:storygold: :s3: :mex: De la Babylone des Caraïbes à la Cité des Anges 🇺🇸 🔞


#61

ATLANTE CANCÚN – Réunion à l’Afrodita

(j’ai dû modifier le nom de la femme de mon ami Eduardo : elle s’appellera en fait Yulia)

Nous arrivons à l’Afrodita vers 19 heures, comme convenus.

Comme de coutume, la maîtresse de maison nous accueille et nous conduit à la terrasse, où Eduardo est en train de se battre avec la bouteille de propane du barbecue. Il m’explique qu’il est impardonnable, qu’il n’a pas remplacé celle de réserve quand il l’aurait dû et que maintenant les deux sont vides. Je n’ose pas trop le lui dire, mais il ne semble pas manuel pour deux sous.

Après l’avoir laissé dire toutes sortes de vérités indicibles à la Sainte-Vierge, j’ose un commentaire :

« Tu n’as pas des gens de maison pour t’occuper de ça ?

  • Non, je n’ai pas de gens de maison pour m’occuper du barbecue ! Tu laisses le personnel s’occuper de tes grillades toi ?
  • Non. Même ma femme n’a pas le droit de toucher au barbecue.
  • Voilà, tu as tout compris. »

Finalement, quelques saintes suppliques plus tard, tout rentre dans l’ordre et Eduardo retrouve son sourire, juste à temps pour accueillir Pablo, le Directeur Général…

Accompagné de sa charmante conjointe, Mary

Nous prenons d’abord un verre ensemble, tous les six, en discutant de choses et d’autres. Les filles sont d’une beauté époustouflante, mais très estivale encore. Il en sera peut-être autrement ce soir, puisqu’après le barbecue nous nous rendons au Coco Bongo, voir le spectacle.

Je me dis parfois que j’ai passé l’âge de ce genre de réjouissance. C’est le dur prix que Pablo, Eduardo et moi avons à payer pour nous être enamouré de jeunes femmes pleines de fougue et de perversion.

Petit à petit, deux clans se forment : d’un côté les hommes qui commencent à parler foot, de l’autre les femmes qui parlent latex. C’est Pablo le premier qui saisit délicatement sa compagne pour la ramener près de lui. Il a les muscles saillants, la main fermement posé sur une fesse, et lui dit d’aller essayer quelques tenues avec ses copines puisqu’elles en meurent toutes trois d’envie. Apparemment il a vu juste : les trois femmes semblent tout à fait prêtes. À peine Mary s’est-elle retournée que Pablo lui claque une fesse dans un geste très viril. Pour faire bonne figure, et aussi un peu macho mexicain, je fais pareil avec Bella, qui retourne des yeux foudroyants vers moi, mais sourit. Jamais deux sans trois ? Non, Eduardo est de nouveau occupé avec son barbecue, qui maintenant ne veut pas s’allumer.

« Bon, les gars, parlons un peu boulot. Parlons du beau boulot que tu as fait Mark. Écoute, je n’aurais pu espérer aussi bien si vite, dit Pablo.

  • Oh, tout reste a faire.
  • C’est vrai qu’il est modeste, dit-il, en se tournant vers Eduardo qui peste en tournant tous les boutons bu barbaque.
  • Grmhhh
  • Ne fais pas attention à lui, Mark, il est un peu bougon par moment. »

Finalement, Eduardo nous rejoint et nous ressert de bonnes bières bien fraîches.

Je peux alors leur exposer mes impressions de ce début de saison, où nous jouons bien, en effet. Je suis très satisfait de la défense, qui répond bien aux attentes et qui présente une profondeur intéressante. C’est un peu moins vrai au milieu, où nous avons trois très bons joueurs (Uscanga, Zamora et Hernandez) puis plus rien ou presque. Sur les ailes et en pointe, c’est bon aussi, mais il faudra penser à remplacer plusieurs joueurs importants rapidement : Ruscu, Maldonado, Zamora…

Nous avons un effectif un peu vieillissant, et je sais que ce sera difficile de recruter des gros bras en Ascenso. Mieux vaut ne pas s’éterniser dans l’antichambre de la Liga sous peine de s’y encroûter. On doit monter avec les vieux pour rebâtir une fois redevenus attrayants.

Côté tactique, cela va bien. Comme de coutume, je suis axé sur la défensive, cela me réussit souvent bien. Je me tâte encore pas mal afin de trouver la bonne sauce.

Bref, un bon début de saison, tous les trois en conviennent.

Nous prenons le repas à l’intérieur, où il fait frais. Nos conjointes se joignent évidemment à nous. Elles se sont déjà habillées pour sortir, je crois qu’elles ont très hâte d’aller danser. C’est pour faire plaisir à Mary et Bella que nous irons au Coco Bongo ce soir. C’est un établissement très prisé par les touristes, où nous croiserons très peu de Mexicains. Mais c’est une place à voir…

Mary, la nouvelle conjointe de Pablo, est une hispano-Américaine, élevée à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Elle connaît assez peu la région du Quintana Roo, mais nul doute qu’elle la découvrira très vite vu que Pablo est une sommité du night-life dans cette ville.

Au moment de partir, les femmes sont d’une beauté éblouissante, c’est un privilège de sortir en pareille compagnie :

Yulia

Mary

Et la sublime Bella

Finalement, ce ne fut pas une grande soirée… Des touristes américains imbibés ont importuné à plusieurs reprises nos beautés, obligeant le service d’ordre à intervenir.

J’ai par contre fait une connaissance intéressante : un Belge ! Un Belge qui était de passage dans le coin. Il n’est pas dans les grands resorts pour congés payés, il loge plutôt dans la magnifique Hacienda San José, à une bonne heure de route d’ici.

Je l’ai connu par l’entremise de Pablo, qui l’a engagé quelques soirs pour faire des démonstrations de Shibari. Il est venu avec un modèle allemand qui a évidemment tout de suite sympathisé avec Bella. Elle s’appelle Robin et est d’une beauté éblouissante… Il va de soi que nous assisterons aux prestations du Maître des cordes comme on l’appelle, le Docteur ès Shibari, @lo.simon.

La magnifique Robin, qu’il me tarde de voir prise au piège par le maître.

À suivre…


#62

El maestro a Mexico :slight_smile:


#63

Et quelle assistante ! :slight_smile:

J’aime inclure des lecteurs dans mes storys… :slight_smile:


#64

On attend de voir @Groot au Mexique :hoho:


#65

J’ai failli le mettre parmi les clients qui importunaient nos magnifiques compagnes, puis je me suis dit qu’il en avait assez vu en Russie.

Mais ne ris pas trop, @Nantonio40, tu es sur ma liste aussi…


#66


#67

Deux dernières pour le week-end… Elle est tellement belle… Juste ses souliers avec semelles compensées que j’aime moins…


.


#68

Donc quand on commentes, on prend le risque de se retrouver en latex en soumis dans ta villa, ça donne envie de participer aux discussions :smiley:


#69

En plein ça !

:smile: :smile: :smile:

Toi aussi tu vas goûter à la médecine de Beatrice, tu vas voir !


#70

Mode consensuel: De bons débuts en championnat. Et de beaux barbecues…


#71

ATLANTE CANCÚN – Apertura 2017/18, deuxième partie

Après des débuts satisfaisants et de bons mots de la part de Pablo et Eduardo, je me dois de continuer dans la même voie. Notre effectif a des qualités, de la profondeur, on a les moyens de bien figurer cette année et de – pourquoi pas – remonter directement en Liga.

ASCENSO APERTURA 05 – 20/08/2017 : FC JUÁREZ – ATLANTE

Après Celaya, Juárez est la seconde équipe qui part devant nous selon les bookmakers. Un déplacement périlleux dans la capitale mondiale du meurtre, sur la rive droite du Rio Bravo, face à la ville américaine d’El Paso. Inutile de dire que les joueurs n’ont pas le droit de quitter l’hôtel et que tout déplacement se fait sous escorte militaire.

Estadio Olimpico Benito Juarez

Quoi qu’il en soit, nous sommes là pour jouer au Soccer. Nous gardons, comme de coutume, nos meilleurs pour les rencontres de championnat, et nous en aurons bien besoin aujourd’hui, même si le FC Juarez ne pointe qu’en 9e position en ce début de saison.

Après une première période équilibrée, nous sombrons en l’espace de deux minutes après l’heure de jeu. À 2-0, je n’ai plus grand-chose à perdre : nous jouons l’offensive à outrance. Cela paie à la 80e, mais l’espoir sera de courte durée puisque nos adversaires reprennent deux buts d’avance dans la minute suivante.

Première défaite de l’année en championnat, rien de grave, cela devait arriver. Seuls Uscanga et Maldonado ont été à la hauteur aujourd’hui. On reconnaît les meneurs.

ASCENSO APERTURA 06 – 26/08/2017 : DORADOS DE SINALOA – ATLANTE

Un autre déplacement délicat chez le 5e, dans la ville de Culiacán, dans l’état agricole de Sinaloa, sur la côte Ouest. Au moins, nous avons eu 6 jours de repos. Cette fois, je joue plus prudemment, avec un 4-2-2-2 MD.

Nous avons fait une course poursuite. L’équipe de Sinaloa a ouvert la marque à la 9e et nous avons couru après le score jusqu’à la 78e. On s’en sort avec un point, un bon point. Au moins, nous montrons souvent du caractère, c’est bien.

COPA APERTURA 5 – 31/08/2017 : POTROS UAEM – ATLANTE

Qui dit coupe dit réservistes, mais comme nous avons 9 jours de congé devant nous et qu’une victoire nous assure la qualification pour les 8e, j’aligne plusieurs joueurs habituellement réservés pour le championnat.

Hormis une tête d’Arce sur le poteau, il ne se passe rien lors des 45 premières minutes. Cela s’anime par contre après la pause : un coup-franc mal capté par Ruiz offre l’ouverture du score à Potros. Je me tourmente quelque peu sur la touche, prônant l’offensive, et cela paie : le trio Cardozo / Arce / Fernandez fait parler la poudre : victoire finale 1-3.

Notre équipe n’est pas faite pour jouer la défensive on dirait. On défend, on encaisse, alors on doit attaquer et on revient. Au moins, l’Atlante montre beaucoup de détermination et de caractère, j’adore.

Avec cette victoire, nous voilà en huitièmes de finale de l’Ouverture de la Copa MX.

Blessures

Tuile : deux des meilleurs joueurs de ce début de saison se blessent à l’entraînement : Paul Uscanga et Giancarlo Maldonado. Rien de trop grave heureusement, mais ils nous manqueront.


.

ASCENSO APERTURA 07 – 09/09/2017 : ATLANTE - MURCIÉLAGOS

Si nous avons deux blessés importants, le rythme des matchs diminue, ce qui permet de compenser. Murciélagos est une équipe largement à notre portée, ce match à domicile doit nous permettre de retrouver le chemin de la victoire en championnat.

De nouveau, il faut attendre la mi-temps pour corriger les petits errements au sein de la tactique, et accessoirement pour fouetter les troupes (Bella m’a montré comment faire). On prend l’avance à la 55e pour se mettre à l’abri en fin de rencontre, avant de laisser nos adversaires sauver l’honneur dans les arrêts de jeu.

Je vais finir par trouver l’équilibre parfait.

Bella a la main sûre, elle en pince pour les fouets… Aïe !

ASCENSO APRTURA 07 : classement

Nous sommes deuxièmes, derrière la favori Celaya.

COPA APERTURA 6 – 14/09/2017 : SANTOS LAGUNA – POTROS UAEM

Sans surprise, victoire facile de Santos Laguna dans le dernier match de groupes.

Ce qui donne au classement.

Nous terminons parmi les meilleurs deuxièmes. Le tirage au sort nous a donné… Santos Laguna en huitièmes !

ASCENSO APERTURA 08 – 16/09/2017 : ATLÉTICO SAN LUIS – ATLANTE

Déplacement chez le 4e, une des meilleures équipes de la division. Uscanga et Maldonado manquent toujours à l’appel.

Nous avons été cueillis à froid et nous n’avons jamais réussi à nous en remettre. Nous pouvons même remercier Ruiz de nous avoir évité une correction. Cette fois, l’équipe n’a pas refait surface après le repos.

Défaite décevante, cela arrive, même aux meilleurs… Bella ? Je vais encore avoir besoin de toi !

ASCENSO APERTURA 09 – 23/09/2017 : ATLANTE – VENADOS

Le derby de la péninsule, contre l’équipe du Yucatan située à Mérida. Nous partons clairement favoris, l’occasion est belle de se reprendre après la déconvenue à San Luis. Cette fois, Uscanga et Maldonado sont sur le terrain.

Le retour de Maldonado ne passe pas inaperçu : 28 secondes après le coup d’envoi, il ouvre la marque. Il y a eu un petit passage à vide, un seul, ayant mené à l’égalisation, puis nous avons repris les rênes, et les devants. L’addition aurait pu être plus corsée sans quelques prouesses du gardien adverse.

Nous voilà relancés.

Blessure

Nous ne resterons pas au complet longtemps : notre milieu Ruscu se blesse à Mérida. Pas trop grave non plus, heureusement.

Pedro Arce prolonge

Le polyvalent Pedro Arce arrive en fin de contrat en juin. Inutile d’attendre, je le prolonge. Le Paraguayen rend des services importants en pointe, et il est dans la force de l’âge.

ASCENSO APRTURA 10 – 30/09/2017 : AT. ZACATEPEC – ATLANTE

Nouveau déplacement difficile : nous allons chez le deuxième alors que nous pointons en 4e position. Nous nous présentons en 4-2-3-1 large.

Finalement, le match au sommet de cette 10e journée n’aura pas tenu ses promesses. L’action la plus dangereuse est à mettre à l’actif des locaux, qui ont trouvé le cadre à la 9e. Un nul bien blanc, qui fait notre affaire.

ASCENSO APERTURA 10 : classement

Nous sommes bien placés, même si cela reste serré.

Réunion des dirigeants à venir


#72

ATLANTE CANCÚN : réunion des dirigeants à l’Afrodita

Comme de coutume, les réunions des dirigeants se font devant une bière chez Eduardo. Cette fois, nous mangerons en ville, car le barbecue est cassé en deux. Je crois qu’Eduardo l’a fracassé d’un coup de masse. Je l’aime bien Eduardo, mais il a deux mains gauches et manque de douceur et de patience parfois.

Cette fois, c’est lui en personne qui vient m’ouvrir la porte. Sa charmante épouse Yulia est en ville avec Bella, nous serons donc entre hommes pour parler Football.

Yulia et Bella sont très impliquées dans la défense des homosexuels, qui subissent encore beaucoup de discrimination dans la société mexicaine. Pourtant, le mariage gay est officialisé depuis longtemps ici, sans heurts ni résistance comme on a vu dans des pays soi-disant progressistes comme la France. Alors que j’étais en chemin, j’ai reçu un selfie de Bella, avec Yulia. Il y a fort à parier qu’Eduardo a reçu le même.

Selon moi, les manifestations en tout genre, c’est l’occasion de ramasser des coups, mais il est vrai que le Mexique reste un pays tranquille, si on excepte les cartels qui pourrissent l’image du pays aux yeux du Monde entier. Mais il y a tout lieu de croire qu’ils se tiendront loin de cet événement, même si ces derniers s’installent, malheureusement, de plus en plus dans cette région du pays. Où il y a de l’argent et des touristes, il y a de la drogue.

Mais comme me disait un Mexicain : « Si vous cherchez les ennuis, vous les trouverez. Ici comme ailleurs. »

Nous n’avons que le temps de nous asseoir avec notre Dos Equis que la sonnette retentit : c’est Pablo qui arrive.

Baron1

Lui aussi est venu seul, toujours très décontracté. Mary est à la salle d’entraînement, ou est partie magasiner, il ne sait pas. Elle nous rejoindra au restaurant allemand: le Bierhaus Cancún.

De nouveau, mes deux amis et patrons sont contents de ce que l’équipe réalise. Bon, je réponds simplement aux attentes, rien de plus, mais on sent que ça tourne bien, que le rodage est derrière nous et qu’il ne manque pas grand-chose pour vraiment décoller. Le but est d’arriver en pleine possession technique et tactique au début de la Liguilla Apertura pour laquelle nous allons nous qualifier.

La réunion ne dure finalement pas très longtemps, Que dire de plus pour le moment ? Nous sommes tous les trois d’accord que nous allons dans le bon sens, et que nous devrons attendre le Tournoi d’Ouverture avant de se faire une idée précise.

La discussion dévie rapidement vers nos charmantes conjointes. Eduardo m’apprend d’ailleurs qu’il s’est improvisé photographe cette après-midi. Bella est passée prendre Yulia avant de partir à la Gay-Pride, et elles ont essayé quelques tenues, comme à leur habitudes.

Je ne puis m’empêcher de sentir une pointe de jalousie me vriller l’abdomen. Elle ne m’en avait pas parlé. Enfin, sans doute que ce fut totalement improvisé, cela ne m’étonnerait pas de la part de Bella.

Alors que Pablo siffle à la vue de la photo, Eduardo m’explique que Yulia fait souvent des shootings photo, et que Bella semble très intéressée à y prendre part également. Elle en a déjà faits, en Allemagne, mais je pensais que cela lui était passé. Bah, elle est femme au foyer ici, il faut bien qu’elle s’occupe. J’aurais juste aimé qu’elle m’e parle avant.

En tout cas, cette Yulia a de solides arguments également. Elles peuvent bien passer leur temps à la salle d’entraînement.

La réunion fut de courte durée donc, et une petite heure plus tard nous voilà installés au restaurant allemand, pour finir trois heures plus tard au Gritos y Susurros, un des bars Fétichistes de la ville touristique.

C’est un des clubs qui appartiennent à Pablo. Nous y allons car ce soir nous assisterons à une démonstration de notre ami @lo.simon, le Maître des cordes, avec sa charmante assistante Robin.

Le maestro est en feu ! Et la belle ravie.

robin1
.

.


#73

Oh la pardon je me suis perdu @Mark


#74

Y’a des screens d’un jeu bizarre de foot au milieu des photos habituelles de la story c’est étrange :smiley:


#75

Je ne pourrai jamais faire aussi bien. Ou alors m’entrainer des années au Japon lol


#76

Comme au salon de la femme sexy quoi: il y a trop d’autos au milieu. :slight_smile:

Je me laisse distraire, je l’avoue… Je vais revenir à un format plus simple je crois.


#77

Très bons débuts en tout cas et de fort belles damoiselles à regarder.
Hummmm on en mangerait…


#78

:thinking:
Je me demandais quand SI va intégrer le foot féminin dans son jeu. Je pense que pleins d’histoires devraient voir naissance ce jour la…
:stuck_out_tongue_winking_eye:


#79

Alors je prends Team USA… Alex Morgan, Sydneu LeRoux, Hope Solo… :heart_eyes:


#80

ATLANTE CANCÚN – Apertura 2017/18, troisième partie

L’air de rien, nous en sommes déjà aux deux-tiers de l’Apertura de l’Ascenso. Nous sommes pour le moment au-dessus de la ligne bleue, avec 5 points d’avance sur le 8e. Mieux vaut terminer le plus haut possible évidemment.

ASCENSO APERTURA 11 – 14/10/2017 : ATLANTE – TAMPICO MADERO

Nous partons favoris contre le 10e, surtout après deux semaines de congé, avec un effectif quasi complet (seul Ruscu est blessé, remplacé par l’excellent Arce).

Malgré une première période où nos adversaires ont mieux paru que nous, nous virons en tête grâce à une tête de Tarragona. Je délaisse le 4-2-4 pour un 4-2-3-1 en seconde mi-temps et cela semble meilleur, même si nous ne parvenons pas à tuer le match malgré les bonnes intentions de Vélez, le milieu offensif central, qui trouve le cadre à la 62e. Comme cela arrive souvent quand on peine à se mettre à l’abri, notre adversaire réalise un vol dans les dernières minutes, égalisant contre le cours du jeu à la 89e.

Deux points de perdus…

ASCENSO APERTURA 12 – 20/10/2017 : MINEROS DE ZACATECAS – ATLANTE

Mineros est 15e, avant-dernier, cette fois je ne tolérerai pas de faux-pas. On joue en 4-3-2-1 large, avec Ruscu, rétabli.

Cette fois, nous sommes très réalistes et concrétisons nos occasions, au contraire du Mineros, qui se permet même de rater un penalty (tir sur la transversale).

On se reprend face à faible opposition, il est vrai.

8e COPA APERTURA – 25/10/2017 : SANTOS LAGUNA – ATLANTE

Notre objectif est atteint en coupe, sans oublier que ce n’est vraiment pas une priorité : j’aligne donc une équipe B au grand complet à Torréon, malgré la qualité de l’adversaire.

Hold-up ! Bien aidés par nos adversaires il est vrai. Si nous sommes dominés toute la rencontre, nous sommes les seuls à trouver le filet, grâce à l’excellent Fernando Fernández, qui perce après un début de saison difficle. Pourtant, nous perdons 26 tirs à 7, mais les nôtres ont été dangereux, au contraire de ceux des locaux.

Presque à contre-cœur, nous continuons notre aventure en coupe. Nous sommes les derniers représentants d’Ascenso en quarts, où nous nous déplacerons à l’Azteca pour y affronter le Club America.

ASCENSO APERTURA 13 – 28/10/2017 : ATLANTE – LEONES NEGROS

Les Lions noirs sont 12e, c’est donc une rencontre que nous devons remporter. Comme nous avons laissé nos titulaires au repos en coupe, c’est l’équipe-type qui foule la pelouse au coup d’envoi.

Les visiteurs ont crânement tenté leur chance en début de match. Nous avons tenu pour rapidement faire tourner le vent : au repos, c’est 2-0, avec deux passes décisives lumineuses d’Abarca et Uscanga. Nous gérons ensuite les 45 dernières minutes pour une victoire très sereine, sans forcer ni se faire peur.

ASCENSO APERTURA 13 : classement

Avec cette victoire, nous sommes officiellement qualifiés pour la Liguilla Apertura. Nous avons même pris la tête, à deux rencontres de la fin de la Fase de calificación.

Terminer premier est un avantage non-négligeable : cela nous permettrait de nous reposer une dizaine de jours avant d’affronter la moins bonne équipe encore en lice en demi-finale, qui aura dû jouer deux matchs pour en arriver là.

Nous allons tout faire pour conserver cet avantage, avec des rencontres à Correcaminos (12e) et à domicile contre Cimarrones (11e).

Le téléphone rouge

Disons plutôt que le téléphone ne dérougit pas.

Le premier à m’appeler fut Alejandro Burillo Azcarraga. Je dois avouer avoir été surpris. Le big boss, le magnat des télécommunications, a pris quelques minutes pour m’appeler afin de me féliciter.

« Je suis ravi que l’Atlante ait pris la tête du championnat. Grâce à votre travail acharné, vous montrez que l’équipe n’est pas morte. Fini de faire rire de rio grande a rio usumacinta (du Nord au Sud du Mexique). »

J’ai bien essayé de lui rappeler que je n’étais pas seul, que nous devions également ce succès à son neveu, mais il ne semblait pas de cet avis :

« Mi sobrino est un incapable. C’est un fêtard, un borracho, qui ne pense qu’à entraîner des jeunes femmes innocentes dans des perversions indicibles. Vous n’êtes pas au courant de ses fredaines, Señor Beaubien ? Il s’est entiché d’une mujerzuela qui s’habille comme une puta. Vous ne sembliez pas le savoir, alors je vous l’apprends, et vous mets en garde : ne vous approchez pas trop de lui en-dehors des terrains. Je suis d’ailleurs très surpris qu’il ait pu débusquer un homme de votre trempe, de votre prestance. On m’a dit qu’il avait envoyé un de ses proches en Russie pour examiner votre travail. Pour une fois, il a fait quelque chose de bien, cette marica. »

Je dois avouer que je ne savais pas trop quoi répondre… Sur quoi il termina la conversation :

« Ne vous laissez surtout pas entraîner dans ses frasques, señor Beaubien. Mi sobrino mène une vie de stupre, alors que vous êtes quelqu’un de droit, un fier et bon chrétien, une âme pure qui valorisez l’humilité, la réserve et la pudeur chez nos épouses, nos filles et nos mères. Je vous admire, querido nuevo amigo.

Je crains que Monsieur Burillo Azcarranga ne m’ait pas bien cerné. Enfin, soit.

À peine avais-je raccroché que c’était au tour d’Eduardo Braun Burillo de m’appeler :

« Madre de Dios Mark, nous sommes en tête ! Je savais que je pouvais compter sur toi, vieux brigand. Allez, passe à la maison, on va fêter ça, j’ai une petite Tequila que je voulais te faire goûter justement. Allez, rentre vite chez toi chercher Bella et rejoins moi à l’Afrodita. Et dis-lui de s’habiller ultra-sexy, ce soir on va fêter en grande ! Ça va sentir le sexe et la sueur ! »

Je l’ai laissé en attente, j’avais une autre ligne… Bella ! Elle fut de loin la plus convaincante :

« J’aime les gagnants, et je sais comment les récompenser. Je t’attends, champion. »

Je dois avouer qu’elle m’a convaincu, photo à l’appui, de décliner l’invitation d’Eduardo…