:article_fm: BackToWonder - Zakaria Bakkali

Zakaria Bakkali, nouveau prodige belge. Voilà comment le liégeois était considéré lors de ses débuts dans le football professionnel, en 2013. Pourtant, il n’aura pas confirmé son potentiel. Retour sur celui qui aurait du être le nouvel héros du peuple.

Bonjour les @forumeurs, au travers de cette série intitulé #backtowonder nous allons redécouvrir les légendes de Football Manager qui n’ont parfois jamais atteint leur réel potentiel. Après Anthony Vanden Borre, il est temps de retourner en Belgique et de se pencher sur Zakaria Bakkali.

Des débuts en fanfare

Si Zakaria Bakkali évolue d’abord dans les équipes jeunes du RFC Liège puis du Standard de Liège, c’est en rejoignant l’équipe A du PSV Eindhoven en juillet 2013 à la suite de beaux résultats chez les U21, que la hype autour de lui commence. On l’annonce alors comme le nouveau prodige du Benelux. Le joueur qui posséde les nationalités belge et marocaine est aussi en attente d’un passport néerlandais voit les trois sélections se battre pour celui qu’on voit devenir le nouvel Eden Hazard.

A 17 ans seulement, il joue son premier match professionnel à l’occasion d’une rencontre de Ligue des champions face à Zulte Waregem avant d’ouvrir son compteur lors du match retour. Doué de ses pieds, l’ailier de poche réalise des merveilles en Eredivisie et devient un joueur important du club pour sa toute première saison. Son triplé contre Nimègue en fait le plus jeune auteur d’un hat trick aux Payx-Bas. Quelques mois plus tard, l’ailier de poche choisit les diables rouges et fait même ses débuts en sélection, montant au jeu pour le dernier quart d’heure de la partie à l’occasion de la rencontre face au Pays de Galles, le 15 octobre 2013. La presse s’enflamme et voit en lui le chainon manquant des diables rouges, celui qui portera la sélection aux côtés d’Hazard et De Bruyne.

Bakkali ET FOOTBALL MANAGER

C’est lors de l’édition 2013 que Zakaria Bakkali fait son entrée dans Football Manager. Présenté dans la liste des Wonderkids du jeu, le jeune belge fait le bonheur de nombreux joueurs. Son faible prix d’achat (1.6M €), accessible pour de nombreuses formations dès le début d’une partie ainsi que son profil relativement polyvalent en font une cible de choix pour la plupart des clubs. Il est vu comme le nouveau Eden Hazard et ses notes plaident pour lui comme sa progression démentielle à l’époque.

Malgré des difficultés à conserver le même niveau de performance que lors de sa première saison professionnelle, l’ailier belge garde une cote intacte et son haut potentiel en fait un wonderkid certain, et ce pendant plusieurs éditions consécutives du jeu.

Un costume trop grand

En 2021, où en est Bakkali ? On peut dire sans trop se tromper que la direction actuelle de sa carrière est bien décevante au regard de ses premières prédispositions.

Son passage néerlandais se termine mal. Exclu de l’équipe première, le jeune ailier belge dispute sa dernière rencontre sous la tunique du PSV avec l’équipe B le 29 août 2014. Bakkali fait preuve d’un manque criant de professionnalisme, se présente en retard aux entrainements, se montre immature et peu concerné. De plus, son entourage familial ne l’aide en rien à se canaliser pour gérer au mieux sa carrière. Son entourage conscient de la hype veut le transférer. Mis à l’écart il voit l’Atletico Madrid se positionner et proposer entre 2 et 3 millions d’euros. Mais l’affaire ne se fait pas. Le Celtic tente un prêt avec OA dans le moneytime du mercato hivernal sans plus de succés. Trop c’est trop pour le board du PSV qui décide de ne pas conserver le prodige belge, las de ses frasques.

En juillet 2015, il rejoint alors en fin de contrat l’équipe espagnole de Valencia. Après deux saisons moyennes marquées par les mêmes problèmes que dans son club précédent, il est envoyé en prêt du côté du Deportivo La Corogne mais ne parviendra pas à aider le club à se maintenir en Liga. Mis sur liste des transferts, il fait son retour en Belgique à Anderlecht. La hype est passé, Bakkali n’a plus du tout l’aura qu’il pouvait avoir à ses débuts.

Son passage anderlechtois se révèle être un fiasco, entre absences longue durée pour cause de blessures et manque de motivation sur la pelouse. Clairement, le joueur traine son spleen et se révèle être une vraie erreur de recrutement pour les Mauves. Son temps de jeu ne fait que logiquement baisser et cet hiver, après avoir débuté seulement deux rencontres depuis le début de saison 20/21, rejoint le Beerschot en prêt jusqu’à la fin de saison.

Bakkali a une demi-saison pour convaincre son club de lever l’option d’achat sur sa tête mais son aventure du côté d’Anvers tourne une fois de plus au vinaigre. Avec à peine plus de deux heures de jeu, le belgo-marocain n’aura rien montré de satisfaisant et c’est en toute logique que le Beerschot décide de le renvoyer à Anderlecht.

Les blessures et notamment celles contractés au niveau de ses genoux, son manque criant de professionnalisme et de maturité, l’absence d’un entourage sain et cadrant, tout autant d’éléments qui auront eu raison de la trajectoire qu’on lui promettait. A 25 ans, Zakaria Bakkali est à un tournant de sa carrière. Cet été, il devrait très certainement quitter Anderlecht où il est sous contrat jusqu’en 2022. Mais pour aller où ? Quel club serait prêt à miser sur l’international belge ? On a entendu parler cet été d’intérét de Porto et du Sporting sans voir d’offres. Jeu de son agent ou réel intérét personne ne sait.

7 « J'aime »

Un réel gâchis ce joueur. Tu as bien résumé l’affaire. Manque de professionnalisme et une hygiène de vie catastrophique !

Dans ma game, je voulais vraiment le relancer. A seulement 24 ans, avec une technique à 16, un drible à 16, une inspi à 17, une bonne vitesse, agilité, centre et ctrl, je comptais sur lui pour casser des reins. Malgré une vingtaine de matches, je n’ai malheureusement pas réussi mon pari. Je comptais lui laisser encore une saison mais avec un salaire pareil et son contrat se terminant en fin de saison, j’ai préféré m’en débarrasser.

7 « J'aime »