:storygold: :s1: L'aventure florentine de Rui Costa

grootstory
fm19
coachruicosta

#101

Il va falloir que j’essaye Chiesa sur FIFA, mais pour ça, va falloir que je confire ma saison de l’année dernière et allez chercher la Champion’s League.


#102

Tu continues sur ta lancée avec un bon match nul contre l’Inter quoique avec quelques regrets avec cette égalisation en fin de match. Tu te rattrapes avec une victoire sans trop de soucis contre le Chievo Verone puis une superbe victoire 3-0 contre Parme. Tu es toujours en tête mais Milan est à l’affût à égalité avec toi.


#103

De bons resultats, tu arrives à faire le nul a l’extérieur contre un des big3 d’Italie ça reste un très bon résultat même si tu aurais pu gagner. Continue comme ça :wink:


#104

Super début de championnat ! Chiesa est déjà solide pour son âge !

Mention spéciale pour ta présentation :slight_smile:


#105

Quel début de saison (cela vaut pour l’AC Milan également)! J’ai vu la Fiorentina contre la Juve dernièrement et je trouve qu’il y a vraiment un potentiel intéressant.


#106


BANNER

On a donc continué notre chemin avec un mois d’Octobre satisfaisant. La Viola est toujours invaincu mais je sens que Rui est tracassé par quelque chose. Après l’entrainement j’ai donc entrepris de le rejoindre dans son bureau, il s’inquiète de la charge physique que l’on impose aux joueurs. Il est vrai qu’avec les enchainements sélection-club certains ont été plus sollicités que d’autres. On a donc pris la décision en accord avec notre préparateur physique de planifier au moins une séance non physique par jour pour ne pas prendre de risques alors que certains commencent à tirer la langue.

Ce mois de Novembre commençais ainsi avec la réception de la Lazio de Rome de Ciro Immobile, l’avant centre italien est inarrétable. Formé à la Juventus il a comme beaucoup de jeunes passé par la Juve eu des difficultés à lancer sa carrière. Révélé à Pescara il a ensuite fait des mauvais choix, il rejoint d’abord le Genoa ou il ne confirme pas. Il explose la saison suivante au Torino, l’ennemi intime de son club formateur. Avec le Toro il finira même capocanoniere. Il rejoint ensuite Dortmund pour une expérience décevante ponctué par deux prêts raté à Seville et au Torino. Il se relance alors en Italie à la Lazio. Acheté 8M€ il va devenir l’un des meilleurs buteurs du pays. Son association avec Baldé et Felipe Anderson fait des étincelles. Avec la Lazio il finira les deux dernières saisons avec 31 puis 42 buts. Cette saison il compte déjà 8 buts en 10 journée.

Pour contrer ce buteur remarquable, Rui avait décidé de mettre un place pour ce match une défense à trois avec Milenkovic en marquage individuel sur Immobile. Malheuresement, lors du dernier entrainement d’avant match Milenkovic s’est blessé serieusement (contracture au mollet), le serbe sera absent 3 semaines. En son absence, Rui aligna une défense composé de Pezzella et de Ceccherrini La première mi-temps fut intéressante. Marko Pjaca titularisé en 9 et demi etait intenable. Sur une relance de Biraghi, Lozano a remonté le terrain et réalisé un une-deux avec le croate. Bloqué dans sa progression, le mexicain remisa sur Marko qui crocheta le portier romain Stakosha pour servir Giovanni Simeone qui n’avait plus qu’a pousser le ballon au fond des filets. Notre Viola semblais bien parti pour continuer son magnifique début de saison. Cependant la Lazio de Inzaghi est une machine bien rodée et son 3-5-2 mis en place en début de seconde période nous aura fait souffrir. Son milieu Sergej Milenkovic-Savic aura fait le café dans notre défense. D’abord en contournant Biraghi sur corner pour servir Lombardi qui crucifia Lafont pour égaliser à l’heure de jeu. Dans la foulée Milenkovic-Savic délivrais un caviar pour Immobile qui pris de vitesse Ceccherrini pour donner l’avantage à la Lazio. Mené pour l’une des premières fois cette saison, Rui décida en accord avec Francesco et moi de faire rentrer Joao à la place de Hirving et de faire entrer Rafa Brito à la place de Laurini. Ces changements fonctionnèrent directement. Sur un arrêt de Lafont face à Immobile, Brito remonta le ballon rapidement pour jouer sur Pjaca. Le croate lança en profondeur Joao, le lutin portugais servit en bout de course Pjaca en pleine surface, le croate ne se fit pas prier pour égaliser.

Mais la Lazio et Milenkovic-Savic était intenable et sur une nouvelle accélération du serbe la Lazio repris l’avantage par un nouveau but de son inarrétable buteur Ciro Immobile. Dépassé on a tenté de revenir avec de nouvelles accélérations de Joao et Marko. Federico Chiesa sorti et remplacé par Mirallas aura déçu ce soir. L’ailier belge n’aura pas existé. Sur une contre attaque, Milenkovic-Savic encore lui servit magistralement Immobile qui claqua un triplé avec un nouveau but. Malgré tout notre bonne volonté nous n’avons rien pu faire contre cette Lazio en seconde période. Rui fit un gros discours au joueurs dans le vestiaire :


RuiCosta
Discours du coach : Vous avez bien joué aujourd’hui, en seconde période on est tombé sur une très grande Lazio porté par un duo fantastique Milenkovic-Savic Immobile. Nous étions invaincus depuis 10 journées, cela aura été fabuleux mais nous le savions la défaite nous rattraperais un jour. C’est arrivé aujourd’hui et il ne faut pas vous décourager. Nous allons reborndir vite. Federico je compte beaucoup sur toi tu es l’âme de cette équipe, tu es passé à côté ce soir mais ni moi, ni l’équipe ne peux t’en vouloir. On compte sur toi Vendredi contre le Genoa pour rétablir les verités et calmé les médias qui ne te lacheront pas demain matin. Forza Viola.

J11

Après cet échec qui nous as remis sur la bonne pente, l’équipe a fourni un gros travail à l’entrainement pour préparer au mieux le déplacement à Gênes. Nous avons travaillé plusieurs défenses cette semaine. La blessure de Milenkovic et le mauvais match de Ceccherrini nous pousse à expérimenté. Mais ni Vitor Hugo ni Ceccherrini ne parvienne à représenter une alternative crédible aux yeux de Rui. Il a d’ailleurs prévu un point avec Francesco, Gabriel et moi après le match contre le Milan AC afin de déterminer si nous devons être actif en Janvier sur ce poste. On a aussi travaillé cette semaine les combinaisons entre nos joueurs offensifs et notamment les intéractions entre Joao et Marko qui sont amené à jouer ensemble notamment en fin de match.

Cette semaine a aussi marqué un point de non-retour avec Kevin Mirallas, l’ailier belge prété par Everton ne joue que peu car il est arrivé blessé et hors de forme. Son hygiène de vie ne nous convient d’ailleurs pas. Ses entrées ne sont pas convaincante et Rui hésite à le renvoyer en Angleterre en Janvier. A l’entrainement je le trouve souvent dilletante et agressif. Pourtant je me souviens de lui dans plusieurs matchs qu’il avait disputé au Portugal en Coupe d’Europe, j’avais vraiment le ressenti d’un joueur professionnel et appliqué mais visiblement nous nous sommes trompés sur lui.

Pour ce match contre le Genoa de Davide Ballardini adepte du 352 il nous a fallu travailler certains aspects de notre jeu. Leur duo offensif Kouamé-Piatek est un des plus actif du championnat. Afin de contrer leurs ailes et de couper l’alimentation en ballon de leurs buteurs, on a demandé à Chiesa et Lozano de dézonner sur les phases défensives afin de couper les transmission. On a aussi choisit de leur laisser la possession pour mieux les contrer et repartir rapidement sur nos ailiers techniques. Pjaca était aligné au milieu avec Edmilson devant lui dans cette optique.

Il faut dire que ce plan fonctionna bien et d’entrée de match. Perdu en devant contrôler le jeu, le Genoa a vite déjoué et sur leur première offensive nous avons ouvert le score. A la relance, Jordan Veretout a reussi a servir Pjaca. Le croate à ensuite pu servir Giovanni Simeone qui remisa sur Pjaca pour l’ouverture du score. Pas le temps de souffler pour le Genoa qui lance une nouvelle attaque lancé par Romulo et avortée par Piatek, Laurini part en contre pour lancer Chiesa, l’italien élimine son vis à vis, rentre dans la surface et centre en retrait pour Simeone qui ne se fait pas prier pour catapulter le cuir au fond des filets. Par la suite le Genoa n’osera plus trop se découvrir en première période. Il faudra attendre le retour des vestiaires pour voir le Genoa repassé à l’attaque. Kouamé bien lancé par Romulo bute sur Lafont, le ballon reviens sur Piatek qui arme, sa frappe viens mourir sur Vitor Hugo qui se sacrifie en détournant le ballon de la main. Mr Prosecco n’hésite pas et sort le carton rouge. Alors que Edmilson cède sa place à Ceccherrini, Lafont repousse le pénalty de Piatek sur sa barre et annihilie les espoirs genois. Les hommes de Ballardini ont profité de leur supériorité numérique pour attaquer à tout va. Mais c’est finalement Giovanni Simeone qui allais sceller le sort du match. Alors que le Genoa poussais et obtener un corner, Lafont relançais vite et loin sur Joao Felix qui mis sur orbite le buteur argentin. Le fils de Simeone ne chercha pas et pris de vitesse le défenseur resté en retrait. Arrivé devant Radu, Simeone plaça un amour d’enroulé dans le petit filet. 3-0, le Genoa ne reviendra pas.

