:storygreen: :intro: :danubio: L'Universidad del Futbol

lA UNIVERSIDAD del FUtbol

Sans titre 5

SOMMAIRE

  1. Avril 2021 : Nomination d’Alvaro Recoba - Lien
4 « J'aime »

lA UNIVERSIDAD del FUtbol

Sans titre 5

Coup de tonnerre à l’issue de la saison 2020 en Uruguay : le Defensor SC et le Danubio FC sont relégués en Segunda División. Séisme national car à l’exception des géants du Peñarol et du Nacional, les deux clubs sont les plus titrés de l’ère professionnelle du championnat uruguayen. Comment un tel cataclysme a-t-il pu se produire ? Reverra-t-on le Tuerto et l’Universidad del Futbol rapidement en première division ?

grand nom, club « moyen »

Le Danubio Football Club fait partie des plus gros clubs en Uruguay, loin derrière Peñarol et Nacional. Mais difficile de parler de gros club, quand celui-ci ne compte pas plus de quatre titres de champion. En comparaison, les deux géants en totalisent quatre-vingt dix-huit à eux deux. Et s’il existe le Superclásico pour les Tricolores et les Carboneros , Danubio et Defensor ont leur Clásico de los medianos . Si les deux clubs ont des points commun, notamment au niveau de la formation, ils différent au niveau de leurs supporters. Le Defensor Sporting est lié aux quartiers de Parque Rodó et Punta Carretas plutôt aisés, alors que le Danubio est situé dans la Cuerva Maroñas, un quartier plus modeste de Montevideo.

Mais la rivalité se construit principalement autour de l’ambition des deux clubs à devenir le “troisième grand” uruguayen. Pourtant cette rivalité est assez récente, elle débute quand les deux clubs commencent à enchaîner les bonnes performances et remportent leurs premiers titres. Le Defensor Sporting est sacré champion pour la première fois en 1976, Danubio doit attendre 1988. Et les medianos ne se sont pas contentés de briller sur la scène nationale. En effet, suite à son premier titre, Danubio réalise un nouvel exploit et atteint les demi-finales de la Copa Libertadores l’année suivante. Le Tuerto parvient également à ce stade de la compétition, vingt-cinq ans plus tard en 2014.

La descente aux enfer

Champion d’Uruguay à quatre reprises, le Danubio Football Club, présidé par Arturo Del Campo, est reconnu pour sa formation d’où ont émergé des talents tels que José María Giménez, Álvaro Recoba, Rubén Sosa, Cristhian Stuani et Edinson Cavani. Malheureusement, après une saison cauchemardesque, le club va connaître la relégation, pour la première fois depuis 1970.

Après une saison compliquée, le club doit affronter le Club Deportivo Maldonado, dans l’ultime confrontation de la saison. En cas de victoire, l’Université du Football peut assurer son maintien dans l’élite du football uruguayen. José Luis Bebanz donne espoir à son équipe, en ouvrant le score après un quart d’heure de jeu, avant de voir le CD Maldonado revenir au score après 27 minutes de jeu, grâce à un but de Facundo Batista. Danubio FC va reprendre l’avantage cinq minutes avant le retour des vestiaires. Confiants et très motivés à l’idée de se maintenir, après une belle troisième place lors de l’exercice précédent, les joueurs donnent tout sur le terrain. Mais alors que l’on s’enfonce de plus en plus dans le temps additionnel, les espoirs des joueurs et des supporters du Danubio FC vont être réduits à néant. 95ème minute, dans les toutes dernières secondes de jeu, César Pereyra offre l’égalisation au CD Maldonado et condamne définitivement l’ancien champion d’Uruguay.

Sans titre 1

9 « J'aime »

Une aventure en Uruguay ! Super intéressant et ça s’annonce prometteur.

Une belle plume en tout cas !

Une belle aventure en prévision.

J’aime beaucoup l’écriture.

Bon chance l’ami

En Uruguay c’est pas fréquent ça. Génial je suis

Pas fréquent comme destination. Pas un coin du monde qui sportivement me parle, mais je serai curieux de suivre ton récit. Bonne chance l’ami :slight_smile:

1 « J'aime »

J’ai fait un debut de game avec Danubio, aventure sympa, tu vas t’éclater!

Ah oui, très bon choix de destination! Et je suis sûr qu’Antoine Griezmann sera l’un de tes followers en cachette :sunglasses:

REPONSE AUX LECTEURS

Merci à tous pour vos commentaires !
Une grande première pour moi cette destination. Je suis très motivé, j’ai hâte de découvrir le championnat mais surtout les grosses compétitions sud-am !

Pourquoi Griezmann ? Il a une attache avec ce club/pays ?

2 « J'aime »

lA UNIVERSIDAD del FUtbol

Alvaro recoba nommé entraîneur du danubio fc

Sans titre 2

Alvaro Recoba, ancien international uruguayen, sélectionné à 68 reprises, a été nommé entraîneur du Danubio Football Club. Né à Montevideo, il aura la lourde tâche de faire revenir son club formateur sur le devant de la scène.

Il y a des joueurs qui nous ont fait aimer le football, qui nous on fait rêver, à qui nous avons eu envie de ressembler et de reproduire les gestes sur un terrain de football. Alvaro Recoba fait partie de cette catégorie de joueurs qui vous font vous lever de votre siège grâce à sa qualité de dribble fantastique, son subtil pied gauche, ses coups francs majestueux et sa qualité de passe hallucinante. Formé au Danubio FC, celui que l’on surnomme « El Chino » est presque l’homme d’un seul club en Europe : l’Inter Milan avec qui il a notamment remporté la Coupe de l’UEFA en 1996 et deux championnats d’Italie, en 2006 et 2007.

Si le football glorifie les vainqueurs, il fait de ses artistes ses plus belles légendes. Le 11 janvier 1994, ils ne sont pas même pas 3000 dans l’immense Centenario à assister au duel opposant Danubio et le Defensor Sporting, match de Liguilla Pré-Libertadores. Ce jour-là, un gamin de 17 ans fait ses premiers pas avec la Franja et, s’il ne fait pas basculer la rencontre, 15 jours plus tard, il inscrit ses deux premiers buts face au Cerro et permet à son club de se qualifier pour la Copa CONMEBOL, sorte d’ancêtre de l’actuelle Sudamericana. Ce que l’Uruguay ne sait pas encore, c’est que ce gamin de 17 va écrire l’un des plus beaux chapitres de son histoire.

PAYS
Club
Saisons jouées Matchs Buts Passes décisives
:uruguay: :danubio: DANUBIO FC 1993 à 1995 41 32 -
:uruguay: :nacional: NACIONAL 1996 à 1997 40 36 -
:italy: :inter: INTERNARZIONALE 1997 à 2008 244 61 39
:italy: ↳ VENEZIA 1999 (prêt) 19 11 9
:italy: ↳ TORINO 2007 à 2008 (prêt) 24 3 2
:greece: PANIONIOS 2008 à 2010 22 5 6
:uruguay: :danubio: DANUBIO FC 2010 à 2011 31 10 4
:uruguay: :nacional: NACIONAL 2011 à 2015 100 18 21
:world_map:
TOTAL
- 541 188 90

Un parcours compliqué avec la Céleste

Alvaro Recoba fait ses débuts en sélection en 1995, il vivra les pires heures de la sélection. Du premier tour raté de la Coupe du Monde 2002 qu’il quitte prématurément sur un penalty inscrit face au Sénégal, au cataclysme australien de 2005 lorsque, du banc, il assiste à la séance de tirs au but qui envoie l’Australie en Coupe du Monde, l’histoire d’el Chino en Celeste a beau être parsemée de moments de grâce, comme ce but inscrit. L’histoire Celeste du Chino n’aura été qu’une longue succession de hauts et de bas. Les hauts d’un but inscrit face à l’Argentine, celui qui envoyait alors l’Uruguay vers un barrage australien, le bas de ce barrage lorsque, du banc, il assiste au cataclysme que sera l’élimination de la sélection lors d’une séance de tirs au but au cours de laquelle son remplaçant d’alors, Marcelo Zalayeta, échoue. Les hauts et les bas d’une Copa América 2007 vécue sur le banc d’abord puis sur le terrain lors de la correction donnée au pays hôte, le Venezuela avant, une fois encore d’assister du banc de touche à l’élimination en demi-finale lors d’une séance de tirs au but à laquelle il ne participe pas, remplacé à la pause après avoir tenté deux Olimpico. Les hauts enfin d’une participation à une phase finale de Coupe du Monde immédiatement devenue bas lorsque, en conflit avec le vestiaire, et notamment Paolo Montero, el Chino se retrouve dans un groupe totalement divisé qui explose rapidement. L’histoire qui voulait que Recoba ne gagne rien avec l’Uruguay, a choisi de le faire revenir au pays pour qu’il entre définitivement dans la légende.

