidement sur le foot, ma grande passion. Il nous demande d’oĂč nous venons, nos mĂ©tiers 
 Il est trĂšs sympa et je lui donne mon Facebook pour que nous puissions rester en contact.
La soirée se termine sur un débat sur la prochaine coupe du monde et son futur vainqueur.

Jour 3 : Direction l’üle de Skye. C’est un Ă©norme coup de cƓur pour nous. Les paysages sont Ă©blouissants et nous laissent sans voix, ce qui est plutĂŽt rare du cĂŽtĂ© de Margaux qui Ă  la langue bien pendue. Les montagnes Ă  perte de vue et l’immensitĂ© de la mer nous changent les idĂ©es. On dort perdu au milieu des montagnes dans une ferme Ă  Torrin, je crois que je ne me suis jamais senti aussi apaisĂ© dans ma vie. Tout semble hors du temps 


Jour 4 : Toujours l’üle de Skye mais cette fois nous passerons la nuit Ă  Portree. Lors de la journĂ©e, nous faisons le tour nord de l’üle en admirant l’old man of storr notamment.

Jour 5 : Direction Ullapool et cette fois on s’enfonce un peu plus dans le nord de l’Ecosse. Les routes Ă©troites nous obligeant Ă  stationner sur les passing places sont assez stressantes, mais comment ne pas profiter de l’environnement 
 On dĂ©guste un fish and chips incroyable le soir, dans un petit local qui vend directement des poissons pĂ©chĂ©s du jour. On a l’impression d’ĂȘtre au bout du monde, perdu dans la simplicitĂ© et les vallons Ă©cossais.

Jour 6 : On part dormir à Beauly, un magnifique village, mais avant ça, on visite le Loch Ness Centre and Exhibition puis on fait un tour en bateau sur le loch Ness et enfin, on parcourt les ruines du chñteau d’Urquhart.

Jour 7 : On reste dans le coin d’Inverness, et on rejoint la ville par le Kessock Bridge, juste Ă  cĂŽtĂ© du stade de la ville 
 Un petit stade bien british, qui surplombe l’eau, juste magnifique
 On visite ensuite le site de la bataille de Dunvegan ainsi que le Fort George. De retour en ville, on s’arrĂȘte pour manger une pizza chez Zizi ahah ! Pardon ça me fait rire vraiment c’est ca la pire 
 Mais il y a vraiment un restaurant qui s’appelle comme ça.

Jour 8 : Retour vers Edimbourgh, on fait une halte Ă  Pitlochry, un village magnifique comme Beauly avec une incroyable boutique de NoĂ«l 
 Margaux est sous le charme, ce serait son rĂȘve de travailler dans une boutique comme ça !

Jour 9 : Visite d’Edimbourgh, beaucoup de marche, on est extĂ©nuĂ©s, mais avant de rejoindre l’appartement, je dĂ©cide de marcher jusqu’a Easter Road, l’antre du Hibernian FC, un club qui joue en vert comme l’ASSE mon club de cƓur, j’étais donc obligĂ© de me rendre la bas.

Jour 10 : C’est dĂ©jĂ  l’heure du retour en France, des paysages plein la tĂȘte 



11 « J'aime »

:heart_eyes::heart_eyes:

2 « J'aime »

Un post et me voilĂ  dĂ©jĂ  dans l’ambiance. Hate de lire la suite

1 « J'aime »

J’ose espĂ©rer que ce voyage en Écosse va titiller ce cher Alex d’y retourner plus vite que prĂ©vu !

1 « J'aime »

C’est le North of scotts tour typique que tu nous dĂ©cris mis Ă  part un passage au loch ness et Ă  Orkney mais c’est top. HĂąte de lire la suite

1 « J'aime »

On arrive à se transporter et voyager en Écosse rien qu’à la lecture
. hñte de voir la suite et ton club l’ami

Le pub des supporters

Merci pour vos rĂ©actions ! Oui il s’agit en effet d’un roadtrip assez classique de l’Ecosse que j’ai pu faire, et que j’ai du lĂ©gĂšrement adaptĂ© suite Ă  une blessure au dos au dĂ©but du voyage. De base il Ă©tait prĂ©vu d’aller jusqu’à Thurso au nord.

