:storygreen: :s2: Nothing Beats Being Back !

récit
fm19

#121
Header%20PL
Results

Satisfaction => Liverpool FC :
Les hommes de Jürgen Klöpp sortent de cette saison avec un titre de champion en Premier League, une victoire en Carabao Cup et une finale de Champion’s League perdue par la plus petite des marges contre le FC Barcelone (0-1 Détails). Meilleure attaque du championnat également (89 buts pour), le quator Sadio Mané, Adam Lallana, Mo Salah et Roberto Firmino a flambé.
Déception => Everton FC :
Dans le sens contraire, la plus grosse déception de la saison reste sans doute le parcours des Toffees qui, après un lancement difficile, n’ont jamais pu trouver un rythme convenable et qui, de ce fait, ont flirté avec la relégation toute la saison. Le changement d’entraîneur, opéré fin décembre (Détails), n’aura rien changé et on s’attend à un été agité à Goodison Park, eux qui devront impérativement réagir la saison prochaine pour se racheter auprès de leurs supporters.
Surprise => Cardiff City :
Annoncé en début de saison comme lanterne rouge par la plupart des spécialistes, la formation galloise a fait mentir tout le monde et se hisse finalement à une encourageante treizième place. Guidé par un Harry Arter au sommet de son art, la saison de la confirmation sera encore plus rude et le tout sans Neil Warnock qui, après ce maintien en Premier League, a décidé de prendre sa retraite des terrains, laissant le club orphelin de son guide et à la recherche de son remplaçant.
Passable => Tottenham Hotspur :
Mauricio Pocchetino le sait, il vit peut-être ses dernières heures à Londres, son poste étant extrêmement menacé après la saison décevante des siens, septième seulement en championnat, éliminé en huitième de finale de Champion’s League mais vainqueur malgré tout de la FA Cup, un succès qui pourrait ne pas suffire, Daniel Levy, son président, prospectant déjà pour lui trouver un remplaçant. Ici aussi, un été agité s’annonce pour ramener les Spurs vers les sommets.

:champ: Meilleur Buteur : Sergio Aguëro (24 buts)
:champ: Meilleur Passeur : Kenedy (12 passes)
:champ: Note Moyenne : Kevin De Bruyne (7.45)


#122
Header25

Si, de notre côté, nous avons misé sur la stabilité avec la prolongation de contrat de David Moyes, d'autres clubs eux ont du changer des choses en cours de saison ou en conclusion de cette dernière, forcé ou simplement logiquement. Pour être tout à fait complet, il y a eu exactement quatre changements d'entraîneurs en cours d'année et sans surprise, sur des clubs qui étaient en difficulté au classement alors qu'actuellement, près d'un mois après que le rideau soit tombé sur la Premier League, trois autres clubs ont du procéder à des modifications.

Tout d’abord, au grand déchirement du propriétaire et des supporters, après plus de six ans de règne, Sean Dyche a du rendre son tablier, renvoyé alors que Burnley FC était lanterne rouge du championnat et remplacé par un ancien international, Michael Laudrup. Le changement et électrochoc attendu n’a pas eu lieu et le club n’a jamais bougé de la vingtième place, synonyme de relégation en seconde division. Comme évoqué dans le post précédent, après six mois seulement, Marco Silva fut limogé d’Everton FC pour insuffisance de résultats et remplacé par Tata Martino, qui a regagné du crédit suite à son passage remarqué à Atlanta United, en MLS. Seulement, la mayonnaise a mis du temps à prendre et le club n’a jamais été en mesure de sortir des fins fonds du classement, une situation qu’il faudra corriger la saison prochaine. De son côté, Claude Puel était en conflit avec les cadres (Jamie Vardy, Marc Albrighton) et sa situation était devenue intenable à Leicester City. Après un an et demi, il fut remercié, le club étant dans la zone rouge à ce moment-là et remplacé par un spécialiste des opérations sauvetages, Sam Allardyce. Mission réussie puisque le club, après une fin de saison canon, s’est maintenu ! Enfin, pour conclure, c’est le poste de Mark Hughes qui fut soumis à un changement, ce dernier étant renvoyé pour manque de résultats et remplacé par un expérimenté, Alberto Zaccheroni. Les bienfaits de cette nomination seront à constater lors de la prochaine saison, lui qui va exporter son 3-4-1-2 !

Une fois le rideau tombé et la relégation entérinée, Crystal Palace a indiqué la sortie à l’ancien sélectionneur anglais, Roy Hogdson. Désirant miser sur un coach jeune adepte du beau jeu et capable de remonter en une saison, c’est Ole-Gunnar Solskjaer qui s’est vu confier cette mission. Après une expérience réussie à Molde, il aura tout à prouver pour son retour en Angleterre. Héros il y a un an lorsqu’il a ramené le club en Premier League, démis de ses fonctions aujourd’hui suite à la relégation du club, Slavisa Jokanovic aura tout connu en une année. Après un ultime conseil d’administration suite à la descente du club, il fut décidé de mettre fin à l’aventure du serbe à Fulham FC, lui qui sera remplacé par une solution interne avec Scott Parker. Ce dernier, préparateur jusqu’ici, aura la lourde tâche de remonter le club, pas simple comme apprentissage. Enfin, le haut niveau c’est beau mais c’est tellement exigeant… Second du championnat, éliminé piteusement en huitième de finale de C1 par Galatasaray, inexistante dans les deux coupes, la formation de Pep Guardiola n’aura rien gagnée cette année, suffisant pour renvoyer le coach espagnol et le remplacer par un grand entraîneur de l’ère moderne qui signe son retour, Carlo Ancelotti, qui laisse Naples orphelin pour redresser les Citizens.

Et dire que la pré-saison ne fait que commencer et que les changements ne sont pas terminés…


Bas

#123
Drinkwater

Seize matchs seulement avec les Blues de Chelsea en une saison et demie, on ne peut pas dire que l’aventure de Danny Drinkwater chez un gros poisson du championnat fut une réussite. Prêté au dernier marché des transferts hivernal à West Ham, alors en course à ce moment-là pour une qualification en Coupe d’Europe, il a su grappiller du temps de jeu avec douze rencontres au compteur pour deux buts et ainsi, se faire une place dans le collectif et le vestiaire des Hammers. Cet ancien chien-fou de Leicester City a su convaincre par son activité, sa faculté à être décisif dans les deux zones du terrain et par sa détermination, qui inspire bon nombre de coéquipiers.

Disposant dans son contrat de prêt d’une option d’achat de cinq millions d’euros activable jusqu’au 30 Juin 2019, cette dernière fut levée à peine la saison terminée par les dirigeants de West Ham, ces derniers ne souhaitant pas laisser filer une telle occasion de récupérer un joueur expérimenté à un coût si peu engageant. Avec une compétition supplémentaire la saison prochaine, la Ligue Europa, Danny Drinkwater ne sera pas de trop dans la rotation au milieu en compagnie de Mark Noble, Pedro Obiang et Jack Wilshere, sans savoir encore précisément quelle sera la hiérarchie établie même si, si on se fie aux dernières rencontres de la saison écoulée, il devrait débuter au dans l’axe avec le dernier cité, reléguant les deux premiers sur le banc. Du côté des Blues, c’est un peu la soupe à la grimace chez les supporters, eux qui voient un joueur transféré pour plus de trente millions d’euros il y a deux ans s’en aller aujourd’hui chez un rival pour une somme ridicule, le tout sans avoir eu (ou pu) avoir le temps de faire ses preuves, une habitude trop récurrente ces dernières saisons.

C’est avec cette signature, attendue certes, que West Ham lance son marché estival, une recrue qui, selon les rumeurs, doit en appeler d’autres, le club étant toujours en réflexion au moment ou on se parle concernant le poste de gardien de but, de défenseur central, de latéral droit et d’avant-centre. Les prochaines semaines, les fins de contrats et l’embrasement du marché vont éclaircir à n’en pas douter l’horizon des Hammers, eux qui ont à cœur de confirmer la bonne dynamique actuelle et de s’inscrire durablement comme un club européen de Premier League.

Bas

#124

Good ça, un bon joueur qui va te faire du bien.


#125

Drinkwater un joueur solide ,pas cher ,et qui fait bien le taf


#126
LittleHeath

Les prix flambent, les transferts s’accumulent et les effectifs ne cessent de s’amplifier ou de se dégraisser au fil des jours qui passent, certains n’hésitant pas à proposer des sommes monstres pour un seul homme (de l’ordre parfois de cent millions d’euros…). Et dans toute cette folie, un club résiste encore à l’assaut de la dépense facile, un peu comme les gaulois ont résisté à l’envahisseur romain dans la très célèbre bande dessinée : West Ham United. Observant tout ceci avec recul, il est intéressant mais non moins surprenant de constater que oui, un club de Premier League, de surcroit auteur d’une saison encourageante, peut faire preuve de stabilité !

Il suffit pour cela d’écouter les propos récents de David Moyes, lui qui vient de se remettre au travail afin de préparer du mieux possible la nouvelle saison : «Nous avons aujourd’hui un groupe de qualité, tous les postes sont pourvus et nous ne recruterons pas par simple plaisir de le faire. Si éventuellement un départ est acté, dans ce cas-là, nous verrons mais actuellement, nous laissons ce qu’ils veulent négocier s’amuser avec les agents.» Alors, bonne stratégie ou pas ? Il est vrai qu’en y jetant un œil plus attentif, le groupe actuel ne requiert pas de besoin particulier, la qualité et la quantité étant au rendez-vous. En misant sur un groupe qui se connait parfaitement et avec, en plus, les retours de certains jeunes aux dents longues (Reece Oxford, Marcus Browne, Edimilson Fernandes), la surprise pourrait être de taille cette année de la part des Hammers, qui préfèrent miser sur des valeurs sures qu’une loterie de recrutement.

Gardiens de But : Lukasz Fabianski, Robert Green

Défenseurs Gauche : Aaron Cresswell, Arthur Masuaku
Défenseurs Centraux : Issa Diop, Angelo Ogbonna, Fabian Balbuena, Reece Oxford
Défenseurs Droit : Ruben Aguilar, Pablo Zabaleta

Milieux Défensifs : Declan Rice, Carlos Sanchez
Milieux Axiaux : Jack Wilshere, Danny Drinkwater, Pedro Obiang, Mark Noble, Robert Snodgrass
Milieux Offensifs : Marcus Browne, Manuel Lanzini

Ailiers : Felipe Anderson, Andryi Yarmolenko, Michail Antonio, Marko Arnautovic
Buteurs : Maximiliano Gomez, Lucas Perez

Nous verrons, sur le gros mois qu’il reste, si le calme part restera de vigueur ou si, en cas de bonnes opportunités, une recrue sera susceptible de poser ses valises au London Stadium, dans un club qui nourrira de grandes ambitions cette année. Les paris sont ouverts !

Bas

#127

Je prendrais quand même un milieu et deux défenseurs pour palier a d’éventuelles blessures.


#128

Je trouve la défense légère , du moins il y a pas mal d joueurs que je ne connais pas


#129

Une belle équipe sur le papier…

Après as tu des jeunes que du compte faire jouer en cas de blessure ?

A gauche (toujours en défense), je le les connais pas ?

En revanche au milieu et en attaque, c’est plutot très bien.


#130

je trouve au contraire l’effectif bien équilibré pour palier aux blessures,peut-être un jeune buteur prometteur en plus…


#131

Ah et j’ai oublié de te féliciter pour la remontée au classement,et la 6e place,je suis bien placé pour savoir que ce n’est pas facile en dehors des tops clubs .
Toujours en 433? Tu n’as pas posté ta tactique ? Je n’ai pas vu les consignes collectives,juste le schéma sur les matchs,Je suis curieux :blush: