:storygreen: :s1: Les frontaliers - Servette FC :sui:


Chapitres


Intro


Juin 2021 : Première annonce.
Juin 2021 : La conférence de presse d’Hans Droz, nouveau propriétaire du Servette FC.
Juin 2021 : Conférence de presse d’Alexis Maldini
Juillet 2021 : Présentation du Servette FC et de la Superleague Suisse

S1


Juillet 2021 : Présentation de l’effectif pour la saison 1
Septembre 2021 : Début de saison


Aujourd’hui, à Genève, le 01/06/2021

Bien le bonjour à tous. Je me présente, Alexis Maldini. Et non, rien à voir avec la légende milanaise. J’ai 32 ans. Je sais que ça n’a pas fait beaucoup de remous dans les journaux français, belges, italiens ou autres, enfin autre part qu’en Suisse quoi, donc laissez-moi vous raconter la belle nouvelle de l’été.

Hans Droz est le nouveau propriétaire du Servette FC !


image


Fin de l’histoire, merci pour votre écoute.

Ah l’humour suisse … Enfin à moitié, parce que je suis plutôt français et adopté par ce beau pays montagneux.

Bref, je m’égare.

Moi, je suis dans le football Suisse depuis 10 ans déjà. J’ai visité quelques beaux clubs en tant que consultant en stratégie sportive. J’ai aussi fait quelques années en tant qu’éducateur, ici, au Servette. Les résultats ne sont pas fous, j’avoue. Aucun club suisse n’a encore gagné la Champions League. Et donc, je me suis dit qu’être consulté, ça ne suffisait pas. Aider à la formation, ça ne suffit pas. Il faut viser plus haut. Mais comment ?

Et c’est là que Hans Droz entre dans la danse. Parce que je viens le chercher sur sa chaise et l’envoie sur la piste.

image


Hans a 40 ans. C’est un ami depuis longtemps. On s’est croisé il y a 7 ou 8 ans dans un bar, on a discuté foot. Depuis, on a lié un lien indescriptible. (Ne vous égarez pas OH)

Hans est une pépite, un mec super intelligent et qui a des idées de fou. Sa réussite ? Entrer dans la danse de la fabrication de remontées mécaniques. Secteur très peu concurrentiel. Il est arrivé avec un plan, avec des nouveautés, des créations, du moderne. Ça a fait mouche direct. J’y viens donc : Il a des thunes !

On veut tous les 2 faire quelque chose pour le football suisse. Il a l’argent pour prendre un club et gérer le fonctionnement de celui-ci, ici, en Suisse. J’ai l’envie de prendre en main une équipe. Il a fallu le convaincre. On a mis du temps à nous mettre d’accord. Parce qu’on ne veut pas juste prendre un club pour juste avoir un club. Non. On a de l’ambition, et pas que.


image


Le Servette, c’était le seul choix possible. Le souci, c’est qu’on a 6 ans de retard. En effet, en 2015, le club a été repris par la Fondation 1890. Ils ont acheté le club pour 1 franc, au bord de la faillite, en 3ème division. Depuis, eh bien carton plein. Le club termine 3ème du championnat la saison dernière. Exceptionnel !!

Peu importe pour Hans. Il ne se voit pas autre part.

20 millions d’euros. BIM ! C’est cadeau !

La seule communication suivie de 3 semaines de silence a été laconique.

En tant qu’admirateur du Servette FC, je suis ravi de commencer avec vous, les fans, cette nouvelle aventure. Nous vous tiendrons informés très prochainement du plan que nous allons mettre en place pour continuer à faire grandir le club et le football suisse.

Hans Droz, Président du Servette FC

14 « J'aime »

Hâte de voir la politique qui y sera menée :star_struck:

2 « J'aime »

Bon chance chez les Suisses

1 « J'aime »

Ça aiguise ma curiosité !

1 « J'aime »

J’apprécie ce championnat, donc je vais suivre. Bonne chance au pays du chocolat !

1 « J'aime »


Aujourd’hui, à Genève, le 20/06/2021

On y est. C’est le jour J ! Fini le silence.

Hans a convoqué la presse au club house. Il a préparé toute la communication avec son équipe. Bon en vrai, tout était prévu depuis longtemps, tout le staff de base du club. D’ailleurs, on ne change pas grand chose pour l’instant, ce qui est en place est bien, c’est surtout sur la stratégie que ça va changer. Aller, direction la scène.

image

Hans Droz

Messieurs, mesdames, je vous souhaite la bienvenue au siège social du club pour cette conférence de presse spéciale suite à mon arrivée à la tête du Servette FC.

A ma droite, Carla Piccoli. Elle est la chargée de communication du club. Elle sera votre interlocutrice unique pour toute demande de contact avec une personne au club.

A ma gauche, Alexis Maldini. Rien à voir avec la légende italienne. rires . Le nouveau manager du club. Il aura en charge l’équipe première pour la saison à venir et bien d’autres, si tout se passe bien. Je suis certain que certains d’entre vous le connaissent. Ce n’est certainement pas une personnalité publique, mais un vrai homme du football suisse.

Moi, c’est Hans Droz. Président du Servette FC. J’arrive ici avec de grandes ambitions et une stratégie claire sur laquelle j’espère ne pas devoir déroger.

Les investissements pour le club

Premièrement, il faut savoir que l’acquisition de la propriété du club a été une grosse dépense pour nous. Nous n’avons pas l’intention d’être un mécène qui dépensera n’importe comment. Nous ne sommes pas le Qatar.

Malgré tout, nous avons injecté 5 millions dans les caisses du club afin de lancer la machine et pouvoir prévenir les investissements prochains. Nous serons des gestionnaires intelligents et allons tenter de pérenniser le club.


Les investissements pour le football Suisse

Comme je vous l’ai précisé en préambule, nous n’avons pas l’intention de faire progresser seulement le club. Le football Suisse est une priorité.

C’est pourquoi, après plusieurs études, nous avons défini le moyen légal le plus efficace pour faire grimper les autres à notre corde.

Comme chaque club, à chaque fin de saison, nous définirons un budget transferts adapté à nos finances et nos besoins.

10% de ce budget sera distribué à 4 clubs suisses, à part égale : Les 2 derniers du Superleague ainsi que les 2 premiers de Challenge League. Cet argent sera injecté via l’achat d’un jeune joueur de ces clubs, qui intégrera notre centre de formation. Il va de soi que celà sera effectué dans la mesure du possible. Si nous voulons verser 100 K€ à un club mais qu’il ne veut lâcher aucun joueur à ce prix, nous ne pourrons rien faire.

On part dans l’idée qu’aider financièrement ces clubs engendrera des investissements qui, alors, permettront à tous de progresser.

Je précise aussi, pour être totalement transparent, que la loi limite ce genre d’opérations à 3 millions de francs par an. Nous ne pourrons donc pas reverser plus de 12 millions de francs à chaque mercato. Aussi, vous vous doutez bien que ces investissements se feront dans la mesure du possible. De plus, lorsque le budget transfert sera inférieur à 5 millions de francs, nous ne pourrons investir pour nos clubs compatriotes.

image

Les transferts

Toujours dans le but de faire les choses sans s’égarer, nous avons décidé d’une politique de transferts quelque peu fermée. En effet, le manager en poste se verra refuser toute arrivée d’un joueur n’ayant pas la nationalité suisse ou celle d’un pays frontalier.

Bien sûr, nous n’avons pas l’intention de licencier les joueurs actuels de l’effectif ne répondant pas à ce critère. Qu’ils sachent juste qu’aucun de leurs compatriotes ne les rejoindra ici dorénavant. Sauf si celui-ci a la double-nationalité …

Les nationalités de recrutement possible sont donc :

  • Suisse
  • France
  • Allemagne
  • Italie
  • Autriche
  • Liechtenstein

Il en va de même pour le staff, bien entendu.

Nous sommes certains que cette règle ne pourra être que bonne pour la construction d’une équipe avec une cohésion intéressante.


image

Le salary cap

Une chose à laquelle nous tenons beaucoup pour éviter de couler du jour au lendemain à l’image de certains clubs (Coucou le Barça), c’est le contrôle de la masse salariale. Pour celà, nous allons définir une méthode de calcul du salary cap. Après plusieurs discussions et de longues analyses, nous avons défini un plafond évolutif et clair pour tous.

Aucun salaire mensuel proposé ne pourra dépasser 10% de la masse salariale au moment de l’offre. Par exemple, aujourd’hui, nous avons environ 500 K€ de masse salariale mensuelle. Aucun joueur ne pourra se voir un salaire supérieur à 50 K€ mensuel. Facile à calculer et à comprendre. Et pour information complémentaire, sachez qu’aujourd’hui, le plus gros salaire du club est Gaël Clichy, qui touche 38K€ par mois.

Les objectifs sportifs

Une fois toute cette structure en place, bien sûr, nous attendons du résultat. Je le répète à nouveau, nous avons de grandes ambitions.

Aujourd’hui, le football suisse est dominé par deux grands clubs qui sont les Young Boys et le FC Bâle. Depuis la création de la Superleague en 2004, ces 2 clubs ont remporté 15 des 18 éditions. Seul le FC Zurich a réussi à remporter le trophée en 2006, 2007 et 2009.

Cette hégémonie doit prendre fin. Nous nous donnons 5 saisons pour remporter le championnat.

Objectif titre en 2026.

Ensuite, il faudra s’installer dans ce haut de classement. Aussi, l’Europe devra devenir un objectif important. Il faudra faire progresser l’indice du pays et tenter des épopées. Nous ne sommes pas rêveurs, nous sommes ambitieux. Atteindre les poules de la Champions League sera vite impératif pour les finances du club. On sait les revenus qu’apporte cette compétition. Nous voulons donc découvrir la phase finale de la Champions League dans les 2 saisons qui suivent.

Objectif poule de Champions League : 2028.

Encore une fois, il faudra s’installer ici. Mais on n’oublie pas les autres coupes européennes. Maintenant que la Conférence League a été créée, on ne crachera sur rien. Aller loin dans cette compétition ou bien l’Europa League, ce serait presque aussi satisfaisant qu’une poule de Champions League.

Il est compliqué de voir si loin mais on a fixé un nouvel objectif dans la ligne de progression que nous espérons :

Sortir des poules de Champions League ou dernier carré de l’Europa League : 2035.

C’est le dernier objectif fixé actuellement. Sachant que, pour l’instant, nous avons un plan sur 10 ans. Nous referons un plan au terme de cette période pour ajuster les objectifs.

Objectifs

  • Champion de Superleague : 2026
  • Poules de Champions League : 2028
  • Dernier carré Europa League ou sortir des poules de Champions League : 2035

La philosophie de jeu

Dernier point que je souhaite aborder devant vous, c’est la philosophie de jeu. Celle-ci sera agrémentée d’un système de jeu. En tant que club ambitieux, nous avons pensé que c’est obligatoire de développer quelque chose pour viser loin. Quelque chose qui nous identifie, que les jeunes apprennent dès le début de leur formation pour être prêts au moment où on les appelle avec les pros, à l’image de nombreux clubs des Pays Bas par exemple.

Et pour entrer dans les détails de cette partie, je vais maintenant laisser la main au manager Alexis Maldini.

7 « J'aime »

Il est en Suisse, pas en Belgique ! :rage:

C’est pas une mauvaise idée de s’imposer un salary cap . J’y avais jamais songé mais ca me plait pas mal .

1 « J'aime »

Ouais, ma dernière partie avec Nantes, ça finissait en n’importe quoi. N’importe quel jeune de 16 ans demandait 150K€ mensuels. Donc je tente un truc pour pas que ça explose trop vite, on verra. :slight_smile:

2 « J'aime »

Ouais enfin si le jeune veut plus, il signera pas :frowning:

1 « J'aime »

Le projet est sacrément ambitieux ! Mais le cadre précis et sérieux a l’air d’être sain. Nul doute que le Servette pourra progresser, reste à savoir comment :grin: Très intéressant en tout cas !

1 « J'aime »

En matière de salary cap, qu’on appelle plafond salarial dans notre belle langue, rien de tel que la MLS !

EDIT: je sais, entre le chocolat et le français, je suis chiant… :slight_smile:

2 « J'aime »

Réponses aux gentil.le.s lecteur.rice.s :smiling_face_with_three_hearts:

Tu as un beau début de réponse maintenant :slight_smile:

Eh bien le mercieee (A lire avec l’accent suisse)

La curiosité est bien affutée ? :slight_smile:

Eh bien le mercieee (A lire avec l’accent suisse). Et n’écoute pas les mauvaises langues sur le chocolat. HOP TOBLERONE !

:man_shrugging: :man_shrugging: :man_shrugging:

Et oui c’est le jeu ! La Suisse est un paradis fiscal, pas le Servette. :sunglasses:

Ah ça niveau ambition. Y’a de la confiance. Merci pour le commentaire ! :slight_smile:

Désolé mais je n’ai pas la force de m’aventurer dans le règlement de la MLS :sweat_smile:

3 « J'aime »


La philosophie de jeu

Alexis Maldini

Bonjour à tous. Pour commencer je souhaite faire part de mon grand bonheur d’être le nouveau manager du Servette FC. J’espère faire partie du projet très longtemps. Nous avons mis tout notre coeur dans tout ça et nous avons bon espoir pour que celà porte ses fruits.

Nous savons tous qu’aucun coach ne présente son système et sa mise en place à tous, car les autres clubs savent alors comment jouer. Mais vu qu’on va partir sur un système unique, chacun saura d’ici 2 mois max comment on joue. Et la presse aura tout balancé après deux visionnages d’entraînement à travers les grillages. Donc on prend les devants.

Pour mettre en place une philosophie de jeu, il faut, à mon sens, un système de jeu. Ce système sur lequel je travaille depuis plusieurs années a été nommé par le service commercial “Mont Cervin”. C’est poétique hein ?

Voici à quoi ceci ressemblera :

On part donc sur un système en 3-2-3-1-1.

Derrière, un gardien avec devant lui un joueur en couverture. Autour de ce dernier, deux défenseurs que je veux grands et puissants.

A gauche, un arrière latéral offensif mais je privilégie ici un joueur bon défensivement, avec, si possible, une bonne qualité de centres.

A droite, c’est clairement un ailier qui est ciblé ici. Le joueur à ce poste aura un vrai rôle d’apport offensif, j’attends de lui qu’il dribble et délivre des caviars aux attaquants.

Au milieu, un meneur de jeu, le maître à jouer de l’équipe, entouré par un milieu à droite très offensif pour accompagner notre latéral, et à gauche, un milieu offensif aussi pour accompagner notre latéral … Ouais un peu pareil quoi, mais … Ouais. Voilà.

Sous l’attaquant, un attaquant reculé, technique et rapide de préférence.

Et enfin, devant, le pilier de l’attaque. Un gars bon de la tête et puissant pour bien emmerder les défenseurs adverses.

On en vient alors à la philosophie de jeu. Elle va se résumer en un point important : Ne pas subir. Cette mise en place tactique doit nous empêcher de prendre l’eau. Si notre adversaire termine une rencontre avec 20 frappes cadrées, c’est qu’on aura failli. Ou alors qu’on aura affronté un top club.

Concernant la possession de balle, je trouve ça sympa. Avoir le ballon c’est bien, oui, mais pas avoir la balle pour avoir la balle. Terminer un match avec 12% de possession de balle, victoire 3-0, 2 frappes cadrées pour les adversaires, ça me va très bien.

Je veux que chaque joueur soit capable d’utiliser le ballon proprement. Ce qui veut dire que lorsqu’il reçoit le ballon, il doit savoir le réceptionner, il doit avoir pris les informations avant de le faire, et il doit savoir passer proprement le ballon à un de ses coéquipiers. Des ballons perdus, ok, mais dans la surface adverse.

La crédibilité du projet

Hans Droz

Merci Alexis pour cette belle présentation. Je vais terminer cette conférence par vous parler de la crédibilité du projet. Je me doute que beaucoup doivent être sceptiques malgré toutes ces annonces, mais nous avons beaucoup de détails derrière tout ça. Et ces détails ont été présentés à certaines personnes qui nous rejoindront très prochainement.

Et, ces personnes là viennent apporter, d’abord, une aura à ce projet, et aussi, une expérience autour du manager ici présent, Alexis Maldini.

Le premier garde son rôle de directeur sportif ici, c’est un ancien international suisse, formé ici, au Servette : Philippe Senderos.

Le deuxième, autre ancien international, mais cette fois-ci brésilien, il nous fait l’honneur de quitter le club qui l’a révélé, c’est Sonny Anderson. Peu s’en souviennent, mais vous, journalistes, vous l’avez sûrement en tête, le club qui l’a révélé à l’Europe entière, c’est bien le Servette ! Sonny aura en charge l’animation offensive de l’équipe, bien entendu.

Le troisième à nous rejoindre aurait aussi pu travailler dans le même rôle que Sonny mais il fera totalement autre chose, il sera en charge de la coordination sportive de tout le club, c’est Alexander Frei. Ancienne star du football, et une légende ici, avec 78 matchs et 42 buts à son actif, son explosion avant son transfert à Rennes.

Le quatrième et dernier nom à nous rejoindre, nous en sommes fiers, très fiers, il sera le bras droit d’Alexis, c’est Massimo Ambrosini. L’ancien milieu italien du Milan AC a accepté de quitter son poste de consultant à la télé italienne pour rejoindre ce projet qui lui a beaucoup plu.

image

Voilà, nous en avons fini avec les annonces. Cette conférence fleuve touche à son terme, nous espérons vous avoir convaincu et soyez en sûr, nous sommes au travail et nous allons tout faire pour réaliser de grandes choses !!

7 « J'aime »

Très intéressant tout ça. Sympa la tactique en plus, je suis curieux de voir ce que ça peut donner :slight_smile:

1 « J'aime »

Frei et Ambrosini :heart:

J’aime beaucoup le projet tactique. Hâte de voir ça.

1 « J'aime »

Très beau projet, bien construit et bien présenté surtout !
Le staff recruté ? J’adore ! Que du beau monde :slight_smile:

1 « J'aime »

Réponses aux gentil.le.s lecteur.rice.s :smiling_face_with_three_hearts:

@Rhino @Bill @Dubois Merci pour vos commentaires !
J’ai en effet voulu poser un vrai projet on va espérer que ça fonctionne maintenant. On part pour une très longue carrière j’espère donc pas de précipitation !
PS : J’ai été très inspiré par ce qui se fait ici mais aussi par les podcasts prolongations que je conseille fortement :slight_smile: Prolongation - Entretiens avec les acteurs du foot | Ausha (C’est disponible sur tout plein de plateformes)

4 « J'aime »

J’aime beaucoup le retour des anciens dans un club. J’adorerai voir ça en Belgique

1 « J'aime »


Le Servette FC

Que faut-il savoir sur le club ?

Eh bien le club a été fondé en 1890. Enfin c’était un club de rugby à la base. Le foot est arrivé en 1900. Le Servette a toujours été un grand club suisse toujours au top jusqu’à la descente aux enfers au 21ème siècle. L’heure est donc arrivée de redorer le blason.

image

Le club compte 17 titres de première division suisse. Loin derrière le Grasshopper Zurich et ses 27 titres mais pas loin du FC Bâle, 2ème au palmarès, avec 19 titres.

image

Le club dispose d’un stade sympa, depuis 2003. Il appartient à la ville et coûte un peu d’argent au club chaque année. Les infrastructures sont vraiment bonnes ici. De nombreux investissements ont commencé et vont bien sûr continuer.


La Superleague Suisse

Que faut-il savoir sur la Superleague suisse ?

La Superleague, c’est 10 clubs. Chacun se rencontre 4 fois dans la saison.

image

Et cette année, on ne fait pas vraiment partie des favoris.

Le dernier est relégué. L’avant-dernier joue un barrage contre le 2ème de la 2ème division, nommée Challenge League.

Aujourd’hui, le premier est envoyé en qualifications de Champions League, les 3 suivants jouent les qualifs pour l’Euro Cup II.

Chaque équipe a le droit d’enregistrer 25 joueurs pour la saison. Au moins 8 doivent être formés en Suisse, et au maximum 10 peuvent être de nationalité hors UE.

La saison suivante, le championnat passera à 9 équipes. (Parait-il … Mais avec le/la Covid, qui sait ?)

3 « J'aime »