J’espĂšre que la suite vous plaira ! En attendant servez vous, et Ă  votre santĂ© !

Alex.

4 « J'aime »

Oh flower of scotland


Me revoici Ă  Ă©crire aprĂšs tout ces changements. Je ne pensais pas que ce voyage allait changer ma vie. Il faut du courage pour changer de vie, mais parfois beaucoup de chance aussi. Et quand la chance se prĂ©sente Ă  nous, il faut Ă©viter de lui tourner le dos. Moi, passionnĂ© d’histoire, de sports, alliant difficilement un travail qui ne me passionnait pas avec quelques activitĂ©s comme entraĂźner les U19 de l’Olympique Hesdin Marconne et Margaux, qui a tant voyagĂ© dans sa jeunesse, au Maroc, en Égypte, en Italie et mĂȘme Ă  Djibouti 
 On ne pouvait pas laisser passer cette chance de vivre en Écosse.

Lors de nos vacances, nous nous sommes amusĂ©s Ă  regarder les diffĂ©rentes offres d’emplois, pour s’amuser oui 
 Mais au fond de nous, on se disait pourquoi pas ? Le rĂ©sultat est qu’aujourd’hui, j’ai un emploi Ă  mi temps au Co-Op Food de Caol, un Ă©quivalent d’un carrefour market chez nous, et Margaux travaille a l’office de tourisme de Fort William. Elle aussi est passionnĂ©e d’histoire, on s’est d’ailleurs rencontrĂ© il y a 11 ans a l’universitĂ© d’histoire d’Arras. Malheureusement, en France, les diffĂ©rentes difficultĂ©s personnelles et familiales nous ont enfermĂ©s dans une bulle ou nos besoins et envies se sont perdues.

coop food

Mais cette pĂ©riode est rĂ©volue, les rĂȘves sont Ă  nouveaux autorisĂ©s dans nos vies. Pour Margaux c’est celui d’ouvrir un gĂźte pour les touristes, prendre soin des gens c’est vraiment son truc. En ce qui me concerne je n’ai jamais Ă©tĂ© rĂ©veur, mais ma rencontre avec Colin dans le pub de Fort William lors des vacances a dĂ©bouchĂ©e sur une opportunitĂ© 
 Celle d’entraĂźner l’équipe de Fort William. C’est drĂŽle car je n’avais pas compris qu’il Ă©tait le dirigeant du club quand on s’est rencontrĂ©, trĂšs vite la biĂšre et le talisker m’ont fait perdre ma mĂ©moire lors de notre discussion Ă  l’époque 
 Il m’a contactĂ© sur Facebook pour prendre de nos nouvelles. Et on a continuĂ© Ă  parler de foot, des livres qu’on avait sur le sujet, de notre approche humaine sur le sujet. L’humain, c’est ça qui nous a reliĂ©. On deteste tout les deux les anglais, ça fait un bon point commun dĂ©jĂ  et il me racontait justement que l’actuel prĂ©sident du club est un anglais, l’angoisse. Outre cet aspect, on Ă©tait tout les deux déçus de ce que devient le football (et pas uniquement car je supporte l’ASSE). Et c’est comme ça que j’ai obtenu un contrat dans son Ă©quipe 
 On s’est mis d’accord assez rapidement alors que je ne savais mĂȘme pas dans quelle division l’équipe jouait, Colin m’a juste dit qu’avec ce contrat, je pouvais trouver un emploi Ă  mi temps et ne pas avoir Ă  m’inquiĂ©ter. Et quoiqu’il arrive, si l’aventure ne s’éternise pas, je trouverais certainement du travail dans le coin, il connaĂźt beaucoup de gens Ă  force de frĂ©quenter les pubs du coin.

Quoiqu’il en soit me voila entraĂźneur du Fort William FC et de retour en Ecosse pour une durĂ©e indĂ©terminĂ©e 



8 « J'aime »

Test mĂȘme pas aller sur l’üle de Islay
 Un scandale !!!

Faut vraiment que je fasse l’Écosse perso !

Je suivrais assidûment !!! :scotland:

Fort Williams c’est bien l’équipe qui est restĂ©e 2-3 ans sans gagner un match non?

1 « J'aime »

J’adore dĂ©jĂ  ce rĂ©cit :heart_eyes: je connaissais dĂ©jĂ  un peu le club ( MERCI FM :sweat_smile: ) mais j’ai dĂ©couvert + du club et de l’histoire il y Ă  quelques mois grĂące Ă  cette vidĂ©o d’un Youtubeur UK BETTER TIMES AHEAD FOR "WORLD'S WORST" FOOTBALL TEAM? Fort William FC - YouTube . HĂąte de voir la suite tu pars donc de D6

1 « J'aime »

Oui c’est ça ils ont Ă©tĂ© relĂ©guĂ© en North Caledonian

@WaterMinator62 mais mais je reviens sur un truc
. Tu n’aimes pas les anglais ??? M’enfinnn :grinning:

OH FLOWER OF SCOTLAND
WHEN WILL WE SEE
YOUR LIKE AGAIN
Je dirais bien que ce rĂ©cit va rĂ©veiller ma scotophilie mais ce mot ressemble un peu trop Ă  un autre mot beaucoup moins glamour donc contentons-nous de dire que c’est un rĂ©cit qui sent bon l’Ecosse. L’Ecosse profonde et paumĂ©e qui plus est :smiley:

Flower of Scotland, hymne dont j’ai eu l’honneur de chanter au Roazhon Park en compagnie de Infantino pendant le Mondial fĂ©minin en juin 2019. :smiley:

Toujours aussi bien Ă©crit. HĂąte de voir la suite

Le pub des supporters

Chers supporters, veuillez d’abord recevoir toutes mes excuses concernant le manque d’informations, j’ai fait mention lors de notre derniĂšre rencontre d’une rencontre d’une blessure au dos, celle ci s’empire et je souffre d’une hernie discale. Alitement presque obligatoire pendant deux semaines, j’en ai profitĂ© pour parfaire mes connaissances footballistiques en lisant la pyramide inversĂ©e de Jonathan Wilson notamment, et en consolidant mes connaissances en anglais !

Et maintenant mes remarques concernant vos commentaires !

Et oui, financiĂšrement il fallait condenser et faire au mieux ! Pas de Glasgow non plus !

Ahah oui on peut dire qu’on peut rĂ©sumer cette Ă©quipe a cela !

No Rosbeef !

Bon sang, j’avais mal lu scotophilie !

Le plus bel hymne du monde selon moi !

Merci beaucoup !


2 « J'aime »

Fort William FC est un club semi professionnel fondĂ© en 1974, Ă©voluant actuellement dans le championnat North Caledonian (un des championnats du 6eme niveau Ă©cossais) aprĂšs avoir connue la relĂ©gation la saison passĂ©e. De sa creation jusqu’en 1983, le club participa essentiellement a des matchs et des tournois amicaux avant d’intĂ©grer la division dans laquelle nous sommes actuellement. Rapidement, le club accĂ©da a la division 5 en 1985. Il y stagna durant de longues dĂ©cennies, jusqu’à la saison 2021/2022.

Le palmarÚs du club est presque vierge, hormis la Football Times Cup, une compétition regroupant les clubs non professionnels du nord des Highlands et un titre dans le championnat de Calédonie du Nord, dans lequel nous évoluons actuellement.

Le club est basé dans la ville de Fort William, peuplée de 9900 habitants ce qui en fait la deuxiÚme ville la plus peuplée des Highlands aprÚs Inverness.

Aucune rivalitĂ© n’existe Ă  ce jour, le club Ă©tant assez rĂ©cent et le football moins populaire que d’autres sports comme le shinty, l’ancĂȘtre du hockey sur gazon. La ville possĂšde d’ailleurs un club de bon niveau.


Bon vous allez me dire, oui c’est un petit club au nord de l’Ecosse, rien de particulier non ? Et bien pas vraiment, vous allez voir, la prĂ©sentation va prendre une toute autre tournure.


0_Fort-William-FC-03JPG

L’équipe joue ses matchs Ă  domicile Ă  Claggan Park, situĂ© Ă  la pĂ©riphĂ©rie de Fort William avec en toile de fond les contreforts pittoresques du Ben Nevis. La capacitĂ© serait de 1800 personnes dont 400 places assises. C’est l’un des stades les plus rustiques au monde, il est au pied du point culminant des Ăźles britanniques, dans une zone gĂ©ographique ou les alĂ©as de la mĂ©tĂ©o font que le stade est trĂšs souvent inondĂ© en l’hiver.

Les infrastructures sont trĂšs insuffisantes voir inexistantes en comparaison avec le club de shinty.

La pelouse est dans un état catastrophique, et la tribune principale est en ruine, dangereuse pour les supporters. Heureusement deux petites tribunes furent installés juste avant mon arrivée.

2023-04-20 08_24_14-Window

Voila les informations en ma possession concernant le club. Malheureusement en effectuant quelques recherches sur Internet, j’ai trouvĂ© quelques articles pas trĂšs glorieux, que ce soit dans des articles outre manche et mĂȘme en France 
 Je peux dire que ça a bien fait rire Margaux, d’autant plus que l’on a regardĂ© les hĂ©ros du gazon il y a peu de temps 
 Ce club est donc rĂ©putĂ© comme le pire club de foot Ă©cossais, et pour certains du monde.

pire Ă©quipe de foot

the guardian

BBC

Vous commencez Ă  voir le guet-apens ? Le club est prĂ©sent dans les plus grands mĂ©dias du pays, et dans certains mĂ©dias internationaux, comme Ă©tant un symbole de la dĂ©faite, sacrĂ© Colin il me l’avait bien cachĂ© ! Mais tĂąchons de comprendre pourquoi le club en est la.

Longtemps pensionnaire de la division des Highlands (D5 Ă©cossaise), le club s’est malheureusement illustrĂ© par des rĂ©sultats calamiteux, des diffĂ©rences de buts inimaginables dĂ» Ă  plusieurs facteurs. Le premier Ă©tant la situation gĂ©ographique de la ville. La ville est isolĂ©e Ă  l’est des Highlands tandis que la plupart des clubs de D5 ou D6 sont au nord ou Ă  l’est.

2023-05-20 20_04_42-North Caledonian Football Association - Wikipedia

Il n’y a pas beaucoup de solutions pour faire les dĂ©placements hormis le bus, et les routes ne sont pas toutes adaptĂ©s pour les trajets en bus. Donc voila dĂ©jĂ  une excuse pour les matchs Ă  l’extĂ©rieur. Pour le reste, le club n’est pas trĂšs organisĂ©, le football n’étant pas trĂšs populaire par rapport au shinty notamment. Enfin, pendant plusieurs annĂ©es, il n’y avait pas de relĂ©gation dans la D5 des Highlands et de ce fait, l’écart continuait Ă  se creuser avec les autres, ce qui a conduit aux rĂ©sultats suivants 


A noter un record de - 7 points sur la saison 2018-2019 suite à des enregistrements illégaux de joueurs sur la feuille de match. Et je ne parle pas des différence de buts dépassants réguliÚrement les -100 et dépassant parfois les -200 



9 « J'aime »

Va falloir charbonner. Bon courage :muscle:

1 « J'aime »

tu vas avoir une belle aventure pour faire tout cela

1 « J'aime »

J’ai pas pu me retenir de pouffer en voyant ça
Magnifique, quelle immersion, LÀ je ressens bien la situation du club :hoho:

1 « J'aime »