J12

Après cette victoire Rui était heureux, les garçons avaient vite réagit. Chiesa avait retrouvé son éclat c’était parfait. Pour finir ce mois il ne restait plus qu’a finir avec la réception du Napoli dans un choc de la Serie A. Ancelotti est donc revenu cet été en Italie pour reprendre en main la destinée du Napoli. Si les napolitains ont bien démarré la saison ils ont vite retrouvé le ventre mou malgré une bonne qualité de jeu dans le 4321 d’Ancelotti. Mais ils ont énormement de mal à toucher Dries Mertens.

Toute la semaine on a donc travaillé avec Ceccherrini (Vitor Hugo étant suspendu) sur comment contenir l’international belge. Mirallas a ainsi été d’une grande aide pour une fois. Du côté offensif on a fait travaillé Mirallas et Joao Felix pour être prêt à remplacer Lozano et Chiesa non disponible pour ce choc (Lozano ressent une gène aux ischios et est donc menagé tandis que Federico est suspendu.)

Le plan anti-Mertens fonctionna à merveille, le feu follet belge ne vit pas le jour, pas plus que son remplaçant Adam Ounas. En revanche l’absence de nos ailiers nous a couté cher et nous n’avons pas réussi à prendre le dessus sur les napolitains. On s’est ainsi quitté bons amis sur un nul avec un score vierge.

Ce match aura permis à Rui et Carlo de se rappeler du bon temps datant de leur passage au Milan AC. ou le premier joué pour le second.

J13

Ce mois est donc un brin mitigé pour nous puisque l’on s’incline contre la Lazio et on fait un nul contre le Napoli. Il va falloir vite reprendre le rythme car le Milan AC n’attends pas et l’Inter Milan comme la Lazio ne sont pas loin au classement.


Position Qualif Logo Club J G N P BP BC Diff Pts
1 :champ: :acmilan: AC Milan 13 10 3 0 31 12 +19 33 Pts
2 :c1: :fiorentina: AC Fiorentina 13 9 3 1 30 9 +21 30 Pts
3 :c1: :inter: Inter Milan 13 8 3 2 30 16 +14 27 Pts
4 :c1: :lazio: Lazio Rome 13 7 5 1 24 8 +16 26 Pts
5 :c3: :roma: AS Roma 13 6 6 1 25 20 +5 24 Pts

:beste: Bilan de Rui Costa : 13MJ | 10V | 2N | 1D | 30BP | 9BC
:df11face: Joueur ACF du mois : Joao FELIX : 3MJ | 0B | 3P | 7.45 de moyenne |
:bestp: Buteur ACF du mois : Marko PJACA : 3MJ | 2B | 1P | 8.05 de moyenne |
:bestj: Passeur ACF du mois : Joao FELIX : 3MJ | 0B | 3P | 7.45 de moyenne |


:df11face: Meilleur Joueur ACF : Federico Chiesa : 11MJ | 5B | 7P | 7.95 de moyenne |
:bestp: Meilleur Buteur ACF : Giovani SIMEONE : 13MJ | 11B | 3P | 7.78 de moyenne |
:bestj: Meilleur Passeur ACF : Hirving Lozano : 9MJ | 5B | 7P | 7.65 de moyenne |


RuiCosta
L’avis du coach : C’est encore un assez bon mois pour nous, avec cette défaite non prévu mais prévisible contre une grosse Lazio, les joueurs ont compris qu’ils ne devait pas se relâcher. C’est dommage de perdre des points sur le Milan, mais à choisir je préfére que ce soit eux plutôt qu’un autre vu mon attachement envers ce club. Les retrouvailles avec Carlo furent bonne, je lui ai fait découvrir un bon restaurant de Florence après notre match. On a pu se remémorer de grands moments que nous avions vécu plus jeune. Ce qui m’inquiète plus c’est la blessure de Milenkovic combiné aux performances décevantes de Vitor Hugo et Ceccherrini, on va surement devoir recruter cet hiver à ce poste. Moi qui voulais centraliser nos moyens sur des latéraux, je risque de vivre un premier mercato hivernal complexe…

#107

T’es pas gâté avec les blessures et les suspensions ! T’es toujours en bonne position quand même après avoir joué 2 gros, c’est le plus important !


#108
milenko

Arrivé en juillet 2017 en Toscane, Nikola Milenkovic, qui a célébré ses 21 ans le 12 octobre dernier, a connu une progression rapide à la Fiorentina. Et c’est un euphémisme. En effet, en seulement dix mois, le défenseur serbe est passé du statut de remplaçant à potentiel à celui de titulaire indéboulonnable. Une évolution qui ne laisse pas indifférents les plus grands clubs européens, prêts à s’arracher Milenkovic.

Une ascension fulgurante

Pour l’ex-joueur du Partizan Belgrade, l’aventure gigliata a réellement commencé le 22 décembre 2017 lors du déplacement en Sardaigne pour y affronter Cagliari. Profitant de l’absence de German Pezzella, le Serbe bénéficiait de sa première titularisation après avoir rongé son frein sur le banc pendant dix-sept rencontres d’affilée. Il a réalisé ce jour-là une prestation solide et a été félicité par Stefano Pioli. « Il a démontré toutes ses qualités, mais je n’avais aucun doute « , analysait sereinement son entraîneur après le match. D’abord utilisé dans l’axe de la défense, il sera titularisé la première fois par Pioli au poste d’arrière droit le 9 février face à la Juventus, un rôle inédit pour lui puisqu’il n’a jamais occupé cette position sur le terrain dans sa jeune carrière. Une décision forte de Stefano Pioli qui cherchait à renforcer sa défense après la méforme de Vincent Laurini et les errements défensifs de Bruno Gaspar. Il finira la saison en jouant quasiment toutes les rencontres, que ce soit au poste d’arrière droit, ayant convaincu le coach, ou au poste de défenseur central pour pallier à la disparition brutale du capitaine Davide Astori. Le jeune défenseur a su répondre présent dans cette seconde partie de saison difficile et atypique pour la Fiorentina, grâce à une maturité tactique et technique incroyable et à sa polyvalence. Des qualités qui lui ont valu de faire partie du voyage en Russie et disputer, à 20 ans, tous les matches de sa sélection.

Une étoile filante ?

Après cette propulsion sur le devant de la scène avec en point d’orgue la participation à la Coupe du Monde en Russie, tous les projecteurs sont désormais braqués sur ce défenseur qui peut évoluer aussi bien dans l’axe qu’en tant que latéral droit malgré un physique inhabituel pour un joueur de couloir (1,95 m et 90 kg). Milenkovic dégage une puissance rare dans les duels, capable de ceinturer les meilleurs ailiers du championnat grâce à une bonne pointe de vitesse et une bonne réactivité en dépit de sa taille. Il a également montré cette saison qu’il était capable de marquer de la tête sur coup de pied arrêté mais aussi dans le jeu avec ce qui restera sûrement comme l’un des plus beaux buts de la saison passée, face au Sasuolo lors de la 23ème journée de Serie A, avec une superbe frappe de l’extérieur de la surface. Un profil qui n’est pas sans rappeler celui de son compatriote Branislav Ivanovic, désormais au Zénith.

La Fiorentina ne sera t-elle alors que le tremplin vers l’échelon supérieur pour Nikola Milenkovic ? C’est malheureusement ce que redoute tous les tifosi de la Fiorentina qui sentent que les deux joueurs les plus prometteurs du championnat, Chiesa et Milenkovic, pourraient bientôt arriver au bout de leur aventure toscane. Et pour cause, le Serbe est observé par Manchester United, et plus particulièrement José Mourinho en personne puisque le tacticien portugais a assisté à la rencontre internationale entre la Serbie et le Monténégro le 11 octobre dernier. Par ailleurs, l’Atlético Madrid et la Juventus suivent le défenseur ; deux équipes qui se trompent rarement dans le secteur défensif. Selon tuttomercatoweb , le dernier club à entrer dans la danse est le Bayern Munich et la Viola ne semble pas fermée aux négociations puisqu’elle réclamerait au moins 70M€ pour son prodige serbe. Que les tifosi se rassurent, une place européenne à l’issue de la saison rebattrait les cartes et permettrait peut-être de conserver une saison supplémentaire ce joueur qui, à l’image de sa maturité sur le terrain, ne compte pas brûler les étapes.


#109

Tu t’accroches mais l’AC milan mène un train d’enfer. Ils ont le même effectif qu’IRL?


#110

C’est le même effectif qu’IRL avec Paqueta qui va arriver en Janvier :sob:


#111

Comme quoi… L’IA est plus maline qu’IRL :grin: