:storygreen: :s1: Arendal FK – Sammen er alt mulig !

001

5 juillet 2020…

Déjà un an que je me suis éloigné du foot, depuis mon départ de Brage pour la troisième fois… On ne pourra pas dire que je ne suis pas persévérant…

Cette année était presque passée trop vite, des vacances avec Veronika, ma moitié, quelques visites à des amis peu vus ces derniers temps, une ou deux piges comme consultant pour une chaîne privée française, et beaucoup de repos.

C’est un peu par hasard que lors d’un voyage en Hollande avec Veronika pour aller admirer des champs de tulipes, on en fait des choses quand on est amoureux, je tombe sur un tournoi amical regroupant plusieurs équipes européennes de jeunes.

Malgré les réticences de mon épouse, je prends place dans une tribune pour regarder le match en cours, une équipe hollandaise que je ne reconnais pas et les U18 du Paris SG. Le spectacle est un peu à sens unique, les individualités parisiennes font la différence sur chaque action quasiment.

Le match se termine sur le score fleuve de 8-0 pour les titis parisiens. Le speaker annonce une pause de trente minutes avant la rencontre suivante qui va opposer les U18 de la Roma à ceux des Glasgow Rangers. Je me plonge dans mon téléphone pour retrouver le nom d’un des parisiens qui m’a fait une excellente impression, mais dont je ne parviens pas à trouver le nom.

-Coach ! Hey coach !
-Michael ! Mais que fais-tu ici, demandais-je en me tournant vers le jeune homme qui m’interpelle.
-Coach, je suis content de vous revoir, ça fait un bail…
-Oui, un bail, tu peux le dire. Mais alors qu’est-ce que tu fais ici ?
-On fait le tournoi, coach, vous n’avez pas vu le coach Sune ?
-Non, d’ailleurs je ne m’attendais pas à voir des têtes connues ici, je suis en vacances…
-Vous en vacances coach ? Il faut que je le dise aux autres…
-Et oui, tu vois on peut changer…
-Votre femme est dans les parages, c’est ça, demanda t -il en souriant.
-Oui, mais il ne faut pas le dire, répondis je en souriant à mon tour.
-Ok coach, silence… Allez, coach j’y go, on joue plus tard et le coach veux nous parler stratégie.

Pas le temps de lui dire un mot de plus qu’il file. La vie n’est pas banale, venir en Hollande pour rencontrer un ancien jeune que j’ai entraîné lors de mon passage à Arendal. Michael Bothne Bleika m’avait bluffé durant les entraînements au point que je l’avais titularisé en fin de saison. Du haut de ses 15 ans à l’époque il n’avait pas froid aux yeux de se frotter en pointe de l’attaque avec des joueurs plus expérimentés et plus costaud…

J’avais promis à Veronika de la retrouver pour visiter ses foutus champs de tulipe, donc c’est sans grand enthousiasme que je pris le chemin de l’hôtel…

La fin de journée fut belle, et les tulipes aussi soit dit en passant. Veronika était aux anges et la soirée allait s’annoncer sous les meilleurs hospices.

8 J'aime

J’avais déjà récupéré le petit déjeuner avant que Veronika ne se lève, le soleil était au rendez-vous et la terrasse de la chambre d’hôtel nous tendait les bras. Attablé, je « feuilletais » le journal depuis mon téléphone, notant les résultats sportifs des matchs amicaux d’avant saison. La saison en France n’allait pas tarder à s’ouvrir, mais le marché des transferts était au point mort.

Veronika me rejoignit et s’installa à son tour devant une tasse de thé.

-On fait quoi comme programme aujourd’hui, demandais je.
-J’irais bien visiter les moulins ou une fabrique de gouda, répondit elle mi figue mi raisin.

Devant ma tête, elle éclata de rire.
-Mais non, je rigole… J’irais bien me balader sur les canaux…
-Pourquoi pas…
-Et au fait ton match hier ?
-Un truc de dingue, j’ai croisé Michael Bothne Bleika, tu sais le jeune qui jouait à Arendal…
-Michael… A oui, le petit blondinet mignon, répondit elle en pouffant de rire.
-Tu es nulle… Tu es trop vieille pour lui…

Nous étions entrain de rire comme des adolescents devant notre petit déjeuner. Tout aller bien entre nous depuis que j’avais pris du recul par rapport au football.

La journée se passe avec une ballade sur les canaux et la visite d’un moulin qui fabriquait du gouda. En rentrant à l’hôtel, je reçus un appel anonyme. Comme toujours dans ce cas, je ne répond pas, surtout si je ne connais pas le numéro affiché. Ce numéro anonyme appela à plusieurs reprises et Veronika finit par décrocher excéder. Le correspondant allait prendre la foudre…

Au contraire, Veronika semblait particulièrement aimable passé le « allo » un peu sec. La discussion s’éternisait et je tendais l’oreille pour espérer en entendre une bribe. Veronika raccrocha en me tendant le téléphone.

-On sort ce soir… On est invité au restaurant…
-Quoi ? Par qui ? Je connais ?
-Oui c’est Michael, le beau blond, répondit elle espiègle.

Effectivement le soir nous avions rendez-vous dans un restaurant sur les quais des canaux dans la vieille ville, un restaurant typique hollandais. A notre arrivée, un homme, grand et mince, la cinquantaine s’approcha en se présentant.

-Bonjour Madame, bonjour coach, vous permettez que je vous appelle coach ?
-Bonjour… On se connaît ?
-Non, je suis Jan Sigurd Otterlei, je suis le président du Arendal Football. Enfin, le nouveau président depuis peu.
-Enchanté…

Une table avec vue sur les canaux nous attendait avec quatre couverts.

-Installez vous, ma femme, Leslie, ne va pas tarder à nous rejoindre. D’ailleurs la voici…

Leslie était aussi grande que son mari et aussi mince, la cinquantaine elle aussi. Les femmes se firent la bise, je lui serrais la main et nous prîmes place. Un serveur apporta immédiatement des boissons et les menus.

Le repas fut excellent et particulièrement sympathique mais j’avais du mal à saisir le pourquoi du moment, à chacune de mes tentatives pour aborder le sujet, Jan l’éludais et repartait sur un autre sujet. En fin de soirée, les femmes allèrent se promener le long des canaux. Jan commanda deux cognac de qualité.

-Coach, je sais que vous avez entraîner l’équipe durant deux saisons et demie, et que les résultats étaient probants. Je sais aussi que vous êtes parti pour des désaccords avec les dirigeants. Cependant, j’aimerais que vous étudiez le fait de revenir au club pour finir la saison et la suivante au moins…

-L’expérience m’a montré que revenir dans un de ses anciens clubs n’était pas une réussite… Je ne sais pas… J’ai promis à Veronika de ne pas replonger… Et puis le football ne me manque pas…
-Coach, vous y croyez à cette dernière phrase ? Moi pas un instant…
-Je ne peux pas prendre cette décision comme ça, ici, il faut que j’y réfléchisse sérieusement.
-Très bien, ça me va parfaitement. Prenez le temps de la réflexion, vous pensez avoir besoin de combien de temps ?
-Disons une dizaine de jours…

4 J'aime

Pas très covid tout ça… :upside_down_face:

1 J'aime

Comme le resto d’ailleurs, je sais, mais c’est une fiction… :slight_smile:

1 J'aime

Veronika
De retour à l’hôtel, je vois bien que Veronika se doute de quelque chose. C’est elle qui aborde le sujet en premier, me coupant l’herbe sous les pieds.

-Bon il t’a proposé quoi le grand Jan ?
-Rien pour l’instant…
-Ne me prend pas pour une cruche, je te connais, quand tu as ton air sombre, tu es entrain de réfléchir…
-Ecoute, je n’ai rien décidé encore, je voulais en parler avec toi…
-Parlons en alors…
-Voilà, il me propose de revenir à Arendal pour cette saison et la suivante… Mais je ne sais pas, tu comprends après Brage j’ai des doutes de savoir si c’est une bonne idée de revenir…

Elle m’écouta parler pendant de longues minutes, puis le sommeil nous attrapa.

Au réveil, Veronika me conseilla d’appeler le staff et quelques joueurs pour prendre la température. Comme souvent elle était de très précieux conseils. J’appelai en premier Roger Risholt mon ancien adjoint qui assurait l’intérim depuis le départ du précédent entraîneur.

-Coach, content de t’entendre, tu penses bien que Michael m’a dit qu’il t’avait vu…
-Content aussi Roger, écoute ton président m’a proposé de revenir…
-Parfait, tu arrives quand ?
-Rien n’est arrêté Roger, je dois encore mûrir ma réflexion…

Durant la demie heure suivante, Roger me peignit le tableau du club et de l’équipe. Au niveau staff, il fallait renforcer la cellule recrutement et créer de toutes pièces la cellule médicale. Au niveau de l’équipe A, que du connu avec 18 joueurs que j’avais déjà sous mes ordres par le passé. Au niveau classement, l’équipe était 6ème après une rencontre de PostNord-ligaen Avdeling 2.

Après Roger, j’appelais Sune Killerich, défenseur et préparateur, puis Avni Pepa, un autre défenseur et enfin Jakob Rasmussen, un milieu. Ces trois joueurs étaient les plus expérimentés de l’équipe et j’avais toujours eu d’excellents rapports avec eux.

Après toutes ces discussions j’étais rassuré sur l’état de l’équipe et du club malgré des matchs de préparation assez médiocre. En fin de journée et après en avoir longuement discuté avec Veronika, j’appelais Jan.

-Ah coach content de vous avoir au téléphone.
-Moi aussi Président…
-Président ? Ca veut dire que votre décision est prise ?
-Ca y ressemble effectivement… Je, enfin nous sommes d’accord Veronika et moi. J’accepte votre proposition d’entraîner l’équipe pour cette saison et la suivante.

4 J'aime

Le retour :slight_smile:
Très bien écrit en tout cas, c’est prenant

1 J'aime

24 juillet 2020…

Le temps de nous organiser, de trouver un logement et de déménager, j’étais à pied d’œuvre au Norac Stadion. Dés mes premières journées je rencontre le staff puis les joueurs et je termine par une réunion avec le directeur sportif pour prévoir les renouvellements de contrat de certains joueurs.

En fin de journée je reçois en entretien Dejan Corovic, défenseur.

-Bonjour Dejan, entre, assied toi.
-Bonjour coach, vous vouliez me voir ?
-Oui, écoute la dernière fois que l’on a travaillé ensemble, nous n’étions pas toujours d’accord. Cependant, tu as toujours tout donné pour l’équipe, c’est pour ça que je veux te confier le brassard. Tu en penses quoi ?
-C’est un honneur coach, j’espère en être digne. Qui sera mon vice président ?
-J’ai pensé à Jakob, tu en dis quoi ?
-Jakob, très bien nous nous entendons bien et nous avons les mêmes idées.
-Tu sais que la saison va être compliquée et le président souhaite que l’équipe termine dans la première moitié du championnat. Je vais avoir besoin de ton aide pour relayer mes consignes sur le terrain. Tu t’en sens prêt ?
-Pas de soucis coach, je suis prêt et tout les joueurs le sont…

Pour terminer la journée je retrouve Jan au restaurant pour faire le point de ces premières journées.

-Coach, vous avez vu les U19 ? Michael a fait le match parfait, cinq buts et la note maximale. C’est un bon ce gamin…
-Oui Président, j’ai été voir la seconde période. Michael a fait un excellent match mais l’adversaire n’était pas trop compliqué à jouer.
-Vous pensez le faire grimper en A ?
-Président, ça c’est mon domaine, on verra bien, il est déjà surclassé avec les U19. Il vient de prolonger son contrat d’un an, on aura le temps de le faire monter. En revanche Mads Nørby Madsen n’a pas prolongé, c’est ennuyeux je comptais sur lui en défense. Il faudra essayer une nouvelle fois plus tard dans la saison où prévoir son remplacement…

Durant ce tête à tête j’en profite pour obtenir le feu vert du président afin de prolonger d’une saison les contrats des cadres que je souhaite conserver le plus longtemps possibles. Je sais que ces prolongations ont un coût non négligeable mais je ne veux me retrouver en fin d’année à batailler avec d’autres clubs pour les conserver.

2 J'aime

1er août 2020…

Je retrouve avec plaisir le Norac Stadion pour la rencontre face à Egersunds Idrettsklubb. La nuit a été courte et tumultueuse tant mes réflexions ont pourries ma nuit. Ce sentiment de fatigue au réveil ne m’avait pas manqué…

AR-002.PNG

les joueurs arrivent les uns après les autres vers 11h30, nous allons déjeuner ensemble ensuite suivra une dernière séance vidéo et le président veut leur dire quelques mots avant le match.

Dans les vestiaires, je laisse les joueurs dans leurs bulles, je m’entretiens à voix basse avec mon adjoint un peu à l’écart. Le 4ème arbitre nous prévient qu’il est l’heure de se regrouper dans le couloir des vestiaires. Je me positionne devant la porte et j’ai un geste pour chaque joueur y compris les remplaçants, qui un check, qui une main posée sur l’épaule, qui une main posée sur la nuque, et pour chacun un mot d’encouragement.

Je laisse les joueurs sortir avant de faire mon entrée sur le terrain, d’aller saluer mon homologue, son adjoint et les arbitres. Je rejoins mon banc au moment où la pluie se met à tomber, je décide de rester debout sous la pluie, je veux que les joueurs le voient, et aussi car je n’ai jamais été fan de ces bancs de touches d’où l’on ne voit rien…

Le premier quart d’heure est à l’avantage de nos adversaires, la défense a des difficultés à se mettre en place malgré les interventions verbales de Dejan Corovic, qui prend son rôle de capitaine à coeur. Nous sommes acculés devant nos cages, Arndal balance la balle loin devant lui pour éloigner le danger. El Ghaouti, en extension, dévie la balle de la tête vers Stenrud Ness, qui part seul au but après avoir éliminer deux adversaires. A quelques mètres du gardien, il feinte du corps et glisse la balle au fond des filets (1-0).

Durant la pause, je laisse les joueurs soufflés et surtout se changer, la pluie ne s’est pas arrêtée. Je prends la parole quelques minutes pour caler deux ou trois choses qui ne me plaisent pas puis je suis les joueurs sur le terrain.

Presque à l’heure de jeu, Rasmussen sous pression, remet en arrière pour Pepa qui balance la balle dans la surface adversaire. El Ghaouti profite de l’appel de Stenrud Ness pour se retrouver seul, il reprend la balle de la tête et double la mise (2-0). Si au premier but j’étais rester stoïque, pour celui-ci je laisse exploser ma joie en sautant sur place et en levant les bras au ciel.

Le match prend fin après cinq minutes de temps additionnel. Je félicite les joueurs dés la sortie du terrain, je vais ensuite saluer mon homologue et son staff avant de passer saluer les arbitres. Je file ensuite voir le staff médical pour connaître la gravité de la blessure d’El Ghaouti qui est sorti en fin de rencontre. Il sera absent pour 3 à 6 semaines suite à un coup sur le mollet.

Je laisse Roger s’occuper du décrassage, je me rends en salle de presse pour rencontrer la presse. Je réponds aux questions en souriant, mais j’ai déjà la tête au prochain match face à Notodden (6ème). La majeure partie des journalistes s’enflamme pour la place de second du club après deux rencontres.

Pour finir la journée, je dîne avec le président et le directeur sportif, je m’en serais bien passé tellement je suis crevé…

PostNord Ligaen avd.2 - J2
DOMICILE
EGERSUNDS IK
2-0
9. Fabian Stensrud Ness 18’
10. Omar El Ghaouti 58’
4 J'aime

9 août 2020…

La semaine précédente s’est terminée par une longue réunion recrutement avec le directeur sportif, Bård Sterk-Hansen. Nous passons en revue une bonne dizaine de joueurs qui pourraient nous renforcer. Aucun ne me tape dans l’oeil, mais je reste à l’écoute des arguments de la cellule recrutement. Le groupe vit bien, je ne veux pas le déstabiliser et devoir gérer des mécontents…

AR-003.PNG
Nous sommes à pied d’œuvre pour affronter Nottoden à l’Idrettsparken sous une pluie battante. Stian Michalsen remplace El ghaouti, blessé, je n’ai pas chercher trop longtemps pour le choisir. Dans les vestiaires je prends longuement la parole, contrairement à la rencontre précédente. J’ai le sentiment que les joueurs doivent être mis sous pression. Avant de les laisser rejoindre le terrain, je garde mon rituel du geste ou du mot à chacun, c’est important je pense, et surtout ça me rassure, c’est mon côté superstitieux…

Dés le début de la rencontre, nous sommes dangereux. Longue touche de Corovic, la balle parvient sans problème devant les cages adverses, Michalsen surgit au milieu de plusieurs joueurs et place sa tête dans le petit filet. Je regarde le quatrième arbitre et les juges de touche, aucun ne réagit. Le but est validé (0-1) mais l’arbitre aurait pu sifflé une faute sur le gardien, cela n’aurait pas été un scandale…

A la pause nous menons d’un but d’avance sans avoir été trop dangereux. L’ouverture du score semble nous avoir fait un peu balbutier notre football. Chacun souffle, et je prends à part Rasmussen, Wahlstedt et Wallem, leurs cartons jaune sont inadmissibles, surtout pour des gestes d’humeur et des discussions stériles avec l’arbitre.

En seconde période nous déployons un football beaucoup plus intéressant et plus attrayant, mais nous nous découvrons ce qui permet à nos adversaires de tenter des frappes cadrées. Il nous faut un très bon Leopold Wahlstedt dans nos cages pour repousser le danger. A l’heure de jeu, Markus Håbestad remplace Fabian Stensrud Ness qui a prit un coup. Il réussit a doubler la marque en reprenant de la tête un centre de Peder Nersveen (0-2).

Je croise Marijo Jovic, le coach du Moss FK (PostNord-ligaen avd. 1), après quelques mots de sympathie, il aborde le sujet de Kim Kvaalen, mon milieu en fin de contrat et qui ne veut pas prolonger pour l’instant. Je reste poli et diplomate, mais je refuse d’aborder le sujet ici et maintenant. C’est agacé que je rejoins la salle de presse, où une nouvelle fois les journalistes présents s’enflamme pour nos résultats et notre place de leader à égalité de point avec Asker Fotball. Il est vrai que deux victoires de suite avec deux buts d’écarts peuvent laisser supposer une saison intéressante…

PostNord Ligaen avd.2 - J3
EXTERIEUR
NOTODEN FK
0-2
7. Stian Michalsen 3’
8. Jakob Rasmussen 13’
26. Conrad Wallem 37’
1. Leopold Wahlstedt 39’
6. Tobias Arndal 70’
20. Markus Håbestad 86’
12. Peder Nersveen 89’
2 J'aime

Victoire nette et sans bavure :slight_smile:

1 J'aime

12 août 2020…

Dans la semaine durant l’entraînement, j’appelle Dejan Corovic pour m’isoler avec lui quelques instants. J’ai besoin de discuter à le capitaine en tête à tête…

-Dejan, comment tu trouves l’équipe en ce moment ?
-Bien coach… L’ambiance est bonne, pas de mécontent, pas de tire au flanc, non c’est bien en ce moment…
-Tu sais que la saison va être compliquée, beaucoup de monde attend des résultats de notre part. Tu en penses quoi ?
-C’est cool coach…Tout baigne… Il y a peut être les entraînements…
-Les entraînements ?
-Oui coach, à la fin des entraînements on est cuit… C’est trop intense au niveau physique…
-Oui, je m’en doutais un peu. Ok je vais voir ce qu’on peut faire à ce sujet. Mais je suis persuadé que c’est la condition physique du groupe qui fera la différence.

Une fois rentré à la maison, j’en discute avec Veronika, une fois encore elle temporise mes humeurs. Je n’en veux pas à Dejan mais plutôt à moi de ne pas avoir vu la difficulté des entraînements. Pourtant en deux matchs nous venons de perdre deux joueurs, El Ghaouti et Stensrud Ness. Peut-être que les entraînements n’y sont pour rien, peut-être pas…

AR-004.PNG

Deux matchs difficiles se profilent face aux réserves de Rosenborg et de Odds, difficiles suivant les joueurs « élite » alignés…

Les joueurs sentent mon inquiétude, le vestiaire est silencieux, trop silencieux, beaucoup trop silencieux pour une équipe de football. Je prends la parole quelques instants, puis Dejan se lève et motive ses équipiers. Toujours le même cérémonial pour la sortie des joueurs, Veronika me dirait que cela relève de la psychiatrie.

Très rapidement, Arndal fait mal à la défense adverse sur son côté, ses appels et ses centres deviennent de plus en plus dangereux. Wallem finit par pouvoir placer sa tête en pleine lucarne pour l’ouverture du score. Je souffle un peu depuis ma zone devant le banc de touche. A la demie heure de jeu, je pense que le coup franc de Rasmussen est dedans, mais ça passe tout prés des poteaux. La pause arrive pour permettre à tout le monde souffler un peu.

On reprend la rencontre avec un but d’avance et une domination correcte face à une équipe peu renforcée. A l’heure de jeu, Stensrud Ness coupe la trajectoire du ballon au premier poteau, sur un corner de Wallem. Le gardien adverse est surpris, il ne peut rien faire à part légèrement détourner le ballon, c’est le but du 2-0. Je sers un poing rageur au coup de sifflet final.

Je félicite les joueurs, salue les arbitres et le staff adverse avant de rejoindre la salle de presse. Cette fois, en plus de notre place de leader, les questions tournent toutes autour de Conrad Wallem, notre ailier de 20 ans, auteur d’une excellente prestation ce soir.

PostNord Ligaen avd.2 - J4
DOMICILE
ROSENBORG BK 2
2-0
26. Conrad Wallem 11’
9. Fabian Stensrud Ness 58’
2 J'aime

Ca enchaine bien :slight_smile:

1 J'aime

16 août 2020…

Notre second match de la semaine se joue face à une réserve à nouveau. J’ai opté pour des entraînements assez léger au niveau physique pour laisser les joueurs récupérer. Avec un programme allégé, le club en a profité pour prolonger Kim Kvaalen, milieu de terrain de 29 ans, jusqu’en 2022.

AR-005.PNG

Face à notre public, cette fois encore, il n’est pas question de perdre face à la réserve de Odds actuellement 14ème.

Je ne sais pas mais j’ai trouvé les joueurs tendus dans les vestiaires, j’ai tenté de leur insuffler de la sérénité mais je ne peux que constate mon échec au coup d’envoi. Ils dominent les débats, se créent des actions dangereuses mais manquent de calme et de spontanéité. Les frappes se multiplient mais sont toujours éloignées des cages adverses. Il faut un exploit personnel de Fabian Stenrud Ness qui reprend une balle de tête, le gardien adverse hésite à sortir dans sa surface, Fabian en profite pour le lober. J’espère que cette ouverture du score va tranquilliser mes troupes…

En face ça ne montre pas grand-chose, si ce n’est pas mal d’actes d’anti-jeu que l’arbitre sanctionne à chaque fois. Dés le retour des vestiaires, Fabian Stenrud Ness saute plus haut que tout le monde sur le corner de Rasmussen. Il double la marque et inscrit son 4ème but de la saison. C’est le tarif maison en ce moment, deux buts, un en première période et un second en seconde période. Ce qui est inhabituel c’est d’encaissé un but en fin de rencontre, à force de jouer à la passe à dix , on encaisse un but en contre avec une défense aux abonnés absents…

Malgré la victoire, je passe un gros savon à l’équipe, il est inadmissible de lâcher le match comme ça. Il faut rester concentrer jusqu’au bout… Le staff reste silencieux et en retrait durant mon monologue, seul Dejan Corovic tente de s’expliquer mais abdique devant mon mécontentement.

J’avoue que les joueurs doivent avoir du mal à me suivre, le club est leader ex-aequo avec Asker avec 13 points et 1 point d’avance sur le troisième. Pour une équipe comme nous c’est un excellent début de championnat.

PostNord Ligaen avd.2 - J5
DOMICILE
ODD BK 2
2-1
9. Fabian Stensrud Ness 19’
9. Fabian Stensrud Ness 47’

En rentrant, Veronika vois bien que j’ai la tête des mauvais jour. Elle me laisse le temps d’arriver et de me changer avant de venir en discuter avec moi. Nous discutons football mais aussi de tout et de rien, je vois bien qu’à nouveau le football est entrain de me grignoter peu à peu…

3 J'aime

De bons résultats en ce début de saison, le coach en demande t’il trop ? :thinking:

1 J'aime

22 août 2020…

L’ambiance qu club est plus sereine depuis que Dejan et Jakob sont venus me demandés un entretien suite à mon mécontentement du dernier match. La discussion avec Veronika m’avait fait prendre conscience que ma façon d’aborder les choses n’avait pas été la bonne…

Durant notre entretien d’une bonne heure, chacun avait exposé ses idées, ses avis et même ses griefs. Je ne m’attendais pas à ce que le capitaine puisse me reprocher ma sévérité et ma discipline. Après réflexion, nous avions convenu de faire tous un effort, moi en étant un peu plus « cool » tant que les résultats étaient là et les joueurs en étant plus sérieux et plus attentifs…

AR-006.PNG

Pour affronter Flekkerøy IL, mon discours d’avant match a été particulièrement simple aujourd’hui, compte-tenu des sorties de l’entraîneur adverse dans la presse sportive. Un peu étonné d’abord, j’avais opté pour une non réponse malgré les demandes des journalistes. Le résultat de la rencontre et les prestations des joueurs seraient mon unique réponse…

A la demie heure de jeu et après avoir dominé assez aisément nos adversaires, Dejan Corovic s’empare de la balle sur le flanc gauche, il repique plein centre et frappe à l’entrée de la surface. C’est une frappe puissante et limpide qui termine au fond des filets. Dejan vient immédiatement me voir, je lui donne l’accolade et lui glisse quelques mots à l’oreille. Quelques minutes avant la pause, Stensrud Ness double la marque et reprenant une passe de Nersveen, sa frappe en pivot trompe le gardien au ras du poteau.

Après la pause, la rencontre se tend avec un début de bagarre où trois de mes joueurs prennent un jaune. Il sont fautifs mais l’équipe et le banc de touche adverse mettent bien la pression sur les arbitres. Stensrud Ness reste dans son match en s’offrant son 7ème but de la saison et son second doublé. Voilà, c’est la meilleure des réponses…

Après avoir féliciter mes joueurs, puis saluer les arbitres je vais serrer la main du staff adverse, Nikola Trajkovic, l’entraîneur me serre la main pendant que je lui glisse deux trois mots discrètement. C’est fait, il a ma réponse et nous prenons le large en tête du classement en laissant Asker et Nardo respectivement à 3 et 4 points. Dans quatre jours nous allons rencontrer Bryne actuel 4ème du championnat, une autre paire de manche…

PostNord Ligaen avd.2 - J6
EXTERIEUR
Flekkerøy IL
0-3
16. Kim Kvaalen 25’
3. Dejan Corovic 31’
9. Fabian Stensrud Ness 44’
5. Peter Reinhardsen 55’
9. Fabian Stensrud Ness 56’
3. Dejan Corovic 57’
8. Jakob Rasmussen 69’
9. Fabian Stensrud Ness 75’