:uruguay: Alvaro Recoba compte 68 sélections, 10 buts et 13 passes décisives à son actif.

Des débuts remarqués !

Après deux belles saisons au sein de son club formateur, el Chino rejoint Nacional. Il réalise d’excellentes performances, inscrivant 36 buts en seulement 40 matchs. Une régularité et un talent immense pour un si jeune joueur, qui va séduire Massimo Moratti, alors président de l’Inter. Pour sa première apparition avec les Nerazzurri, l’attraction du jour ne se nomme pas Alvaro Recoba mais bel et bien Ronaldo. Le légendaire buteur brésilien effectue alors ses grands débuts en Série A, face à Brescia. S’il ne va pas réaliser une performance incroyable, l’Inter étant même mené 1-0, la sensation va venir d’Uruguay. Alors que personne ne s’attendait à un tel match, el Chino va inscrire un doublé et offrir la victoire aux Nerazzurri. Une magnifique frappe surpuissante de trente-cinq mètres, et un coup-franc direct.

Des débuts fracassants où il brille par son talent, mais finalement el Chino peine avec les Nerazzurri. Très irrégulier et assez peu sérieux en dehors du terrain, Alvaro Recoba peine à confirmer les espoirs placés en lui. Ses dix années en italie auront confirmé l’immense talent du gaucher, qui n’a malheureusement eu qu’un seul tort, celui de ne pas assez travailler et de ne pas se plier à la rigueur du monde professionnel.

« El Chino n’est pas devenu le meilleur joueur du monde uniquement parce qu’il ne l’a pas voulu » dira Juan Sebastián Verón. Alvaro Recoba n’est pas devenu le meilleur du monde, mais il restera le dernier représentant d’un football romantique où seul le talent compte, où l’effort est remplacé par le culte du beau geste. Il était le dernier représentant d’un football devenu aujourd’hui celui de la nostalgie.

Sans titre 1

7 « J'aime »

Quel plaisir à lire :slight_smile:

En effet, ça représente bien le joueur quel talent et quel joueur sur PES.

Tu n’as rien envier aux « journalistes » des magazines footeux.

REPONSE AUX LECTEURS

Merci beaucoup les gars !

J’ai toujours beaucoup apprécié Recoba, même si j’étais encore jeune à l’époque où il jouait en Série A et qu’il jouait chez l’ennemi. Puis je suis d’accord aussi toi @Pavel_Bransko, quel plaisir à jouer avec lui sur PES ! La grande époque de PES.

lA UNIVERSIDAD del FUtbol

Danubio FC, une histoire riche

Sans titre 5

Relégué en Segunda Division Profesional pour la première fois depuis quarantre ans, le Danubio Football Club entre dans une phrase de reconstruction.

Le Danubio Football Club aurait pu s’appeler le Maritsa Football Club, en hommage au fleuve bulgare. Ce nom a été proposé par Maria Mincheff Lazaroff, mère d’Ivan et Mihail Lazaroff, les deux fondateurs du club. Mais ce nom a été considéré comme trop féminin et le choix des deux frères bulgares s’est donc porté sur le Danube, deuxième plus grand fleuve d’Europe. Fondé le 1er Mars 1932, le Danubio Football Club atteint l’élite pour la première fois en 1949, après avoir dominé la Segunda Division. Le début d’une grande histoire pour ce club, qui ne va connaître la relégation que par deux fois. La première en 1960, au terme d’une saison à seulement dix points en championnat, la seconde dix ans plus tard, avec onze points cette fois-ci. Qu’à cela ne tienne, le Danubio FC va remonter directement en première division, remportant au passage une troisième fois la Segunda Division. Depuis sa remontée, le club habitue ses supporters à jouer régulièrement le haut de tableau. Il remportera le titre à quatre reprises, dont trois fois depuis les années 2000 (1988, 2004, 2007 et 2014).

Le titre de 2014 sera le dernier d’une belle épopée. Le club sombre par la suite dans l’irrégularité, enchaînant les belles saisons comme les plus mauvaises, et passe près de la relégation à deux reprises. Au terme du dernier exercice, les joueurs du Danubio Football Club ne parviendront pas à se sauver une saison de plus. Le fameux match nul face au CD Maldonado va les condamner à retrouver la Segunda Division. Une première depuis quarante ans.

Une reconstruction qui s’annonce longue

Lorsqu’on est un club habitué à jouer le haut de tableau dans l’élite de son championnat, la relégation en deuxième division est la chose à éviter. Annulation de sponsors, droits tv drastiquement diminués, revenus moins conséquents ou encore départs de joueurs cadres sont des éléments phares d’un club en perte de vitesse.

Le Danubio Football Club fait actuellement partie de cet catégorie de " Sleeping Giant " en quête de renouveau. Malheureusement, le club ne déroge pas à la règle de l’exode des joueurs suite à une relégation. Pas moins de vingt-six joueurs vont quitter le club entre le mois de Février et le mois d’Avril 2021. Comme si cela ne suffisait pas, un seul d’entre eux va rapporter de l’argent au club surnommé " L’Université du Football", Nicolas Siri. Le jeune buteur, âgé de seulement seize ans lors de son départ, va s’engager avec le Montevideo City Torque, contre un chèque de 2,6M€. Ce nom ne vous ait peut-être pas étranger, Nicolas Siri ayant été récemment cité du côté du FC Barcelone.

Mercato - Départs

Avec un nombre de départs si élevé, notamment de joueurs cadres, et aucun argent pour renouveler l’effectif actuel, la reconstruction du Danubio Football Club s’annonce longue et compliquée. Mais le club va pouvoir continuer à compter sur son centre de formation et son développement afin de tenter de revenir sur le devant de la scène. La jeunesse, et le talent, resteront des éléments forts du DFC.

Sans titre 1

7 « J'aime »

lA UNIVERSIDAD del FUtbol

A quoi s’attendre tactiquement d’alvaro recoba ?

Sans titre 2

L’annonce de la signature d’Alvaro Recoba semble avoir créer un sentiment de joie chez les supporters du Danubio Football Club. Mais alors que celui-ci n’a encore jamais entraîné, à quoi faut-il s’attendre ?

Récemment relégué en Segunda Division, le Danubio Football Club souhaite donner un nouvel élan à son équipe. Pour se faire, Alvaro Recoba a été nommé entraîneur de l’équipe première. Malgré une très forte expérience sur le terrain, l’ancien international uruguayen n’a encore jamais été à la tête d’une équipe. Cependant, les quelques entraînements ouverts au public semblent déjà donner une petite indication sur ce que sera le Danubio FC version el Chino.


Tactique

Friand des oppositions lors des entraînements, Alvaro Recoba a organisé plusieurs matchs entre son équipe première et son équipe réserve. Matchs au cours desquels nous avons pu observer que l’équipe coachée par el Chino semble évoluer principalement en 4312. Le rôle du milieu offensif central, le fameux numéro 10, semble être le plus important. Incarné par le vétéran Ignacio Gonzalez, Alvaro Recoba fait de ce joueur la plaque tournante de son effectif. La qualité de passe de son numéro 10 doit avant tout alimenter au maximum les buteurs, mais le danger peut également venir des ailes. Les arrières latéraux ont un rôle offensif indispensable et doivent apporter le surnombre en phase offensive, mais savoir se replier rapidement en cas de contre attaque.

Grand amoureux du ballon rond, el Chino privilégie un jeu court mais avec un rythme très élevé. Le pressing, qui est constant, semble également être une part importante du jeu de l’équipe. Si offensivement il y a déjà des certitudes sur le rôle des joueurs, c’est principalement en défense que l’équipe va devoir travailler. Alvaro Recoba préconise une défense assez basse, qui ne doit pas se jeter au premier duel, tout en marquant à la culotte les attaquants adverses.

La présentation de l’effectif aura lieu dans les jours à venir. L’occasion parfaite pour les recrues de rencontrer les supporters, le staff mais également les médias.

Sans titre 1

5 « J'aime »

Intéressant comme système de jeu mais faut que les latéraux aient du coffre pour tenir le coup avec autant de distance à couvrir