:storygreen: :s1: :mex: De la Babylone des Caraïbes à la Cité des Anges 🇺🇸 🔞


#21

Le latex dans ce pays avec cette chaleur ça va fondre !!!

#22

Me suis dit pareil… :slight_smile: Il faudra de l’airco à plein régime ! Même les nuits sont chaudes… à part quelques nuits d’hiver où le thermomètre descend sous les 20 degrés.


#23

C’est pas grave si elles n’ont pas de latex… tu trouvera bien quelque chose…


#24

Avec Bella, ce sera difficile de trouver des tofs sans latex… Il y en a dix et j’en ai déjà posté deux… :slight_smile:


#25

La pauvre elle va transpirer…
Bienvenu les odeurs… :joy::joy:


#26

ATLANTE CANCÚN – INTRODUCTION (suite)

Juillet 2017 : Estadio Andrés Quintana Roo

La veille de la reprise des entraînements, je suis au stade, en compagnie du Big Boss, l’oncle d’Eduardo, celui qu’il appelle Tío. Cela me fait penser à l’oncle de Tuco dans Breaking Bad, celui qui avait une maudite sonnette sur sa chaise roulante.

Monsieur Alejandro Burillo Azcarraga est un homme d’affaires bien connu de 65 ans. On peut dire que l’homme, très controversé paraît-il, a œuvré dans des secteurs très variés : télévision, finances, téléphonie (Movistar), hôtels… Mais son empire, il le doit au Grupo Pegaso, qu’il a fondé en 1994 et qui oeuvre dans les télécommunications. Depuis une décennie environ, il se consacre au monde sportif, avec le rachat de l’Atlante en 2007 et l’organisation de l’Open de tennis du Mexique à Acapulco, sans oublier qu’il a fait don d’installations de très haut niveau qui servent aux entraînements des équipes nationales mexicaines : le Centro Pegaso de Alto Rendimiento. En plus de l’Atlante, il fut un temps le propriétaire de quatre autres équipes mexicaines : Veracruz, Jaguares, Acapulco et Zitacuaro.

Centro Pegaso de Alto Rendimiento
R

Après une fin de décennie 2000 faste, avec un titre de champion du Mexique en 2007 et une Champions League en 2009, le gouvernement du Quintana Roo a commencé à lâcher l’homme d’affaires, faisant fuir les sponsors, entraînant la chute du club… L’homme d’affaires a la réputation de travailler avec l’argent du gouvernement. Quand celui-ci commence à manquer, que l’affaire devient moins florissante, elle périclite rapidement. Voilà pourquoi il est controversé.

Un ex-poids lourd du Football mexicain, qui a perdu quasi toute son influence et son lustre. Du moins dans le monde du ballon rond. Il prépare sans doute la passation de pouvoir en ayant fait appel à son neveu Eduardo, qui a décidé de changer la culture et la philosophie du club. En attendant, le boss reste bien entendu Alejandro Burillo Azcarraga.

Monsieur Burillo est un homme bien sympathique. Il semble cependant avoir perdu un peu foi dans l’équipe et paraît bien plus préoccupé par les cours de la Bourse sur son téléphone que par la signature de mon contrat. C’est en fait Eduardo qui s’occupe de tout, et cela ne traîne pas : je paraphe le contrat d’un an pour un salaire de $155K, une somme colossale au Mexique, pays encore très pauvre en comparaison avec ses voisins du Nord.

Pour l’occasion, mon ami Eduardo est un exemple de sérieux. Il doit bien paraître devant Tío. Pourtant, la réputation des deux n’est plus à faire. Mais le travail est le travail. On n’a pas la feuille de route de Monsieur Burillo sans respecter l’adage « Il y a un temps pour tout. »

Une fois les papiers en ordre, Eduardo me fait visiter le stade. C’est la première fois que je foule la pelouse, même si je suis venu voir plusieurs matchs de l’Atlante par le passé, mais des tribunes. Tout semble prêt pour la saison à venir.

Google Maps du stade

Atlante Cancún

Comme mentionné ci-dessus, le club de la péninsule a déjà connu de meilleurs jours.

Fondé en 1916 sous le nom de Sinaloa, il devient vite l’Atlante. C’est une équipe qui évolue alors à Mexico City, où elle restera jusqu’en 2007, année de son déménagement à Cancún sous l’impulsion d’Alejandro Burillo.

Le but était de susciter un nouvel engouement dans une ville en plein essor. Cela dépassa toutes les attentes, puisque le club de Cancún partit sur les chapeaux de roue en remportant la Liga MX, et deux ans plus tard la Champions League de la CONCACAF. La décennie 2010 sera l’histoire d’une chute lente et ininterrompue, jusqu’à l’Ascenso en 2014, l’équivalent de la Ligue 2 mexicaine.

Les dirigeants

Vous connaissez Alejandro Burillo Azcarraga, le propriétaire, et son neveu Eduardo Braun Burillo.
Place aux autres :

Lors de la descente en Ascenso, Monsieur Burillo a nommé son neveu à la présidence du club, démettant par la même occasion ses deux prédécesseurs : Miguel Ángel Couchonnal y José Antonio García. Les deux lascars resteront dans l’entourage de Monsieur Burillo : Ils rejoignent le conseil des sports du Groupe Pegaso.

Le Directeur Général est Pablo Gutiérrez Férnandez. C’est un poste qu’il occupera à temps partiel car il a plusieurs établissements de divertissement dans la ville, une occupation qui exige beaucoup de temps. Donc, même si le Directeur Général aura peu de temps à consacrer au club, Il est évident que nous le reverrons régulièrement en-dehors des terrains. Il a, en effet, un carnet de bal à faire pâlir Don Juan en personne.

Les deux dirigeants restant au club, à titre purement honorique les concernant, sont Raymundo Palacios et Miguel Angel Couchonal père. Ce sont deux rescapés de la vieille école, mis sur la touche par la génération montante que sont Eduardo et Pablo.

M.A. Couchonal père

R. Palacios

Si on résume, nous sommes trois : Eduardo sera le boss, épaulé par Mijares, puis ce sera moi… La jeunesse, la fougue… Les soirées risquent d’être festives dans la Babylone des Caraïbes !

11%20dirigeants

Les infrastructures

Tout semble au niveau pour cette saison. Malgré tout, il faudra trouver le moyen d’améliorer l’entraînement et la formation à moyen terme. Si seulement Monsieur Burillo pouvait nous faire un don, comme il a fait à la Fédération mexicaine de Football il y a quelques années… Mais els subventions se sont taries. Au Québec, on appelle ça des suceux de subvention.

5%20Club%20de%20F%C3%BAtbol%20Atlante_%20%20Infrastructures

Palmarès

Il n’est pas si vilain. À nous maintenant de remettre le club sur rail, de le faire remonter et de reprendre une place enviable dans le Football mexicain. Ce ne sera pas facile, il suffit de se promener un peu dans les effectifs des clubs de Liga MX pour rapidement constater que le niveau est élevé.

3%20Club%20de%20F%C3%BAtbol%20Atlante_%20Historique%20Comp%C3%A9titions
.
10%20Club%20de%20F%C3%BAtbol%20Atlante_%20%20Profil

Sugar Daddy

Si Monsieur Burillo n’est plus un Sugar Daddy de permier plan, il reste quand même un souscripteur. Il promet donc d’éponger nos dettes en fin de saison, au besoin.

Bella

De retour à la maison, j’ai rapporté un immense bouquet de roses à Bella… Elle va se plaire ici je sens. Comme moi, elle est née à l’étranger d’une mère mexicaine. Moi au Canada, elle en Allemagne. Un retour aux sources pour tous les deux.


#27

ATLANTE CANCÚN – INTRODUCTION (suite)

Juillet 2017 : Estadio Andrés Quintana Roo

Les choses sérieuses commencent.

Eduardo m’a trouvé une très belle maison, que nous occupons sans aucuns frais. J’imagine que cela doit être défrayé par le club. Elle est située au Sud de la ville, entre le centre et l’aéroport. C’est un quartier sécurisé, très aéré, qui n’a rien à voir avec les immondes bidonvilles qui ont poussé tout autour de la ville, dans la couronne Nord. Il faut dire que l’industrie touristique et son étalage de richesses et d’opulence ne bénéficie pas à tout le monde, loin de là. Ici, le touriste descend de l’avion, monte dans son transport et va à l’hôtel tout inclus. Il n’en sort généralement que pour aller reprendre son avion une ou deux semaines plus tard, ou pour faire une excursion touristique programmée. Le commerce local est largement boudé, en-dehors des établissements réputés d’El Centro.

Cancún est devenue la capitale mexicaine du suicide… Mais comment peut-on se suicider dans un endroit aussi idyllique ? Facile : le petit personnel est exploité, entouré de luxe ostensible alors qu’il crève de faim…

Enfin, quand même, pour un Mexicain, travailler dans un complexe hôtelier est une bénédiction. Ce sont de très bonnes places, il y a fort à parier que cela s’est largement amélioré depuis 15 ans.

Ma maison

Je ne suis pas un lève-tôt. Il faudra pourtant s’y faire : on s’entraîne le matin ici, il fait bien trop chaud l’après-midi, surtout à cette période de l’année. Bella est déjà prête, elle part faire les boutiques dans le centre-ville. Je lui rappelle de bien faire attention, ce n’est pas l’Allemagne ici, la mentalité est un peu différente, même si Cancún reste une ville très sûre. Quoi qu’il en soit, même si elle a la mine boudeuse, elle devra y aller avec notre garde-du-corps, Pablo.

Elle termine d’attacher sa sandale alors que je pars, également accompagné d’un garde-du-corps. Les premiers jours au Mexique, il est plus prudent de se déplacer avec des gens qui connaissent bien la région et la ville, pour éviter de rater une rue et d’atterrir avec une rutilante Cadillac dans un bidonville.

Bella porte tellement bien son nom…

Avant de partir, elle me rappelle qu’après ses commissions (elle doit se confectionner une garde-robe complète, hormis ses tenues de soirée qu’elle fait venir d’Allemagne par Fedex), elle ira à la salle d’entraînement en ville, la plus huppée, où elle a un abonnement VIP. Je l’ai moi aussi, mais je préfère utiliser notre salle d’entraînement privée, dans la résidence, sans oublier la piscine.

Je suis en tout cas satisfait de constater que Bella s’organise déjà pour avoir une vie sociale trépidante. C’est évidemment Eduardo qui lui a présenté quelques-unes de ses amies, dont plusieurs participent très activement à l’organisation des soirées Latexia de Cancún. Ces soirées réunissent des résidents de la ville triés sur le volet et les nouveaux membres doivent montrer patte blanche pour se faire accepter, à moins d’être parrainés. Et nous l’avons été, bien entendu, par Eduardo et Pablo (notre Directeur Général). Connaissant Bella, je sens que nous n’en manquerons pas beaucoup. Il arrive aussi que des touristes y soient conviés, souvent des avocats, des juges, des politiciens… Américains, Canadiens, Russes, Allemands… Mais le droit d’entrée unique est exorbitant. Mais quand on aime…

En y pensant bien, je crois que je vais devoir me mettre à la sieste, sur le modèle méditerranéen : sieste de 13h à 16h. Je ne vois pas comment je tiendrai le coup entre les entraînements du matin, du soir, les dîners à 22h et les sorties dans des lieux de débauche…

Je vais me plaire ici ! Vivement que la garde-robe Fetish de Bella arrive que nous sortions rencontrer du monde.

.

Le premier jour où je suis officiellement en poste, je rencontre l’effectif. Plusieurs têtes me sont connues, dont l’excellent milieu central Paul Uscanga. C’est autour de joueur comme lui, dans la force de l’âge (26 ans), que nous devrons rebâtir l’équipe. Au moins, je constate avec plaisir que nous avons beaucoup de joueurs sous contrat au club alors que les clubs d’Ascenso jouent souvent avec des joueurs qui leur sont prêtés par les équipes de Liga.

Si je décelle une faiblesse, c’est bien la taille : l’effectif est petit. Bref, il faudra y voir. Heureusement, les coffres sont assez bien garnis, surtout pour un club d’Ascenso : nous avons plus de $1M de disponible ! 1

1 Je jouerai en dollars américains.

À mon retour à la maison pour la sieste, je remarque la voiture de Bella. Elle est rentrée se changer probablement. Je sors de la voiture et je l’aperçois assise sur l’escalier qui mène vers la piscine… Elle a été faire des emplettes, heureusement que je fais un bon salaire…


#28

J’aime toujours autant :slight_smile: Et je préfère la chaleur de Cancun à la froideur de Moscou :slight_smile: La sieste, la vie à l’espagnole, c’est plus proche de mon rythme de vie :wink:


#29

@Mark Passe le numéro de cette jolie fille de l’est ? :wink:


#30

De l’Est ? Elle vient de Munich… J’ai beau chercher, en dehors de l’Allemagne la qualité est médiocre, ou l’ambiance générale, le style ne répond pas à mes attentes. Le choix est beaucoup plus restreint il faut dire… Je devrais présenter un mémoire sur les relations entre les femmes allemandes et le latex tiens.

En allant sur sa page Facebook, j’ai remarqué qu’il y avait des paragraphes sur les droits d’auteur. J’espère qu’on ne viendra pas m’arrêter au boulot pour usage interdit de matériel fétichiste…

Il y avait ça aussi, c’est marrant je trouve.

En résumé, hormis l’Allemagne, il y a la Flandre et les Pays-Bas qui semblent du même acabit, avec beaucoup moins de choix. On trouve aussi des Anglaises, mais elles sont moins mon genre. Les Françaises semblent préférer se faire attacher apparemment (bande de pervers)… Les Russes, c’est hard et pas toujours très esthétique… Parmi les pays de l’Est, on trouve quelques beaux modèles tiens, un peu dans le genre allemand. USA et Canada, je ne trouve que de l’amateur… Beaucoup de Daddy & Babygirl chez les Américains… Drôle de peuple aussi… Ou alors, c’est refait dans tous les sens, des oeuvres d’art de chirurgie esthétique, à la nord-américaine quoi…

Bref, les Allemandes sont au sommet, et de loin.


#31

Si il y a des française qui aime se faire attacher… Je vais aller jouer en france lol


#32

En fait, Facebook est tellement vaste que c’est difficile de trouver ce qu’on cherche. Et une fois que tu aimes quelques pages d’un endroit, on t’inonde…

Je ne sais pas, les Françaises ont des traits plus doux que les Allemandes, c’est peut-être dû à la langue…


#33

peut-être je n’ai jamais pratiqué d’allemande ou de française.


#34

Moi non plus tiens.

En tout cas, c’est mieux de chercher de belles photos sur Facebook que de se crier des bêtises sur des sujets politiques…

Puis, ce que j’adore vraiment de Facebook, c’est qu’avec la censure les photos sont plus sexy et coquines que bassement pornographiques.


#35

Voilà “ce qui est sexy n’est pas la nudité mais l’imagination de celle-ci”

EDIT: des photos de femme attachée en latex existe aussi je pense.


#36

Tout existe, ça fait peur parfois…


#37

A côté de ça Tumblr y’a du choix, mais par contre y’a pas de censure :smiley:


#38

Si je postais des photos Tumblr ici, @Groot me tirerait les oreilles je crains… :slight_smile:

Puis, ce n,est pas le but de toute façon.


#39

Bpn, le 2018 est en train de télécharger… Inutile de dire que cette story va prendre fin avant même d’avoir réellement commencé. Pas de chance dans mon après-Moscou, mais rassurez-vous, je serai vite de retour, que ce soit en Russie, en MLS ou au Mexique. Ou ailleurs, qui sait. :slight_smile:

Chose certaine: Bella reviendra très rapidement, où que j’aille ! :slight_smile:


#40

La troisième est la bonne :heart: