:storyblue: :s12: 🇵🇾 Chilavert Will Never Walk Alone

[color=#1875dd]

La star paraguayenne reviendrait sur les terrains de football mais… en tant qu’entraîneur ! Une rumeur qui s’intensifie de jours en jours

José Luis Chilavert , le prolifique gardien paraguayen est de retour ! Le meilleur gardien du monde a plusieurs reprises durant les années 90 selon la Fifa avait effectué une formation de deux ans au Centre de Droit et d’Economie de Asuncion afin d’obtenir son diplôme de management sportif. Le diplôme en poche, Chila était rapidement devenu entraîneur adjoint d’un club paraguayen avant de devenir conseiller au sport dans le gouvernement de son pays. Mais aujourd’hui, alors que son deuxième fils Hector vient d’intégrer l’équipe du Paraguay des moins de -16 ans, on apprend que Chila pourrait devenir entraîneur d’une équipe professionnelle dont le nom n’as pas filtré.

Plusieurs clubs argentins sont intéressés.

En effet, le contrat de plusieurs entraîneurs de première division argentine et paraguayenne se termine dans quelques semaines, autant de piste potentiel pour l’ex-capitaine de la seleccion. Dimanche, il sera sur le terrain politique pour assister une dernière fois a un match de la sélection espoirs contre le Chili. Tout le monde se demande dans quel club chila atterrira…

Chila indécis

Pour l’instant José n’a pas confirmé l’information et préfère se concentrer sur la fin de sa mission gouvernementale. Les paris sont ouverts et chacun y va de son avis. Selon le journal la Nacion, Chilavert serait “sensible à l’idée de se lancer dans le métier dans un club où il a joué”. Pour le journaliste Agusto Carbo, la collaboration entre un club européen et chilavert ne serait plus qu’une question de temps. Il a ainsi affirmé sur la BBC que “Chilavert en Europe, c’est fait à 90% !” Une chose est sure, si Chilavert devait rejoindre un club européen, il offrirait un coup de projecteur à l’équipe non négligeable ! Pour l’ami de Chilavert, Carlos Bianchi, on ne peut être sûr que d’une chose : Chila veut entraîner ! Cité par Mundo Deportivo, il explique : “Je sais juste qu’il est déterminé à entraîner. Il a fait le tour du rôle de conseiller. Mais il ne veut pas se tromper et il n’ira pas n’importe où. José sait qu’il sera très attendu. Et quand on s’appelle Chilavert, ce ne sont pas les prétendants qui manquent…”

En attendant une confirmation, Chilavert profite de sa fin de mission au Paraguay en tant que conseiller sport du président avant de, peut-être, rejoindre de nouveau le monde du football professionnel !
[/color]

Faites vos jeux !

[color=#1875dd]

Excentrique, provocateur et bagarreur : José-Luis Chilavert, l’ancien gardien de but du Paraguay, faisait autant parler de lui à cause de son (mauvais) caractère que de son incroyable talent.

L’ancien portier du CA Vélez Sarsfield, club de la banlieue de Buenos Aires, est entré dans la postérité en 1998. Excellent tireur de coups francs et de penaltys, Chilavert a grandement participé à la qualification de son pays pour le Mondial. Sur ses 8 buts inscrits en matchs internationaux, 4 l’ont été lors de la phase qualificative pour la Coupe du monde. Le plus précieux d’entre eux a été marqué face à l’Argentine, en septembre 1996, à Buenos Aires. Le légendaire gardien du Paraguay avait permis à son équipe de ramener un point en terre hostile (1-1).

Il est sûrement le meilleur joueur de football de l’histoire du Paraguay, dans un pays où le ballon rond est présent à tous les coins de rue, et à un poste qui n’est pas forcément destiné à être mis en lumière, au contraire des attaquants. José Luis Chilavert a réussi à devenir une figure légendaire, une icône de son pays. Il sera même parvenu à émerveiller tout bon fan de football qui se respecte en étant l’auteur de nombreuses images incongrues, un jour transformant un penalty, un autre inscrivant un sublime coup-franc. Au total, le natif de Luque totalise 62 buts dans sa carrière professionnelle. Une performance hors du commun.

L’histoire commence dans le club de sa ville au Sportivo Luqueño, où il signe son premier contrat professionnel en 1982. Le regard profond et la carcasse imposante, il se fait vite remarquer par San Lorenzo, le grand club argentin, puis par l’Europe, où il signe avec le Real Saragosse. De l’autre côté de l’Atlantique, en trois ans, il enchaîne 79 matches et inscrit un but. Mais c’est en Argentine que Chilavert va forger sa légende. Avec le Vélez Sarsfield, il se construit un palmarès (3 Championnats d’Argentine, 1 Copa Libertadores, 1 Coupe Intercontinentale) et un personnage. Le gardien de but tire les penaltys et les coup-francs. En 1999, il devient ainsi le premier portier à réaliser un hat-trick. Mais en plus d’avoir un pied digne des plus grands numéros 10, il sait protéger ses cages. José Luis remporte ainsi la haute distinction de la FIFA de gardien de but de l’année en 1995, 1997 et 1998.

José Luis Chilavert a un objectif bien ancré dans sa tête.

Il marque l’histoire de sa sélection en se hissant au stade des huitièmes de finale en Coupe du Monde 1998, avec des joueurs tels que Gamarra, Acuña et Ayala. En 2000, du haut de ses 35 printemps, il décide de retenter sa chance en Europe, au RC Strasbourg. Une expérience en dents de scie qui symbolise la pente descendante de sa carrière. Après un an au Peñarol et six petits matches au Vélez qui l’a vu émerger aux yeux du monde, José Luis Chilavert raccroche les gants et les crampons, alors âgé de 39 ans. Grâce à lui, le Paraguay a bénéficié de coups de projecteurs inégalés. Aujourd’hui, il veut continuer à servir son pays.

Après avoir fait un peu de politique Chilavert a désormais un dessein : rendre au football ce qu’il lui a apporté. Dans le journal bolivien El Deber, relayé par L’Équipe Magazine, l’ancien international a déclaré viser le poste d’entraineur, et rien d’autre : « Entraineur, pas adjoint ! (…) Mes ancien coéquipier me connaissent comme une personne frontale, imperméable à la corruption. Entraineur, c’est être comme un père de famille. » Si certaines de ses opinions peuvent faire débat, l’homme s’affirme et veut aller au bout de ses convictions : « Je suis capitaliste. J’ai joué au football pendant 25 ans et j’essaie d’en profiter au mieux. » Pour Chilavert, l’objectif pourrait se réaliser en 2014, en effet depuis quelques mois toute l’Amérique latine se l’arrache. José Luis pourra alors, peut-être, devenir numéro 1 de son nouveau métier avant qui sais de briguer la présidence du Paraguay. Ce numéro qu’il a porté tout au long de sa carrière…

[/color]

1 J'aime

[color=#7d17c6]

Velez Sarsfield nomme José Luis Chilavert à la tête de l’équipe professionnelle.

Les rumeurs allaient bon train ces derniers jours. Comme pressenti, c’est un ancien du club qui devient entraineur du Velez, Chilavert rejoint son club de coeur, le Velez Sarsfield.

Le site officiel du Velez Sarsfield a dévoilé l’information en début de soirée, José Luis Chilavert succédera à José Flores sur le banc argentin. Chilavert officiait comme conseiller du gouvernement depuis l’arret de sa carrière. Il a notamment passé tout ses diplômes durant ses années et a été adjoint de la sélection paraguayenne espoirs.

José Luis Chilavert est une légende du Velez puisqu’il a porté le maillot du club de Bueno Aires pendant 10 saisons étant le deuxième joueur le plus capé du club avec 347 matchs disputés. Après sa carrière de joueur, il a même été entraîneur de la réserve du club et était préssenti pour succéder à Miguel Angel Russo lorsque celui-ci a quitté Velez en 2009.

Finalement, Luis Enrique avait rejoint les jeunes du Paraguay en 2011. Mais l’expérience avec la sélection avait été de courte durée pour cet ancien joueur du RC Strasbourg. Il ne restera qu’une saison en poste et rejoindra l’année d’après le modeste club de Asuncion comme assistant vidéo en alternance avec son poste de conseiller.

Chila a signé un contrat de deux ans et va devoir reconstruire une équipe compétitive pour reconquérir le titre. Son arrivée au club signifie également un retour au football prôné par Marcelo Bielsa. De quoi ravir les jeunes pépites du club tel que Allione, Cardozo ou Zarate qui a signé un nouveau contrat record a Bueno Aires.

[/color]

1 J'aime

[color=#4000BF]Merci a vous !

Le club est considéré comme le troisième club argentin derrière Boca Junior et River Plate. Velez a vu passer pas mal de cador, le meilleur buteur de l’histoire du club n’est autre que Carlos Bianchi. Sergio Zarate (le frère de Mauro Zarate), mais aussi Diego Simeone et plus récemment Otamendi. Il faut savoir que la fratrie Zarate a joué a Velez a part Rahel. 2 sont déjà des légendes du club.

Le club possède un stade de 50 000 places et compte 32 000 abonnés. Cette saison le club jouera la Copa Argentina, le championnat d’ouverture, le championnat de clôture et aussi la Copa Sudamericana (équivalent sud américain de la Ligue Europa.).

Tout d’abord voici les joueurs sur lequel je compte me reposer principalement dans l’effectif actuel :

Sebastian Sosa

C’est le gardien du club, il a un bon potentiel et pourrait détrôner Muslera en sélection.

Façundo Cardozo

C’est l’une des pépites sortant du centre de formation et le futur défenseur central de l’équipe, il aura sa place progressivement. Le Barça était dessus, mais nous avons réussi a le prolongé, sa nouvelle clause libératoire est fixée a 34 Millions d’euros.

Emiliano Papa

C’est le latéral gauche de l’équipe et le capitaine, du haut de ses 31 ans il représente l’expérience de cette équipe.

Lucas Romero

C’est le taulier du milieu du club et le vice-capitaine du club, il représente l’avenir. Il a choisi de rester malgré d’énormes intérêts européen notamment au Portugal et en Italie.

Agustin Allione

C’est un ailier droit, fine gâchette et doté d’un très bon sens de la passe. Il représente l’avenir du club lui aussi.

Mauro Zarate

Enfin la star de l’équipe c’est Mauro Zarate, le troisième des frères Zarate a évolué a Velez, lui qui a un peu raté son expérience en Europe, il revient a la maison et dés Septembre une fois sa suspension levé il tentera de se relancer et de rejoindre ses frères dans l’histoire du club.

A venir : Le recrutement
[/color]
1 J'aime

De plus en plus impressionné par la qualité graphique des posts, bravo !

tu te souviens plus de celle la sur FM14 ? je suis en train de la rapatrier ici :slight_smile:

Si si, mais je pensais que tu en attaquais une autre ;).

j’ai celle sur le Losc

http://comandtalk.fr/t/losc-the-north-remembers/145

C’est ma nouvelle perle dans la droite ligneée de Chilavert :pry: et Riquelme :arg:

Fort de son potentiel formateur, le CA Velez est un club qui vit plutôt bien, fort d’un budget intéressant de 22 millions agrémenté de quelques ventes. Il s’est fait une spécialité de formé et de post-formé les espoirs du pays. Cet été une partie de l’équipe a rejoint l’Europe et a renfloué les caisses ajoutant encore quelques 33 millions. Fort de ces liquidités non négligeable le club a choisi une fois de plus d’investir dans le terroir local en s’accaparant les meilleurs espoirs du pays. Les voici :

[img]http://image.noelshack.com/fichiers/2014/24/1402745498-delgado.png[img]

1 J'aime

[color=#4000BF]

C’est donc le grand jour, je sens un frisson me parcourir au moment de rentrer dans le stade, le même qu’il y a 20 ans quand je suis arrivé dans ce vestiaire pour la première fois. Sauf qu’aujourd’hui c’est Emiliano Papa qui est a ma place. On commence cette saison par le Championnat d’ouverture. En effet ici en Argentine c’est un peu particulier. On joue le championnat d’ouverture de Juillet à Décembre et celui de clôture de Janvier a Juin. La Coupe commence en Janvier. Tandis que en parallèle du tournoi d’ouverture se joue la Copa Sudamericana, pendant celui de clôture on joue la Libertadores. Du moins pour les qualifiés. On commence donc la saison contre Tigre. On démarre le match tambour battant en se portant a l’attaque Delgado et Allione montrant de suite leur gout pour la permutation. L’arbitre a joué un grand rôle dans ce match. Il nous a d’abord offert un pénalty pour le moins litigieux. Pratto l’as transformé dés la 13ème minute. En seconde période Balanta a inscrit son premier but avec Velez en reprenant un corner de Allione. En fin de match c’est Lucas Romero qui a doublé la mise sur un nouveau pénalty.

Notre deuxième sortie s’annoncé plus délicate. Elle eut lieu en Copa Sudamericana ou nous affrontions au premier tour nos compatriotes de Belgrano. Mais pour ce match aller nous sommes considérablement affaiblis sur nos 12-13 titulaires 8 sont partis en sélection… Ainsi ce sont des jeunes pousses qui ont joué. Et certains n’était pas prêt a disputer un match pro. Notamment notre gardien coupable sur 3 des 4 buts de nos adversaires. Seul Pratto a fait un bon match réussissant a inscrire un but qui pourrais s’avérer crucial au moment d’aborder le match retour devant nos supporters.

On retrouve ainsi le championnat domestique en recevant a la maison le club de Lanus (cher amis européens qui lisait mon blog, il n’y as rien de pervers…) Lanus est réputé dans toute l’Amérique latine pour son centre de formation de grandes qualités. La première mi-temps fut assez disputé avec des occasions de part et d’autres. Cependant nous nous sommes procurés les meilleurs occasion, notamment un coup franc sur la barre de Pratto. A la pause j’ai sortis Pratto par sécurité il semblait touché aux ischios. J’ai donc décidé de lancer une recrue Luciano Vietto, un espoirs de l’Argentine et il n’as pas tardé a ce signalé ouvrant le score sur un centre de Allione, puis doublant la mise idéalement lancés en profondeur par Lucas Romero. On s’installe ainsi sur la première place du podium, A nous d’y rester.

Pour la troisième journée on se déplace a Arsenal de Sarandi. En temps que favori on s’est imposé facilement, 2-0 sans trembler. Angel Correa a rapidement ouvert la marque en prenant de vitesse la défense adverse. Et c’est Pratto qui a doublé la mise en fin de match.

Pour l’avant dernier match du mois on retrouve Belgrano en coupe avec la ferme intention de se venger de l’affront du match aller. Et cette fois nous avons tout nos internationaux et même Zarate qui n’est plus suspendu par la FIFA.
Il nous fallait donc remonter 3 buts pour passer ce premier tour. Tobio nous mis sur le chemin en ouvrant rapidement le score sur corner. Vietto nous donna encore plus d’espoirs quand il transforma un coup franc lors de la 35eme. La deuxième mi-temps fut stressante, la défense de Belgrano sortant toutes nos patates chaudes. L’espoir changea de camps petit a petit. Cependant Vietto encore lui inscrivit le but salvateur a la 85ème sur un bon service de Zarate. Ce même Zarate qui inscrivit son premier but depuis son retour en Argentine. Au final on passe ce tour en ayant largement dominé ce match retour. Au prochain tout on se renderas a la maison pour affronter le club paraguayens du Nacional. Ce n’est pas un gros club mais leur défense rugueuse typique d’Amérique central sera dangereuse.

On finit le mois en championnat contre Argentinos. On s’impose sans sourciller 3-0 et on finit ce mois sans prendre de buts en championnat. Dans ce match Delgado ouvrit le score. Puis Vietto doubla la mise sur une reprise parfaite. Enfin Zarate clôtura la marque en prenant de vitesse la défense sur une passe en retrait.

DĂ©but de saison parfait en somme.

[/color]

Le deuxième mois de compétitions vient donc de débuter. Au programme 2 journées de championnat et un match de Copa sudamericana. On commence par un déplacement pour affronter le club de All Boys. Le déplacement ne fut pas de tous repos tant l’ambiance fut pesante avec les grèves qui paralyse le pays ces temps ci… Campora délivra vite son pubic sur un corner ou il ouvra le score. C’est notre latéral Cubero qui égalisa un peu plus tard lui aussi un Coup de pied arrêté. En deuxième mi-temps on s’est un peu lâché et on a pris le large par Balanta puis Pratto. Castiglione ramena All Boys a 3-2 mais le score n’évoluera plus.

Une fois la trêve internationale passé, il fallait reprendre la route et se rendre en province affronter le club de Bielsa, les Newell’s Old Boys. le match fut sobre mais entaché de grosses fautes des joueurs locaux. Nous sommes parvenus a sortir de ce traquenard grâce a un but du jeune ailier Allione qui realise par ailleurs une jolie saison.

Il était alors temps de retrouver la Copa sudamericana, et l’opposition avec un club de mon pays, le Nacional. Face a une opposition sommes toute modeste on s’impose aisément sur deux jolis buts de Allione et de Zarate.

Enfin on finit par une opposition a domicile contre boca Junior, un peu émoussé par le match de Copa, on repart avec le nul. Cubero répondant a Ledesma.

Alors que l’Argentine commence a découvrir le phénomène Chilavert, le Paraguay se réjouit du coup de publicité. Le maestro Guarani a imposé sa patte a Velez avec un jeu offensif chatoyant. Comme souvent ce mois ci Velez a évolué dans un 4-1-1-3-1. L’animation offensive arrive par Zarate et Allione bien aidé par Lucas Romero un peu derrière. Vietto et Pratto se charge de la finition. Et cela marche plutôt pas mal. Jugez plutôt.
Ce mois d’octobre a commencé avec un déplacement a La Plata pour défier le Gimnasia. On s’impose assez facilement 4-1. Zarate, Cerro et Lucas Romero ont rapidement mis Velez sur orbite. Dominguez a augmenté l’ampleur du score en seconde période avant la réduction du score du Gimnasia. C’est une belle victoire pour les garçons.

Pour la journée suivante c’est le petit club de Quilmes qui vient a la maison, ils ont joué avec leurs armes et nous ont imposé un gros défi physique. Caneo ouvrant le score rapidement, mais Rodrigo De Paul au terme d’une superbe action nous dégote le point du nul.

Avant de jouer notre match retour au Paraguay on se déplace a Belgrano, au vue du classement je me suis permis de faire tourner dans les grandes largeurs et cela s’est ressentis sur le terrain. on concède notre première défaite de la saison 2-1.

C’est enfin l’heure du match retour au Paraguay a la maison. On a joué ce match plutôt sérieusement et on s’est imposé 2-0 comme a l’aller sur des buts de Allione et de Cerro. Au prochain tour c’est l’International Porto Alegre qui nous attendra de pieds fermes.

Il est donc temps de revenir au championnat, en affrontant Godoy Cruz, le match fut disputé mais le match au Paraguay a pesé dans nos jambes. On a mené au score par deux fois avant qu’ils ne reviennent au score et ne prennent l’avantage en toute fin de match…

On retrouve déjà la Copa Sudamericana contre L’internacional, Depuis quelques temps il est de notoriété publique que les équipes brésiliennes sont meilleurs qu’en Argentine. Le match contre L’inter s’annoncé dur pour nous, surtout que notre effectif est plutôt jeune encore. Exceptionnellement j’avais donc volontairement décidé de laisser la balle aux brésiliens afin de mieux les aspirer et les contrer. Cela a plutôt bien fonctionner sur la première offensives des brésiliens, Lucas Romero a récupéré le ballon et lancé Vietto en profondeur. Celui ci ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score. Alysson a égalisé en seconde période pour les locaux mais le principal était acquis avec ce but a l’extérieur crucial.

La compétition avance et la fatigue commence a gagner les joueurs, il ne faut cependant pas se relâcher. Il reste deux mois de compétitions avant la trêve et deux compétitions a jouer. La copa sudamericana et le Championnat d’ouverture. Nous sommes bien placés dans les deux compétitions et il serait dommage d’échouer si prés. On commence par le championnat ou nous recevons le Racing. Le match fut pour le moins disputé avec 1 rouge de par et d’autre cependant personne ne réussit a tromper la vigilance des deux gardiens…

Et il est déjà l’heure d’affronter l’International Porto Alegre, en quart de finale retour de sudamericana. Moura donne l’avantage au club brésilien en milieu de seconde période. Mais alors que tout le monde croit le Velez KO, c’est l’italo-argentin Lucas Pratto qui egalise en toute fin de temps additionnels. Parfaitement ex-aequo sur les deux matchs c’est au tirs au but que les deux clubs vont se départager. Velez s’impose 5-4. Et retrouvera le Chili pour des demi finale qui s’annonce passionnantes.

Mais il faut d’abord affronté le second du championnat le surprenant club de Rafaela. Lucas Romero ouvre rapidement le score mais les visiteurs parviennent tout de même a revenir dans un premier temps. mais c’était sans compter sur la fougue de Pratto qui redonna l’avantage aux locaux avant que Delgado n’inscrive le but de la victoire.

C’est donc le club chilien de Cobreloa qui se place sur notre route. Difficile a jauger au premier abord cet adversaire méconnus qui surprend tout son monde. Il nous aura fallu 30 minutes pour mettre en place notre jeu. Puis ce diable de Pratto sortis encore de sa boite pour ouvrir le score, avant que Delgado encore lui ne double la mise. Cela nous placent idéalement en vue du match retour au Chili.

On se déplace a Rosario entre deux matchs internationaux. Castellijos ouvrit très vite le score mais Vietto égalisa dans la foulée. Zarate nous donna l’avantage un peu plus tard avant que Vietto ne nous donne encore un peu plus d’avance.

Dernier match du mois avec le retour au Chili. Comme a l’aller nous avons pas fait de détails avec un nul sans appel. Les joueurs fatigués il nous fallais faire tourné et ce fut fait. La qualification acquise c’est contre le Botafogo que nous disputerons notre finale…

[color=#4000FF]

Nous sommes déjà en Décembre, une page de l’histoire de la saison se tourne déjà ! En effet le Tournoi Inicial touche à sa fin et va bientôt rendre son verdict. La Copa Sudamericana n’est pas en reste, puisque le match aller de la finale approche a grands pas. Ces 6 premiers mois a Velez n’ont pas été de tout repos. Beaucoup de petits pépins physiques, j’avais oublié qu’en Amérique du Sud tu joues toute l’année tout les trois jours, nous avons donc du engager deux préparateurs physiques supplémentaires pour être sur que les organismes tiennent. Et quand tu crois que tout roule, que tu vas pouvoir enchaîner c’est les agents qui viennent te pourrir l’ambiance. Comme vous le savez l’Argentine et le Brésil ont la fâcheuse tendance a servir d’incubateurs aux écuries européennes, dès q’un joueur plutôt jeune flambent tous les clubs portugais, espagnols, italien et même anglais arrivent par cargo pour les convaincre de rallier le vieux continents. Même les français s’y mettent et viennent piocher dans le vivier sud-américains. Mais bon je l’ai comprend le joueur argentin est en général peu cher, et les clubs ne possèdent généralement pas la majorité des droits de leurs joueurs, ainsi il est parfois compliqué de garder ses joueurs. J’aurais l’occasion de voir cela le mois prochain. Mais d’abord place a la compétitions.

Ce mois de décembre commença donc par la réception de River Plate un des deux plus gros clubs d’Argentine. c’est le club de la partie Nord de Bueno Aires, le rival suprême de Boca. C’est le club le plus titré d’Argentine avec 35 titres de champion. Il est souvent considéré comme le club bourgeois de Bueno Aires. Le match fut plutôt disputé, Eder Alvares ouvrit le score d’entrée de jeu, il ne célébra pas son but mais cela peut se comprendre après avoir évolué a River pendant plusieurs saisons. A peine le premier quart d’heure passé Luciano Vietto doubla la mise sur un joli service de Agustin Allione. Peu après l’heure de jeu, c’est cette fois Lucas Pratto qui inscrira le but du 3-0. Dans la foulée on trembla lorsque Cavenaghi puis Martinez permis a River de revenir a 3-2.
On passa toute la fin du match a défendre et Facundo Cardozo fit une entrée resplendissante pleine d’autorité.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Pas le temps de s’en remettre, qu’il faut déjà partir pour le Brésil et Rio de Janeiro pour défier le Botafogo FR. Le match fut compliqué contre les brésiliens. Afin de pouvoir rivaliser j’avais établi de jouer en contre attaque afin de jouer sur nos points forts c’est à dire la vitesse sur les côtés. Cela nous permet de contrer leur milieu plutôt dense. La différence s’est faite en seconde période. Vietto porta le ballon avant de servir Pratto qui décocha une frappe. Le gardien brésilien contra la tentative de l’italo-argentin, le ballon revenant directement sur Allione qui sans contrôle remise le ballon directement le but. On s’imposa alors sur la plus petite des marges. Mais ce but à l’extérieur pourrait compter.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

On retrouva le championnat le temps d’un match, contre Estudiantes. Les cadres fatigués furent laissé au repos. Mais cela n’entacha pas la volonté de l’équipe de remporter ce match. Nous plions rapidement le match. Delgado pris de vitesse l’arrière garde agés de l’Estudiantes. Avant que peu de temps après Pratto ne double la mise sur un pénalty consécutif a une main d’un des défenseurs. Par la suite du match nous avons continué a attaquer cependant rien de plus ne rentra. En seconde période nous nous sommes contentés de conserver le ballon et de faire tourner afin de garder des forces pour la finale retour face a Botafogo. Malgré tout cette victoire n’en fut pas moins fabuleuse puisque celle ci nous permettait d’être officiellement sacrés champion du tournoi d’ouverture.

[spoil][/spoil]

A peine le champagne dégustés qu’une deuxième finale nous tendais les bras. Botafogo privé de son buteur et de son capitaine s’est présenté affaiblis dans notre stade. Comme au match aller nous avons choisis de miser sur une stratégie défensive faisant la part belle aux contre attaque. Notre défense a plié mais Sosa n’as jamais rompu devant la pression des brésiliens. 90 minutes plus tard le public nous consacrés champion. La Copa Sudamericana était notre !!!

[spoil][/spoil]

Il faut bien se l’avouer ce titre a été copieusement fêté. Les joueurs n’avait guère la tête au match a San Lorenzo notre fidèle second qui a vus le titre lui échapper définitivement au détour d’une défaite conte Boca Junior. On s’inclina 3-2, San Lorenzo a rapidement mené de deux buts grâce a deux buts sur corner dans les cinq premières minutes. Vietto nous ramena a un but mais ce fut insuffisant les locaux se redonnant un peu d’avance par l’intermédiaire de Romagnoli en tout début de seconde période. Vietto nous ramena une fois de plus a portée de tirs des locaux, mais notre attaque ne parvint jamais a refaire notre retard.

[spoil][/spoil]

Ce tournoi initial se termina a domicile face a Colon le bon dernier du tournoi. On s’imposa facilement 3-0 histoire de bien fêter nos deux titres avec notre public. L’inarrétable Vietto s’est même offert un triplé !!!

[spoil][/spoil]

[spoil][/spoil][/color]

En ce mois de janvier, période de trêve en Argentine il n’y as guère eu d’agitations. Des approches de certains clubs pour nos pépites mais sans offres intéressantes. Seul deux joueurs nous ont quitté. Il s’agit de Lucas Pratto notre buteur, a 25 ans et après une première sélection avec la squadra azurra il nous as demandé de pouvoir quitté le club. L’offre du Milan étant acceptable il rejoint donc l’Italie. Le deuxième est Francisco cerro lui aussi agé de 25 ans qui rejoint pour les mêmes raisons la Real Sociedad. Pas d’arrivées par contre. Luciano Vietto va devenir titulaire indiscutable en attaque, tandis que Gaspar Iniguez va gagner en temps de jeu.

1 J'aime

[color=#400080][align-center][spoil]Afin de pouvoir suivre un meilleur rythme j’ai décidé de couper la saison en 2 post au lieu de faire du mois par mois, cela m’évite de prendre trop d’avance…[/spoil][/align-center]

C’est maintenant l’heure de la seconde partie de la saison. Durant cette partie nous jouons le championnat de clôture (la phase retour si vous préférez) mais aussi la Copa Libertadores en temps que champion du tournoi d’ouverture. A la fin de la saison on jouera les premiers tours de la coupe d’Argentine. La Recopa (équivalent de la Supercoupe en Europe) se joue en Aout (entre le vainqueur de la Libertadores 13 et de la Sudamericana 13) et en Janvier (entre les deux champions argentins.). Durant la coupe du monde rien ne se joue.

Nous avons globalement effectué un bon championnat, plus difficile que le premier, les phases de poules de Copa Libertadores n’ont pas aidé c’est sur. Mais l’équipe a parfaitement répondu et a été sacré a la dernière journée avec 1 points d’avance sur Boca Junior. Vous pouvez constaté sur le classement qu’en général une équipe ayant fait un bon championnat d’ouverture en fait généralement un mauvais de clôture et inversement. Luciano Vietto aura fait un très bon championnat finissant deuxième au pichichi avec 24 buts inscrits. On finit meilleur défense des deux championnats et meilleur attaque du tournoi d’ouverture. Mais avant de vous dévoilé le classement voici les matchs et un zoom sur 3 matchs clés de cette phase.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Comme vous le voyez c’est un très bon championnat, seulement deux défaites et quelques nuls. Mais aussi quelques cartons. Passons aux matchs clés de ce championnat.

Le premier d’entre eux est celui nous ayant vus affronter Quilmes. Il s’est déroulé au premier tiers du championnat, lors de la mauvaise phase du club. On sortait de trois matchs sans victoire dont deux défaites. Un 5-0 contre la Plata a domicile et un 2-0 a la Bombonera contre Boca le leader a l’époque. On était pas vraiment en confiance a ce moment la l’attaque avait du mal a se trouver et Luciano déçu de ne pas avoir été appeler en sélection connaissait une petite crise de confiance. Contre Quilmes le jeu s’est mis en place progressivement le temps qu’Allione et Correa parviennent a s’accorder sur les phases offensives. Cette nouvelle entente se traduisit par deux buts. D’abord ce fut Angel Correa qui servit Luciano sur un joli centre du droit, le buteur ne se fit guère prier pour calibrer sa frappe. En seconde période c’est cette fois Allione qui lança Luciano en profondeur. On avait lever les légères incertitudes sur notre niveau.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Le deuxième matchs clés de ce championnat fut notre opposition contre Colon en dernière Journée. Avant le match Boca compté A point d’avance au classement et nous savions qu’il fallait gagner a tous pris pour remporter le titre. Surtout qu’en Argentine Velez est réputé pour ses débuts de saisons démarrant en trombe avant d’exploser dans le deuxième championnat mais pas cette fois. Le match démarrait pourtant très mal. Colon ouvrait le score dés la 7ème minute par Gaudin et dans le même temps Boca menait déjà 2-0 a la bombonera. Peu avant la mi-temps Vietto nous permis de revenir au score, ce qui nous soulageait tous il faut bien se l’avouer. Pendant la mi-temps je m’attacha a faire comprendre aux joueurs que nous devions gagner ce match ! Il ne fallait pas laisser la chance oeuvrer, c’était a nous de nous créer cette chance. Et en seconde nous fumes conquérant mais ce n’était pas Vietto qui allais nous délivrer mais le vétéran de la sélection Emiliano Papa qui a la fâcheuse habitude de délaisser ses tâches défensives pour apporter le surnombre et par deux fois il trouva l’ouverture dans ce match, nous permettant de gagner 3-1 ce match. Mais rien n’étais jouer car dans le même temps Boca menait 2-1 contre l’Estudiantes. Le suspence devenait dur a supporter a Colon ou nous attendions fébrilement sur le terrain de connaître le score final de Boca. C’est après quelques minutes que le speaker annonça le nul de Boca Junior, ils avaient concédés un pénalty a la 92ème minute !!! Nous étions officiellement de nouveau le champion !! Mais cette fois du championnat de clôture.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

La copa Argentina se déroula rapidement, le 6ème tour se jouant en Mai. Lors du premier tour nous avons affronté une petite équipe argentine. La victoire se déssina aisément Papa puis Zarate inscrivant les buts de la victoire. Il en fut pourtant tout autre au tour suivant, celui ci nous réservé un choc contre Boca Junior. Seulement avec un match programmé le 25 juin nous avions 7 joueurs indisponibles pour cause de sélection pour la Coupe du Monde. Parmi lesquels Sosa (Uruguay), Balanta (Colombie), Romero, Zarate, Papa, Delgado et Ustari pour l’Argentine. De son côté Boca Junior n’avait aucun absent. Nous nous sommes toutefois incliné qu’au tirs au but. Mais ce fut toutefois une déception.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Le tirage était intéressant et nous promettais du voyage avec au programme un club vénézuélien en la présence de Zamora le champion vénézuélien. une opposition prenable mais attention au Vénézuela nous jouerons en altitude et nous savons tous que dans ces cas la, c’est quitte ou double. La deuxième opposition nous verras affronté le Défensor Sporting d’Uruguay, C’est un bon club Urugayen de ce que m’en avait dit Sebastian. Enfin notre dernier adversaire est un club brésilien, un des plus gros en la présence de Fluminense, un bon club qui compte beaucoup sur sa doublette Dario Conca - Fred, le premier est un pur numéro 10 qui s’est longtemps perdus en Chine, avant de faire un retour fracassant au pays. Le second sera le titulaire d’attaque a la Coupe du Monde.

Au final nous avons passé ce tour, on a fait 0-0 au Venezuela avant de cartonner cette phase de poule avec pas mal de buts inscrits. En huitième de finale nous avons retrouvé l’Internacional Porto Alegre, ils nous ont battus a l’aller et on s’est vengé au retour comme en Copa Sudamericana. En quart ce fut plus compliqué mais vous le verrez un peu plus loin.

En effet pour vous parlez de la Libertadores j’ai choisi de vous raconter deux matchs clés celais contre Fluminense et le match aller contre Santos en quart de finale.

Le match contre Fluminense s’est joué en seconde période, comme en Copa sudamericana nous avons joué en contre face aux brésiliens. Ca a plutôt bien marchés puisque nous avons gagner 3-1 grâce a deux buts en contre. C’est d’abord Vietto a l’heure de jeu qui as transformé une superbe offrande de Allione. C’est ensuite Lucas Romero qui as doublé la mise en finissant un une-deux qu’il avait initié avec Angel Correa. Enfin c’est Agustin Allione qui as mis le troisième sur une percée qu’il s’est crée tout seul. Conca avait entre temps réduit l’écart, mais c’était bien insuffisant pour nous contrarier.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Le deuxième match que j’ai choisi de vous présenter le quart de finale aller. On avait commencé sur les chapeaux de roue avec Vietto qui trouvé la lucarne sur le coup d’envoi. Mais les brésiliens ne se sont pas laissés faire en inscrivant très rapidement deux buts par Ribeiro. Mais alors que Vietto sur un coup franc de Allione avait permis a notre club de revenir a 2-2 C’est Madson qui permettait au club brésilien de reprendre l’avantage. Mais Allione ainsi que Vietto était décidément en feu. Vietto égalisant encore une fois sur une passe d’Allione juste avant la mi-temps. Puis en donnant l’avantage à l’heure de jeu. Vietto clôtura son festival en inscrivant son cinquième but personnels en toute fin de partie sur coup franc direct. On gagné 5-3 ce match aller ce qui nous envoyé presque définitivement en demi finale.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

Et effectivement au retour malgré une légère defaite 1-0 nous nous sommes hissé en demi-finale ou nous affronterons l’Atletico Mineiro mais ce sera en ouverture de la saison prochaine.

[align-center][spoil][/spoil][/align-center]

[/color]

[align-center][color=#000080]

Après cette belle saison, il est temps de regarder les saisons de nos joueurs.Certains ont fait une grande saisons à l’image de :

Luciano VIETTO - 50 apparitions - 31 buts - 10 passes D - 7,04 de moyenne.
Agustin ALLIONE - 42 apparitions - 11 buts - 12 passes D - 7,17 de moyenne.
Mauro ZARATE - 38 apparitions - 7 buts - 17 passes D - 7,11 de moyenne.
Lucas ROMERO - 45 apparitions - 5 buts - 4 passes D - 7,06 de moyenne.
Cesar DELGADO - 18 apparitions - 5 buts - 10 passes D - 7,40 de moyenne.
Angel CORREA - 38 apparitions - 3 buts - 6 passes D - 6,88 de moyenne.

Cet été peu de départs, nous avions lancé une vaste opération prolongation en Avril afin d’éviter de connaître un mercato trop tendus. Seul Emiliano Papa quitte le club pour rejoindre l’Europe et le Besiktas.

Côté arrivées il sont au nombre de 4 a rejoindre le club cet été.

Jorge viendra concurencer Cubero côté droit et assuré en cas de baisse de notre leader qui commence a viellir (35 ans)

Johnatan vient remplacer numériquement Emiliano Papa, il se partagera le poste avec Nicolas Tagliafico.

Après une expérience raté en Angleterre, Oscar revient en Argentine ou il sera dans un premier temps la doublure de Sebastian, cependant Sebastian est prévenu le meilleur des deux joueras.

Dernière recrue et non des moindres c’est Ricardo Kaka qui rejoint le club, il est prêté avec option d’achat par la Milan AC. Il restera donc au moins 6 mois, soit jusqu’as la fin de son contrat avec le Milan. Il sera en concurrence avec Angel Correa pour le poste de meneur.[/color][/align-center]

[color=#000080]

Après une première saison très intéressante, place a la suivante. Après nos titres remportés la saison passée, tout le monde nous attends, nous sommes devenus l’équipe a battre. Nos exploits sont même parvenus jusqu’en Europe ou certains média nous présentent comme l’équipe a battre. En espagne la presse catalane estime même que nous pourrions battre certaines formations du continent. D’ailleurs beaucoup de recruteurs ont tenté tout l’été de nous subtilisé nos plus grand talents. Mais ceci seront encore la au moins 6 mois. Cette première partie de saison sera très agité. En effet pas mal de compétitions sont au programme. Nous allons disputer :

  • les demi-finales de Copa Libertadores.
  • La Recopa contre le vainqueur de la Copa Libertadores prĂ©cĂ©dente (l’Atletico Mineiro).
  • Le Trofeo Inicial.
  • La Copa Sudamericana.
  • Le Mondial des clubs (Si nous remportons la Libertadores).
  • La Supercopa de Argentina.
    Tout un programme en soit. Commençons notre saison par le championnat.

Dans la foulée du précédent championnat, celui ci fut plus disputé. Il faut dire qu’en ce début de saison il a fallu jonglé avec la fin de la Libertadores et la Recopa. On aura perdu trois matchs sur cette phase mais surtout on aura encore marqué les esprits. On finit avec la deuxième attaque avec 42 buts et la deuxième défense avec seulement 21 buts encaissés. Allione a encore été décisif avec 7 buts et 8 passes. Au final on remporte le titre au termes de la dernière journée a la faveur d’une victoire contre Quimes alors que Boca (encore une fois) se contenté du nul contre All Boys.

[align-center][/align-center]

Après un début plutôt poussif qui nous as vu occupé la 13ème place après 5 journées, l’équipe a redressé la barre pour finalement ce mêler a la lutte pour le titre dans les dernières journées. Afin de mieux vous faire vivre voici les deux matchs clés de la saisons.

Le premier match clés aura eu lieu contre l’Estudiantes de la Plata alors leader du championnat. A ce moment de la saison nous étions sixièmes a 4 points du leader. Ce match était donc crucial, si on gagnés on revenait a 1 points et en cas de défaites nous aurions pu finir a 7 points. Le match démarra plutôt mal, dominés dans les duel par les locaux nous avons concédé le premier but du match sur une frappe de Carrillo des la 7ème minute. C’est Alors que Allione est sorti de sa boite, d’abord en provoquant le csc d’un ancien de la maison Désabato peu avant la mi-temps. Puis en doublant la mise a l’heure de jeu. Alors que l’Estudiantes parvenait a egalisé par Olivera, Désabato décidément malchanceux trompé une deuxième fois son propre gardien d’une tête imparable. Zarate croyait avoir fait le plus dur en nous redonnant deux buts d’avance mais c’était sans compté sur Olivera bien décidé a sauver son club. Finalement le dernier mot revint a Zarate auteur d’un doublé et qui nous mis définitivement à l’abri dans ce match.

Le deuxième match clé de cette campagne fut le dernier contre Quilmes le jour du réveillon. La donne était simple nous devions gagner en espérant un faux pas de Boca. Correa trouva l’ouverture une première fois a la demi heure de jeu sur un enroulé magique. Mais l’ambiance retomba à la mi-temps lorsque Benitez égalisa pour son équipe. En seconde période nous nous sommes libérés, d’abord par Allione sur coup franc, puis par Cardozo sur un corner. La clameur du public nous fit comprendre que Boca était tenus en échec et que l’on remporté notre nouveau titre.

Nous avons donc aussi disputé les demi-finales de la Copa Libertadores, c’est l’équivalent de la Champion’s League en Amérique du Sud. Pour ces demi nous étions opposé à l’Atletico Mineiro, le champion en titre, si a l’aller nous avons été dominé le retour avec la présence de Zarate et Vietto (en sélection pendant le premier match) ont montré notre valeur nous imposant finalement 3-0 nous qualifiant en finale. On a gagné cette coupe contre le Fluminense pourtant la aussi ce ne fut pas simple après notre défaite 2-1 a l’aller mais comme vous aller le voir on a tout donné au retour, quitte a galérer un peu en championnat.

Ce match retour de la finale fut donc tendus. En effet pour remporter le trophée nous allions devoir marqué au moins deux buts.
Le match commenca de façon idyllique lorsque dés la deuxième minute Zarate converti un coup franc. Mais le Flu ne comptait pas laisser passer sa finale en égalisant avant la dixième minute. Mais un duo fut au dessus de cette finale, il s’agit du duo Vietto-Zarate inscrivant chacun son doublé afin de permettre a Velez de remporter sa deuxième Copa Libertadores. Vietto sur une reprise d’abord puis en fin de match sur un pénalty tandis que Zarate trompais une deuxième fois le goal brésilien sur un lob.

Tout juste auréolé de cette Copa Libertadores nous avons donc disputé la Recopa en temps que vainqueur de la Copa Sudamericana 2013, celle ci nous opposé une nouvelle fois a l’Atletico Mineiro qui avait lui remporté la Libertadores un an plus tôt. Comme en demi finale de Libertadores tout se joua au match retour.

Après avoir obtenu le nul à l’aller en Argentine, il nous fallait marqué au retour, et ce fut Agustin Allione l’homme de cette finale. Il inscrivit un doublé sur deux action de classe mondiale, sur la première il a doublé toute la défense brésilienne avant de passer quelques gri gri au gardien sur le second. Tout cela nous offrant a ce moment la notre deuxième titre de la saison. Cela nous permettait aussi de nous qualifier pour le Mondial des clubs ayant lieu en décembre et le plateau sera relevé puisque sont déjà qualifié : Casablanca pour l’Afrique, Colo Colo pour l’Amérique Centrale, le Real Madrid pour l’Europe et Ghangzhou pour l’Asie que du lourd en perspective.

Mais alors que le championnat devenait facile, c’est la Copa Sudamericana qui reprenait de plus belles. Nous avons une nouvelle fois subit un bon parcours, éliminant facilement les colombiens de Hiulia au premier tour avant de sortir Boca Junior au tirs au but en quart de finale. En demi finale ce fut le Vasco de Gama qui se dressa sur notre route, mais les brésiliens n’auront guère suivis longtemps le rythme s’inclinant 3-0 à l’aller avant d’obtenir le nul 2-2 au retour contre nos remplaçants. La Finale une fois de plus bascula sur le retour à l’aller nous avons concédé le nul 2-2 a la maison, il nous fallait donc nous imposé au retour.

Ce match fut assez tendus. Pour autant nous avons vite ouvert le score sur un corner obtenus par Allione c’est Cardozo qui plaça sa tête. Par la suite les brésiliens ont repris les commandes du matchs mais nous avons sur préserver cet avantage grâce a notre belle défense.

Cependant la moisson de trophée n’était pas encore terminé.

Ce mondial des clubs fut une belle expérience, en demi finale nous avons affronté le représentant africain le Wydad Casablanca que l’on as balayé 4-0 sans sourciller. Lors du tirage la tension fut palpable car en finale ce fut le Real Madrid cet ogre du football mondial club le plus titré d’Espagne vainqueur de 10 Champion’s League.

Cependant les madrilènes ont commis une erreur celle de nous sous-estimez en se présentant avec une équipe bis composé de jeunes joueurs et de remplaçants. Le match fut terne, les deux equipes n’étant pas totalement adapté au décalage horaire asiatique. Le Real aurait pourtant du la remporter lorsque Allione moins concentré donna un caviar a Morata mais le jeune espagnol ne cadra pas sa tentative, c’est finalement notre défenseur central Tobio qui trouva la faille sur un coup franc de Zarate. Le Real était tombé sans vraiment se battre, pas forcément motivé par l’enjeu.

On a clôturé cette première partie de saison par la Supercoupe d’Argentine.

Cette supercoupe ont ne l’as pas laissé filer contre Colon, Allione a plié le match en a peine un quart d’heure. d’abord sur pénalty puis sur coup franc. Par la suite Colon n’as jamais pu revenir, avait il déjà les yeux sur la phase retour du championnat ??

[/color]

Trois jeunes du centre de formation ont particulièrement impressionné José Luis, lors des compétitions jeunes. ceux ci intégrant le groupe professionnels de suite. Il reste cependant a disposition de l’équipe U20 pour garder le rythme, ils auront l’occasion de se montrer.

[color=#000080]

Après une très grosse partie de saison avec pas mal de compétitions, il est temps d’en finir avec cette jolie saison. Comme je vous l’avez déjà expliquez la seconde partie de saison est généralement beaucoup plus calme en effet les clubs jouent seulement le championnat, la Copa Argentina (1 tour) et la Copa Libertadores qui se termine en juin car il n’y as pas de Compétitions internationale. En effet la Copa America se déroule en Juillet.

Encore une fois nous avons fait une très jolie partie de saison , le classement est plus serré finalement que ce qu’on aurait pu croire. Sur cette phase on a perdu que 2 matchs dont le dernier ou nous étions déjà champion. Sur la première partie de ce championnat de clôture on as souvent encaissés un but avant de réagir. Puis on s’y est mis et on a déroulé comme rarement. L’équipe est arrivé a maturité et certains ne sont plus des espoirs puisque a ce jour 7 joueurs sont international argentin : Mauro Zarate, Lucas Romero, Luciano Vietto, Agustin Allione, Angel Correa, Rodrigo De Paul ainsi que Facundo Cardozo. Voici le déroulé de la saison suivis de deux matchs qui ont été des moments clés de la saison.

Le premier moment clés de cette saison est notre victoire contre le Racing. Ce match est arrivé au 2/3 du championnat c’est celui qui nous as permis de prendre la tête du championnat. Pourtant pour ce match nous partions avec un handicap puisque Vietto n’était en grande forme, Zarate était blessé longue durée comme Angel Correa. De ce fait des jeunes ont eu leur chance comme Sebastian Driussi en 10 ou encore Barzola en ailier gauche. Parlons en de ce Barzola, ce jeune argentin je vous l’ai présenté il y a peu. Il est issus de la formation de Velez c’est un ailier assez prometteur mais experts le comparant sans cesse a Lavezzi ou encore Di Maria alliant vitesse, percussion et toucher de balle chirurgicale. A 17 ans il est déjà capitaine de l’albiceleste espoir et a fait ses débuts en pro ce soir la. C’est Driussi qui a ouvert le score après un bel échange avec Giovanni Simeone qui commence a percer avec 6 buts cette saison. Mais 5 minutes plus tard c’est le Racing qui a pourtant égalisé. C’est alors que le chaud Barzola a commencé. Entre accélérations fulgurantes et gri-gri bien placé. Pour ce premier match Barzola s’est offert un doublé. Ni plus ni moins. C’est aussi lui a idéalement remisé sur Tagliafico pour le quatrième but nous donnant la victoire. Une belle première en somme.

Le deuxième moment clé est comme souvent le match du titre. Cette fois ce fut a 3 journées de la fin contre Lanus. On s’est imposé facilement à la maison, dans une euphorie ambiante. Simeone s’est octroyé un doublé sur des services de Barzola puis de Alliione. Ce même Agustin Allione qui as par ailleurs inscrit un doublé. Cette victoire fut une vrai satisfaction. Pour autant une certaine lassitude s’est installé chez les joueurs la fête n’est plus aussi intense que l’an passé. Certains ont déjà le regard tourné vers l’Europe et cela se voit.

Le groupe cette année fut plus abordable que l’an passé, avec des oppositions plutôt faible. Jugez Plutôt il y avait les colombiens de Tolima. les paraguayens de Guarani. et enfin les péruviens de Juan Aurich. rien de bien excitant en somme. On a finis assez aisément premiers de notre groupe en mettant parfois l’équipe bis. en huitième de finale on a été opposé au Chilien de Cerro Porteno. On s’est qualifié sereinement au match retour. en quart encore contre des chiliens de Universidad catholica on passe au but a l’extérieur dans la douleur, mais ce qui devait arrivé arriva et en demi finale on s’incline contre le futur vainqueur de l’épreuve Boca Junior en ayant pourtant gagné le match aller mais le retour…

J’ai choisi comme moments clés ce retour contre Boca Junior. Que dire on est tombé sur un très grand Gigliotti auteur de pas moins de 3 buts dans ce match. Une reprise de volée. Une frappe de mule. et pour finir un petit lob. Ce match fut une parodie de futebol je n’ai pas reconnus mon équipe du match…

[/color]